Démantèlement à Calais : les mineurs toujours moins protégés !

Publié le 23 février 2016 | Modifié le 10 juin 2016

Alors que la menace d’un démantèlement imminent d’une partie de la « jungle » de Calais semble constituer la principale réponse apportée par les autorités aux conditions dégradantes dans lesquelles sont confinés des milliers de femmes, hommes et enfants, l’UNICEF France s’indigne de cette décision sans alternative adaptée, qui ne fera que fragiliser encore un peu plus la situation des enfants non accompagnés.

Paris, le 23 février 2016 – Durant ces derniers mois, l’UNICEF France a fait part de sa grande préoccupation au sujet des dysfonctionnements importants des dispositifs de protection de l’enfance dans le Nord Pas de Calais. La décision d’évacuer une partie du camp de la Lande prise par la Préfète pose question alors que le Tribunal Administratif de Lille a condamné l’Etat français à apporter d’urgence des améliorations au sein de la « jungle ».
 
L’UNICEF France, qui a lancé en janvier dernier un diagnostic sociologique afin de documenter la situation de ces jeunes, s’alarme des conséquences de cette évacuation sur la protection des enfants non accompagnés non effective aujourd’hui et reléguée au second plan des débats.
 
« La mise en œuvre du démantèlement ne fait que renforcer les situations extrêmes et à risques pour les enfants réfugiés non accompagnés, » prévient Jean-Marie Dru, président de l’UNICEF France. « Le risque de disparitions, et ruptures dans l’identification de ce public vulnérable est inévitable dans un contexte de démantèlement, » ajoute-t-il.
 
Le droit fondamental à la protection est inscrit dans la Convention relative aux droits de l’enfant (CIDE) ratifiée par la France. L’UNICEF France appelle les pouvoirs publics à respecter cet engagement international et à mettre tout en œuvre pour une protection effective de tous les enfants présents sur le territoire national.

 

Média

Le démantèlement de la "jungle" de Calais en images

La journaliste et photographe Laurence Geai était à Calais pendant le démantèlement de la partie sud de la "jungle" par les forces de l'ordre, le 1er mars 2016. Voici quelques-unes de ses images.

Soutenir nos actions