Un bébé sur 8 est né dans une zone de conflit en 2015

Publié le 17 décembre 2015 | Modifié le 10 juin 2016

Après une année marquée par des accords mondiaux historiques, la communauté internationale doit traduire ses promesses en actes pour les enfants les plus vulnérables en 2016.

New York, 17 décembre 2015 – Plus de 16 millions de bébés sont nés dans des zones de conflit en 2015 – ce qui représente 1 naissance sur 8 dans le monde – a annoncé l’UNICEF aujourd’hui, un chiffre qui met en évidence la vulnérabilité d’un nombre croissant d’enfants.

« Toutes les 2 secondes, un nouveau-né pousse son premier cri au milieu d’un conflit, souvent dans des circonstances terrifiantes et sans accès à des soins médicaux, » a rappelé le directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake. « Trop d’enfants commencent leur vie dans des contextes extrêmes – conflit, catastrophe naturelle, pauvreté, maladie ou malnutrition. Peut-on imaginer pire début dans la vie ? »

Dans des pays touchés par des conflits comme l’Afghanistan, la République centrafricaine, l’Irak, le Soudan du Sud, la Syrie et le Yémen, ou encore lors des dangereux périples pour échapper aux combats, les nouveau-nés et leurs mères sont confrontés à de nombreux dangers. Les femmes enceintes courent le risque d’accoucher sans assistance médicale et dans des conditions insalubres. Leurs enfants ont une probabilité plus grande de mourir avant l’âge de 5 ans et de vivre dans des conditions de stress extrême – dit « toxique »-- qui peuvent entraver leur développement psychologique et cognitif à long terme.

Outre les conflits, la pauvreté, les effets du changement climatique et l’absence de perspectives rendent les enfants de plus en plus vulnérables et ont jeté sur les routes des millions de personnes, loin de leur foyer.

•    Plus de 200 000 enfants ont demandé l’asile dans des pays de l’Union européenne durant les 9 premiers mois de l’année 2015, s’ajoutant aux 30 millions d’enfants dans le monde obligés de quitter leur foyer en 2014 à cause de la guerre, de la violence et des persécutions. Il n’y a jamais eu aujourd’hui autant de personnes déplacées dans le monde depuis la seconde guerre mondiale.

•    Plus de 250 millions d’enfants – soit un sur neuf – vivent dans des pays ou des régions en proie à un conflit. Leur santé, leur éducation et leur bien-être sont gravement compromis.  

•    Plus d’un demi-milliard d’enfants vivent dans des zones où les inondations sont extrêmement fréquentes et près de 160 millions d’entre eux vivent dans des zones de sécheresse élevée ou très élevée.

•    Les enfants représentent la moitié des personnes vivant dans une pauvreté extrême bien qu’ils ne représentent qu’un tiers environ de la population mondiale.

« Les derniers mois de 2015 ont vu la communauté internationale se rassembler autour de la lutte contre le changement climatique et pour un nouveau programme de développement mondial, a déclaré Anthony Lake. Ces accords ambitieux représentent une énorme occasion si nous pouvons traduire nos promesses en actes pour les enfants les plus vulnérables. Si nous remédions aux raisons pour lesquelles tant de familles ressentent le besoin de se déraciner, et de déraciner leurs enfants – en résolvant les conflits, en luttant contre le changement climatique, en élargissant les possibilités de chacun –nous pouvons faire de 2016 une année d'espoir pour des millions de personnes –et non une année de désespoir. »

Média