85% des enfants syriens accueillis en Jordanie vivent dans la pauvreté

Publié le 27 février 2018 | Modifié le 19 septembre 2018

Une nouvelle étude de l’UNICEF démontre que la situation des familles réfugiées syriennes s'est fortement détériorée au cours des deux dernières années.

PARIS, 26 février 2018 - Les familles réfugiées syriennes vivant en communautés hôtes en Jordanie rencontrent de plus en plus de difficultés à répondre à leurs besoins fondamentaux et à assurer l'éducation et la protection de leurs enfants, déclare l'UNICEF aujourd'hui. Selon la dernière étude de l’organisation, 85% des enfants réfugiés syriens enregistrés vivent en dessous du seuil de pauvreté.

En outre, 94% des enfants syriens de moins de 5 ans dans ces communautés hôtes vivent dans la pauvreté « multidimensionnelle », c’est-à-dire qu’ils sont privés d’au moins deux des cinq droits fondamentaux suivants : l’éducation, la santé, l’accès à l’eau et l’assainissement, la protection de l’enfance et la sécurité.

« Au vu de l'ampleur sans précédent de la crise syrienne et la période prolongée sur laquelle elle s’étend, la Jordanie a besoin d'un soutien continu pour pouvoir en gérer les conséquences et répondre aux besoins des enfants les plus vulnérables », déclare Robert Jenkins, représentant de l'UNICEF en Jordanie. « Cela fait sept ans que cette crise dure et nous devons tous ensemble continuer à faire tout ce que nous pouvons pour venir en aide aux enfants réfugiés et leurs familles qui luttent pour satisfaire leurs besoins fondamentaux. »

La dernière étude de l’UNICEF dévoile ainsi les privations dont sont victimes les enfants réfugiés syriens et leurs familles en Jordanie :

  • 4 familles syriennes sur 10 souffrent d'insécurité alimentaire, ce qui signifie qu'elles ne sont pas en mesure de se procurer une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins alimentaires. De plus, 26% d'entre elles risquent chaque jour de tomber dans la même situation;
  • 45% des enfants syriens de moins de 5 ans n'ont pas accès à des services de santé adéquats, comme des services de vaccination ou des services dédiés au soin des personnes handicapées ;
  • 38% des enfants syriens ne vont pas à l'école ou abandonnent en cours de route, souvent à cause de la distance, du prix, du manque d'espace et du harcèlement subi sur place ;
  • Le travail des enfants et la violence restent aujourd’hui des défis majeurs pour les enfants syriens de 6 à 17 ans ;
  • 16% des enfants syriens de moins de 5 ans n'ont pas de certificat de naissance, engendrant des défis au quotidien et les exposera à davantage de problèmes en grandissant.   

 

Ces familles réfugiées syriennes ont partagé leurs expériences avec l’UNICEF au cours de l'étude, et notamment leurs difficultés quotidiennes pour payer le loyer, couvrir les frais médicaux et les frais de scolarité de leurs enfants.

Certains parents expliquent qu’ils leur arrivent de sauter des repas pour permettre à leurs enfants de manger à leur faim. Ces familles, fragiles et vulnérables, ont malheureusement souvent recours à des mécanismes de substitution pour survivre, comme le travail des enfants ou le mariage précoce.    

L'UNICEF travaille avec le gouvernement jordanien, ses donateurs et ses partenaires pour réduire la pauvreté grâce à un soutien ciblé et permettre à ces jeunes de s’engager dans leurs communautés, de continuer à aller à l’école, mais également les aider à se former et à trouver un travail.

 

Les programmes d’aide de l’UNICEF en Jordanie affichent aujourd’hui un déficit de financement de 145,7 millions de dollars des Etats-Unis pour répondre aux besoins de tous les enfants vulnérables en 2018.

Soutenir nos actions