RDC : 2e décès dû au virus Ebola confirmé

Publié le 29 avril 2022

L'UNICEF exhorte les parents et les enfants vivant dans la province occidentale de l'Équateur à maintenir la plus grande vigilance face à la quatorzième et dernière épidémie en date du virus Ebola, apparue pour la première fois dans les faubourgs de la capitale provinciale, Mbandaka.

Kinshasa, le 29 avril 2022 - « L'UNICEF, par l'intermédiaire de son bureau à Mbandaka, est sur le terrain pour soutenir les autorités sanitaires en leur fournissant du matériel et des équipements essentiels pour renforcer les capacités des équipes dans les zones de santé afin de mieux contenir la propagation d'Ebola », a déclaré Katya Marino, représentante par intérim de l'UNICEF en RDC.

L'avertissement fait suite à la confirmation, par les autorités, du décès d'une deuxième personne causé par Ebola à Mbandaka, la capitale de l'Équateur.

Les médecins rapportent qu'un des deux cas d'Ebola dans cette dernière épidémie - la troisième dans la province de l'Équateur depuis 2018 - était en contact prolongé avec un grand nombre de personnes, y compris des médecins et des infirmières, avant d'être diagnostiqué.

L'UNICEF tire la sonnette d'alarme

« Si vous retracez le parcours de quatre kilomètres effectué par le patient entre son domicile et le centre de traitement Ebola, il a traversé différents quartiers et est entré en contact avec des personnes qu'il aurait rencontrées à l'église et sur des motos-taxis », a déclaré le Dr Didi Lusaba de l'hôpital général de Wangata à Mbandaka, où le patient a été initialement traité avant d'être référé. « Certaines de ces personnes pourraient maintenant se trouver dans des zones reculées, ce qui augmente la probabilité de propagation de la maladie », a-t-il ajouté.

Les deux personnes décédées récemment se connaissaient. Le premier était un étudiant de 31 ans qui a reçu la visite d'amis et de membres de sa famille à l'hôpital avant qu'on lui diagnostique Ebola. La seconde, une femme, était sa belle-sœur, qui s'occupait de lui durant les premiers stades de sa maladie.

Des efforts ont été immédiatement déployés et sont en cours pour retrouver toutes les personnes qui ont pu avoir des contacts avec les deux victimes d'Ebola. L'UNICEF soutient la décontamination des foyers et des établissements de santé où ces deux personnes sont décédées.

La crainte que la maladie se propage...

L'UNICEF mène une série d’actions de communication sur les comportements à risque et d'initiatives d'engagement communautaire pour sensibiliser à Ebola dans les communautés, les lieux de travail, les églises et les foyers. Elle se trouve en première ligne des efforts visant à fournir de l'eau et du matériel d'hygiène aux centres communautaires et de santé.

L'UNICEF s'efforce également de fournir un soutien psychosocial aux familles et aux enfants touchés par la maladie, parallèlement à son travail de prévention de l'exploitation et des abus sexuels.

Des fournitures nutritionnelles essentielles pour le Centre de traitement d'Ebola (CTE) sont arrivées à Mbandaka, notamment des aliments thérapeutiques prêts à l'emploi pour les nourrissons et du matériel anthropométrique.

« Nous devons veiller à ce que la prévention de l'infection chez les enfants soit au centre de la riposte dans la province de l'Équateur, et nous devons continuer à construire des systèmes de santé et des communautés résilientes pour contrôler l'épidémie », a déclaré Katya Marino.

La réapparition du virus Ebola en Équateur intervient quatre mois après l'éradication de la dernière épidémie d'Ebola dans l'est de la RDC. Cette épidémie avait été contenue en trois mois grâce aux efforts conjoints du gouvernement et des principaux partenaires.