Plus de 200 enfants libérés de groupes armés au Soudan du Sud

Publié le 18 avril 2018 | Modifié le 18 avril 2018

En tout, 500 enfants ont été libérés depuis le début de l’année.

YAMBIO, Soudan du Sud, le 18 avril 2018Plus de 200 enfants ont été libérés d’un groupe armé ce mardi au Soudan du Sud. Il s'agit de la deuxième libération d’une série soutenue par l’UNICEF qui vise à libérer près de 1 000 enfants des rangs des groupes armés dans les mois à venir.

La première libération d'enfants soldats s'est déroulée dans la ville de Yambio début février, où plus de 300 enfants ont pu retourner dans leur famille ou dans des centres de soins financés par l’UNICEF. Aujourd’hui, cette deuxième phase a permis la libération de 207 enfants d’un groupe situé dans une communauté rurale du nom de Bakiwiri, à environ une heure de route de Yambio, dans l’Etat de l’Equatoria Occidental. 

« Aucun enfant ne devrait avoir à prendre une arme et à se battre », a déclaré Mahimbo Mdoe, le représentant de l'UNICEF au Soudan du Sud. « Aujourd’hui marque le début d’une nouvelle vie pour chacun de ces enfants. L'UNICEF est fier de soutenir ces enfants qui retournent dans leur famille et peuvent commencer à se construire un avenir meilleur. »

Pendant la cérémonie, les enfants ont été officiellement désarmés et ont reçu des vêtements civils. Des examens médicaux seront menés et les enfants seront accompagnés psychologiquement dans le cadre du programme de réinsertion mis en œuvre par l'UNICEF et ses partenaires.

Lorsque les enfants rentreront chez eux, leurs familles recevront une aide alimentaire de trois mois pour soutenir leur réintégration. Ils bénéficieront également d'une formation professionnelle visant à améliorer les revenus du foyer et la sécurité alimentaire. Au-delà de ces services liés aux moyens de subsistance, l'UNICEF et ses partenaires veilleront à ce que les enfants libérés aient accès à des services éducatifs adaptés à leur âge dans les écoles et les centres d'apprentissage accéléré.

« L'UNICEF, la MINUSS et les partenaires gouvernementaux ont négocié sans relâche avec les parties au conflit afin de permettre la libération de ces enfants », a déclaré M. Mdoe.  « Mais notre mission ne s’arrête pas là. La réintégration de tous les enfants soldats est un processus long et difficile et nous devons nous assurer qu’ils bénéficient du soutien dont ils ont besoin pour qu'ils puissent aller vers un avenir plus prometteur."

Les enfants (112 garçons, 95 filles) ont été libérés des rangs du Mouvement de libération nationale du Soudan du Sud (SSNLM), qui avait signé un accord de paix avec le gouvernement en 2016 et qui intègre désormais les rangs de l’armée nationale, et également des rangs de l'Armée populaire de libération du Soudan - Opposition (SPLA-IO). Une recrudescence des combats en juillet 2016 avait paralysé les plans initiaux de libération des enfants, mais un nouvel élan est en train d'avoir lieu.

Malgré ces progrès, il y a encore environ 19 000 enfants qui servent dans les rangs des groupes armés au Soudan du Sud, plus de quatre ans après le début du conflit. Tant que le recrutement d’enfants par des groupes armés continuera, ils seront incapables de répondre à leur engagement de défense des droits des enfants.

Alors que les pourparlers de paix reprennent et que l'avenir du gouvernement de transition est au coeur des débats, l'UNICEF exhorte toutes les parties au conflit à mettre fin au recrutement d'enfants et à libérer tous les enfants des rangs des groupes armés.

 

Un financement suffisant du programme de libération de l'UNICEF est donc essentiel. Le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance a besoin de 45 millions de dollars en 2018 pour soutenir les efforts de libération, de démobilisation et la réintégration de 19 000 enfants au cours des trois prochaines années.