Violences sexuelles sur les enfants : les actions et engagements de l’UNICEF

Publié le 15 février 2018 | Modifié le 15 février 2018

Déclaration de la directrice générale de l'UNICEF Henrietta H. Fore.

STOCKHOLM, le 14 février 2018 – « L'exploitation sexuelle et l'abus des enfants ne peuvent en aucun cas être tolérés. Aucune organisation n'est à l'abri de ce fléau et nous travaillons à chaque instant pour mieux y remédier. Quand il s'agit de la protection des enfants, nous sommes déterminés à agir. Le travail est loin d’être terminé, nous ne pouvons pas en rester là.

En tant que directrice générale de l'UNICEF, j'ai placé cette question au cœur de notre programme. Nous nous sommes engagés à prendre des mesures strictes et à assurer la transparence au sein de l'UNICEF.

Pour s'assurer du fait que nous faisons bien tout notre possible, nous sommes en train de mener un examen complet de nos procédures et j’en rendrai les conclusions publiques.

Mon équipe étudie également les possibilités d'utiliser la technologie pour évaluer rapidement les risques d'exploitation sexuelle sur le terrain et ainsi permettre aux victimes de porter plainte plus facilement et de façon confidentielle.

Nous commencerons par les endroits où le risque d'abus sexuel est le plus élevé en mettant en place un contrôle plus rigoureux du personnel et en améliorant la sécurité et la protection des enfants de nos programmes.

Ces nouvelles mesures viennent s’ajouter aux actions rigoureuses que nous avons entreprises au fil des années pour prévenir les abus sexuels sur les enfants et répondre aux besoins des victimes, en nous appuyant sur ce que nous avons appris et en réévaluant régulièrement nos approches :

  • Nous avons rendu obligatoire la déclaration des cas d'exploitation et d'abus sexuels, par le biais d'une alerte de notification qui me rapporte des informations dans les 24 heures ;
  • Nous avons intensifié notre soutien aux victimes en leur fournissant une aide psychologique sûre et confidentielle ;
  • Nous mettons en place des processus de plaintes communautaires sur le terrain ;
  • Nous avons d’ores et déjà renforcé notre unité des enquêtes spéciales ;
  • Et nous avons rendu obligatoire la formation à la prévention de l’exploitation sexuelle et des abus.

Nous avons une politique de tolérance zéro en ce qui concerne l'exploitation et les abus sexuels et nous nous sommes engagés à continuer d’apprendre pour nous améliorer encore. Nous voulons la justice pour les enfants qui ont été victimes de ce malheur et sommes déterminés à travailler avec tous nos partenaires pour y parvenir. »

Soutenir nos actions