Syrie : mort et chaos pour les enfants de la Ghouta orientale

Publié le 21 février 2018 | Modifié le 21 février 2018

D’intenses bombardements dans l’enclave de la Ghouta en Syrie ont récemment provoqué la mort de dizaines d’enfants dans une région où les ressources sont extrêmement limitées depuis des années.

En Syrie, les enfants sont délibérément visés par des frappes meurtrières. « Aucun mot ne rendra justice aux enfants tués, à leurs mères, à leurs pères et à leurs proches », s’indigne Geer Cappelaere, directeur régional de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. À court de mots « pour décrire la souffrance des enfants », il interroge les auteurs de ces crimes : « Ceux qui infligent cette souffrance ont-ils encore des mots pour justifier leurs actes barbares ? »

Ces derniers jours, des bombardements intenses pilonnent l’enclave de la Ghouta orientale. Plusieurs organes de presse rapportent qu’au moins 250 civils ont été tués depuis dimanche 18 février, et on compte au moins une soixantaine d’enfants parmi les victimes. Des écoles et des hôpitaux ont été visés, ce qui rend la situation de cette région assiégée depuis 2013 encore plus critique.

« La situation humanitaire des civils dans la Ghouta orientale devient incontrôlable », s’alarme Panos Moumtzis, le coordinateur humanitaire régional de l’ONU pour la crise syrienne. Depuis des mois, cette enclave voit le prix des denrées alimentaires augmenter de façon exponentielle : en décembre, une miche de pain y coûtait 85 fois plus cher que dans la capitale, Damas. Plus de 390 000 personnes sont prises au piège, subissant d’importantes pénuries.

La malnutrition est à présent à un niveau record et du fait des bombardements, le nombre de personnes nécessitant une évacuation ne cesse d’augmenter. Privés de soins et de nourriture, les enfants du pays sont en danger de mort. L’UNICEF et ses partenaires continuent à solliciter les parties prenantes au conflit pour obtenir un accès inconditionnel, sans entrave et durable, en vertu du droit international humanitaire.