L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir

Aides humanitaires en Afrique de l'Ouest et centrale

unicef-enfant-action-humanitaire-afrique-ouest-centrale

UNICEF / UN0489002 / Dejongh

En raison des situations de conflit armé et de l’insécurité grandissante en Afrique de l’ouest et centrale, notamment dans la région du Sahel, la survie des millions d’enfants qui habitent cette région du monde et leur accès à l’école est menacée. Pour eux, l’aide humanitaire est vitale. Parce que chaque enfant a le droit de vivre sereinement et en bonne santé, L’UNICEF se bat au quotidien contre les violences. Faire un don pour Afrique de l’ouest et centrale permet de contribuer à ce combat à travers les programmes mis en œuvre dans la région.

Contexte humanitaire en Afrique de l’ouest et centrale

L’Afrique de l’ouest et centrale abrite une population de près de 534 millions de personnes – dont la moitié est des enfants. L’UNICEF travaille dans 24 pays de la région.

Ces deux dernières années, les situations de conflit armé connaissent une recrudescence au Burkina Faso, au Mali et au Niger. La survie, l’éducation, la protection et le développement des enfants sont menacés. En Afrique de l’ouest et centrale, 107 millions de personnes ont ainsi besoin d’une aide humanitaire, dont 60 millions d’enfants.

Les enlèvements continuent d’être utilisés dans la région comme une tactique pour contraindre les enfants à s’enrôler dans des forces et des groupes armés. Au moins 50 % des enlèvements ont abouti au recrutement et à l’utilisation d’enfants en République centrafricaine et République démocratique du Congo. Les derniers rapports sur les enfants et les conflits armés en République centrafricaine et en République démocratique du Congo révèlent qu’au moins 40 % des cas de violences sexuelles se sont produits pendant ou après l’enlèvement ou le recrutement d’enfants.

La région est très vulnérable aux urgences sanitaires. En plus de la pandémie de COVID-19, les enfants, leurs familles et leurs communautés sont confrontés à des épidémies récurrentes de choléra, de rougeole et de poliomyélite. Les épidémies d’Ébola peuvent réapparaître des années après les infections initiales, menaçant les zones auparavant touchées. Dans le même temps, l’accès aux services de santé essentiels reste limité. Même avant la pandémie de COVID-19, l’UNICEF estime qu’un enfant sur trois né chaque année était privé de vaccins, soit la couverture vaccinale infantile la plus faible au monde.

L’impact sur l’éducation des enfants

Dans les pays touchés par les violences armées, l’éducation est un défi majeur. Les écoles et les élèves sont victimes de menaces et d’attaques régulières.

De plus, la pandémie de COVID-19 a entraîné la fermeture des écoles du Sahel central (Burkina Faso, Mali et Niger). Cette situation a mis en péril l’éducation de millions d’enfants. Dans cette région, 13 millions d’enfants étaient déscolarisés à la fin de 2021.

L’impact sur les services sociaux de base

Les situations de conflit armé empêchent de nombreux enfants de bénéficier de la vaccination systématique. Les systèmes de santé sont affaiblis, les soins courants sont perturbés et les faibles budgets initialement alloués sont redirigés vers la lutte contre l’insécurité.

Près d’un million d’enfants à travers le Sahel central souffrent déjà de malnutrition aigüe sévère potentiellement mortelle. Ce nombre augmentera de 40 pour cent pour atteindre 1,4 million dans les mois à venir en raison des effets combinés de plusieurs crises, notamment la montée de l’insécurité, la hausse des prix des denrées alimentaires et le changement climatique. Enfin, les infrastructures d’eau, d’hygiène et d’assainissement (WASH) des communautés qui accueillent les familles déplacéesne suffisent plus. En 2021, 30,9 millions de personnes avaient besoin d’une aide humanitaire WASH.

La difficulté d’accès aux soins de santé, à la nutrition, à l’éducation et à l’eau potable impacte non seulement leur présent, mais également leur avenir. Les enfants ont besoin de vous !

don-unicef

Soutenir nos actions pour les enfants

Le saviez vous ? 75% de votre don est déductible de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 1000€ par an.
Faire un don

Sahel

La forte augmentation des attaques armées contre les communautés, les écoles, les centres de santé et les autres institutions et infrastructures publiques a atteint des niveaux sans précédent. La violence perturbe les moyens de subsistance et l’accès aux services sociaux, notamment l’éducation et les soins de santé. L’insécurité exacerbe les vulnérabilités chroniques, y compris les niveaux élevés de malnutrition, les maladies infantiles, le faible accès à l’eau potable et aux installations sanitaires.

En août 2020, plus de 1,8 million de personnes ont été déplacées dans les pays du Sahel central, au Burkina Faso, au Mali et au Niger, dont 60 % d’enfants. De juillet 2019 à juillet 2020, au Burkina Faso, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays en raison de l’insécurité et de la violence est passé de 237 000 à plus d’un million de personnes, soit une multiplication par 4.

Au cours des 12 derniers mois, le nombre d’enfants ayant besoin d’une assistance humanitaire dans les trois pays est passé de 4,3 millions à 7,2 millions.

Atteindre les personnes dans le besoin est de plus en plus difficile. Au cours de l’année écoulée, la forte augmentation de l’insécurité, de la violence et des opérations militaires a entravé l’accès des acteurs humanitaires aux populations touchées par le conflit. La pandémie de COVID-19 amplifie la crise humanitaire au Sahel et augmente les risques pour la santé et la sécurité de millions d’enfants déjà fortement affectés par les violences dans la région.

Nos actions humanitaires en Afrique de l’ouest et centrale

En Afrique de l’ouest et centrale, l’UNICEF travaille avec ses partenaires pour faire cesser la violence et pour répondre aux besoins premiers de la population, en mobilisant toutes les ressources humaines et financières nécessaires. Faire un don en faveur de l’Afrique de l’ouest et centrale est un geste essentiel qui nous permet de poursuivre notre action dans la région.

5 priorités sont établies :

  • Le droit à une chance équitable de survivre et de prospérer ;
  • Le droit à une éducation de base, adaptée et de qualité ;
  • La protection des enfants contre la violence, les abus et l’exploitation ;
  • Le droit à l’eau, à l’hygiène et à disposer de structures d’assainissement ;
  • L’égalité des chances et la lutte contre les discriminations.

Pour atteindre ces objectifs et pour que l’aide humanitaire en Afrique de l’ouest et centrale ait un impact direct sur les enfants et leurs familles, l’UNICEF concentre ses efforts et ses investissements sur 8 domaines d’intervention :

  • La vaccination ;
  • La lutte contre le retard de croissance et la malnutrition ;
  • L’accès à l’éducation ;
  • Le droit à un apprentissage de qualité ;
  • L’éradication de la violence et de l’exploitation ;
  • La fin du mariage des enfants ;
  • L’enregistrement des naissances ;
  • L’assainissement et la fin de la défécation à l’air libre.

Afin de mener à bien ces missions, l’UNICEF collabore avec toutes les parties prenantes gouvernementales et communautaires, en mettant en place des programmes de développement et humanitaires.

Actualités en Afrique de l’Ouest et Centrale

Corne de l’Afrique/ Sahel: Les enfants victimes de l’extrême sécheresse sont « au bord de la catastrophe »
Communiqué de presse

Corne de l’Afrique/ Sahel: Les enfants victimes de l’extrême sécheresse sont « au bord de la catastrophe »

Burkina Faso / Ethiopie / Kenya / Mali / Niger / Nigeria / Somalie / Tchad – 23 août 2022
La malnutrition au Mali : une question de santé publique
Actualités

La malnutrition au Mali : une question de santé publique

Afrique de l’ouest et centrale – 20 juillet 2022
Toutes les actualités