G7 : Faire de l’éducation des filles en situation de crise une priorité !

Publié le 04 juin 2018 | Modifié le 04 juin 2018

La Coalition Education et l'UNICEF appellent la France à s'engager par des mesures concrètes pour renforcer le droit à l'éducation de toutes les filles en situation de crise.

Paris, 1 juin 2018 - Les 8 et 9 juin prochains, les dirigeant·e·s des plus grandes puissances du monde se réuniront à Charlevoix, au Québec pour aborder certains des enjeux les plus cruciaux à l’échelle internationale. À cette occasion, la Coalition Éducation et l’UNICEF appellent la France à s’engager par des mesures concrètes pour renforcer le droit à l’éducation de toutes les filles en situation de crise : un des enjeux contemporains les plus négligés et pourtant l’un des plus importants auquel la prochaine génération sera confrontée.

 

Aujourd’hui, 75 millions d’enfants et de jeunes, sont privés d’éducation dans 35 pays en proie à des crises. Dans ces contextes de vulnérabilité, les filles ont 2,5 fois plus de risques de ne pas être scolarisées. Et lorsque les filles n’ont pas accès à l’éducation, elles sont plus vulnérables à la violence, notamment sexuelle,  à la discrimination et à l’exploitation, au mariage précoce et à la grossesse pendant l’adolescence.

 

La France a affirmé son leadership en matière d’appui à l’éducation en contexte de crise et fait partie des 74 pays ayant adopté la Déclaration mondiale sur la sécurité dans les écoles. Son engagement en faveur de l’éducation s’est accompagné en février dernier lors de la conférence de Dakar, d’un soutien de 200 millions d’euros au Partenariat mondial pour l’éducation (PME) pour 2018-2020. Un engagement diplomatique et financier de la France au G7 sous présidence canadienne sur cette thématique doit générer un élan positif qui devra être poursuivi lors de la présidence française du G7 en 2019.

 

« Le sommet du G7 représente une opportunité supplémentaire pour la France d’accroître la résonance politique et l’impact de son engagement en faveur de l’éducation des filles les plus vulnérables, en particulier les filles non scolarisées, en situation de crise. » selon Léa Rambaud, responsable plaidoyer et communication de la Coalition Education.

 

Le G7 encouragera l’engagement et l’action en faveur d’un avenir positif pour des millions d’enfants dans le monde - grâce à des ressources suffisantes évaluées à 1,3 milliard de dollars additionnels pour les trois prochaines années - en reconnaissant et en s’attaquant aux principaux obstacles à la réalisation d’une éducation de qualité pour les filles et les garçons les plus vulnérables.

 

« Pour des millions d’enfants pris au piège des conflits ou des catastrophes partout dans le monde, l’accès à une éducation de qualité, dispensée dans un environnement sûr, représente un puissant rempart contre les différentes formes de violences auxquelles ils sont exposés » affirme Sébastien Lyon, directeur général de l’UNICEF France.

 

Les organisations membres de la Coalition Éducation : Aide et Action, Asmae, Céméa, Défi, France Parrainages, Gref, Humanité & Inclusion, Ligue de l’enseignement, One, Partage, Plan International France, Planète Urgence, Sgen-CFDT, SNUipp, Solidarité Laïque et UNSA Éducation.