L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir

Aides humanitaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

unicef-enfant-aide-moyen-orient-afrique-nord

Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord comptent près de 166 millions d’enfants. Parmi eux, plus de 61 millions sont affectés par les guerres en cours. Les conflits dans cette région du monde privent les enfants et leurs familles d’un accès vital à l’éducation, aux infrastructures de santé, d’assainissement et de distribution d’eau potable. L’UNICEF et ses partenaires travaillent sans relâche pour venir en aide aux enfants les plus vulnérables.

Contexte humanitaire au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

La région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) est caractérisée par une instabilité politique et des conflits récurrents. Les exemples incluent le conflit israélo-palestinien en cours, le conflit au Yémen, l’incertitude politique de la transition au Soudan et en Libye et l’effondrement de l’économie libanaise.

La région est marquée également par plus d’une décennie de crise en Syrie et les effets encore nombreux de l’explosion à Beyrouth en 2020. Le Yémen continue de subir la pire crise humanitaire au monde, avec 24,3 millions de personnes ayant besoin d’assistance et 2,3 millions d’enfants souffrant de malnutrition aiguë en 2021.

Les enfants et les jeunes (0-24 ans) au Moyen-Orient et en Afrique du Nord représentaient en 2019 près de la moitié de la population de la région. Les adolescents et les jeunes ressentent un sentiment de désillusion et de frustration face aux nombreux obstacles auxquels ils sont confrontés pour un apprentissage et un engagement efficaces avec leurs communautés et leur lieu de travail. Selon l’enquête sur la jeunesse arabe de 2017, 55 % des jeunes ont le sentiment que la vie dans la région s’est détériorée au cours de la dernière décennie. Pourtant, une recherche participative révèle que ces mêmes adolescents et jeunes gardent espoir de voir leur réalité changer et sont désireux de s’engager positivement en ce sens.

En 2021, 32 millions d’enfants avaient besoin d’une aide humanitaire. La région accueillait plus de 5 millions d’enfants déplacés internes et plus de 3 millions d’enfants réfugiés. Ainsi, les enfants ont continué d’être au centre des crises dans la région MENA, des conflits géopolitiques et des crises de réfugiés liées à la pandémie de COVID-19 et à d’autres risques sanitaires généralisés, comme le choléra et la poliomyélite.

L’aide humanitaire au Moyen-Orient et en Afrique du Nord est donc un besoin vital pour des millions d’enfants victimes de conflits.

don-unicef

Soutenir nos actions pour les enfants

Le saviez vous ? 75% de votre don est déductible de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 1000€ par an.
Faire un don

Syrie

Plus d’une décennie de crise humanitaire et d’hostilités a eu un impact profond sur la situation des enfants en Syrie et au-delà. Les enfants de Syrie ont été touchés par la violence, les déplacements, la rupture des liens familiaux et le manque d’accès aux services vitaux causés par une dévastation physique massive.

En 2022, la situation de nombreux enfants et familles reste précaire, avec plus de 90 % de la population syrienne vivant dans la pauvreté et 12 millions de personnes (54 % de la population) en situation d’insécurité alimentaire, soit une augmentation de 51 % depuis 2019.

La crise syrienne reste avant tout une crise de protection. De graves violations des droits des enfants – recrutement, enlèvements, meurtres et mutilations se poursuivent sans relâche. 6 833 enfants ont été tués, 5 977 blessés et 7 033 utilisé ou recruté par les belligérants depuis 2011. La crise continue de laisser des cicatrices psychologiques aux enfants syriens.

En 2021, un tiers des enfants en Syrie présentaient des signes de détresse psychologique, notamment de l’anxiété, de la tristesse, de la fatigue ou des troubles fréquents du sommeil. De plus, environ 6 millions d’enfants sont nés depuis le début de la crise syrienne en 2011 : 4,8 millions en Syrie et 1,2 million dans les pays voisins.

Concernant les enfants français encore retenus dans les camps du Nord-Est de la Syrie, la situation est inquiétante. 200 à 250 enfants français voient leurs droits les plus essentiels bafoués et vivent dans des conditions inhumaines au sein de ces camps. Les enfants y souffrent de malnutrition, de graves problèmes de santé, de blessures et de traumatismes causés par la guerre et par le manque d’accès à l’eau, à la nourriture et aux soins médicaux. Plusieurs sont morts d’épuisement et de maladies évitables.

Des adolescents (essentiellement des garçons âgés de 12 ans et plus) sont également incarcérés dans des prisons en Syrie dans des conditions indignes et sans aucun recours possible à une protection ou une aide juridique.

Nos actions humanitaires au Moyen-Orient et Afrique du Nord

Afin d’atteindre nos engagements de protection envers tous les enfants de la région MENA, l’UNICEF s’efforce de :

  • Renforcer la protection de l’enfance dans l’action humanitaire en intensifiant les programmes en faveur de la santé mentale et psychosociale et les services spécialisés pour les enfants et les soignants, notamment pour résoudre les problèmes de violence basée sur le genre, en particulier dans les conflits de haute intensité où l’impact sur les enfants est le plus important.
  • Renforcer le suivi et le signalement des violations graves contre les enfants et intensifier le plaidoyer auprès de toutes les parties au niveau régional et national.
  • Accélérer l’investissement dans les systèmes nationaux de prestation de services de protection de l’enfance, notamment en soutenant les initiatives nationales et régionales visant à améliorer la coordination intersectorielle, à renforcer le personnel des services sociaux, à renforcer les systèmes de gestion des cas et de collecte de données, à soutenir les secteurs de la justice et de l’application des lois et à promouvoir la réformes politiques et juridiques nécessaires.

Sur le plan de l’éducation, l’épidémie de COVID-19 a eu un impact considérable sur l’accès à l’instruction des enfants de la région. Elle a ainsi entraîné la déscolarisation de près de 100 millions d’élèves en raison de la fermeture des écoles. Par ailleurs, plus de 8 850 établissements scolaires ont été détruits en Syrie, en Irak, au Yémen et en Libye ces dernières années.

L’UNICEF promeut la transformation des systèmes éducatifs pour repenser non seulement les programmes scolaires, mais également les méthodes d’apprentissage, dans l’objectif d’offrir aux enfants des compétences allant au-delà des enseignements traditionnels.

L’UNICEF intervient également sur la santé des enfants. Ainsi, si la mortalité maternelle et celle des enfants de moins de 5 ans ont connu une baisse significative, tous les segments de la population d’un même pays ne progressent pas au même rythme. En soutenant le renforcement des systèmes de santé, l’UNICEF a pour objectif de faire baisser la mortalité maternelle et infantile.

Sur ce même volet de la santé, la région porte un triple fardeau, celui de la malnutrition (sous-nutrition, carence en micronutriments, obésité et surpoids) et des maladies chroniques. Afin de remédier à cette situation, l’UNICEF met l’accent sur :

  • Les compléments alimentaires pour les jeunes enfants ;
  • La nutrition des enfants en âge d’aller à l’école, des adolescents et des mères ;
  • La prévention du surpoids et de l’obésité ;
  • L’aide alimentaire pour les femmes et les enfants

Enfin, même hors conflits, la violence à l’encontre des enfants reste répandue dans la région. Elle est notamment liée à des normes et pratiques sociales généralisées telles que le mariage des enfants, l’excision ou les violences basées sur le genre. Les enfants réfugiés et migrants sont encore plus fortement touchés.

L’aide humanitaire au Moyen-Orient et en Afrique du Nord est une priorité pour des millions d’enfants. Aidez-nous à leur sauver la vie !