Malnutrition : 1000 jours chrono

Dans le monde, des millions d’enfants souffrent de malnutrition, particulièrement dévastatrice au cours de leurs 1000 premiers jours. Les progrès spectaculaires réalisés ces dernières années montrent pourtant qu’il est possible de vaincre ce fléau. L’UNICEF mobilise les Etats concernés et apporte une aide massive directe aux enfants et à leurs mères.  

Vos dons pour les enfants

Je donne

Malnutrition : 1000 jours chrono
Dans l’État indien de Maharashtra, le taux des retards de croissance des enfants de moins de 5 ans est passé de 39 % en 2005 à 23 % en 2012.
De
À

Conférence internationale à Paris

 
- S’attaquer à la malnutrition infantile est un préalable à toute forme de développement pérenne. Dans ce contexte, l’UNICEF France organise une conférence internationale contre la malnutrition infantile à Paris, les 14 et 15 mai, sur le thème « Renforcer la sécurité nutritionnelle en Afrique subsaharienne : la voie vers la résilience et le développement ». 
 
Autour d’un large éventail de participants, représentants des gouvernements, organisations de la société civile, universitaires, bailleurs de fonds, agences des Nations unies, organisations non gouvernementales et secteur privé, la conférence aura pour objectif de se mobiliser pour les enfants, à la veille du prochain G8, prévu en juin au Royaume-Uni.
 
- Les partenaires : ministère français des Affaires étrangères, Action contre la faim (ACF), Agence française de développement (AFD), Alliance for international medical action (ALIMA), Fondation Bill et Melinda Gates et Médecins sans frontières (MSF). Avec la contribution d’autres intervenants majeurs dans le domaine de la nutrition au niveau mondial et régional, en Afrique de l’Ouest et du Centre.
 
1000 jours pour faire la différence. Dans la lutte contre la malnutrition, les 1000 premiers jours de l’enfant sont décisifs, dès sa conception : les enfants atteints de malnutrition aiguë sévère risquent neuf fois plus de mourir que les enfants bien nourris. Mais, dans le même temps, 75 % des enfants soignés peuvent se rétablir. 165 millions d’enfants de moins de cinq ans sont concernés par cette face cachée de la pauvreté. 
 

L’alimentation, mais pas seulement

 
L’état nutritionnel d’un enfant dépend de deux autres facteurs, en plus de l’alimentation : la santé et les soins. Trois piliers sur lesquels l’UNICEF agit pour sauver les enfants menacés de retards de croissance. Car ces déficits ne concernent pas seulement la taille des enfants : le développement insuffisant du cerveau et des facultés cognitives font aussi partie des risques. 
 
Pour passer ces 1000 premiers jours sans encombre, l’enfant et la mère doivent avoir accès à une alimentation diversifiée, riche en nutriments et peu coûteuse ; des pratiques maternelles et de soins de l’enfant adaptés, ou encore des services de santé adéquats. Tout aussi important, l’accès à l’eau potable, à des installations sanitaires et une bonne hygiène doit être assuré.
 

Agir, ça marche !

 
Dans les pays qui manifestent une vraie volonté politique et s’engagent à combattre la malnutrition, comme au Pérou, au Rwanda ou en Haïti, les résultats en termes de réduction des retards de croissance sont spectaculaires. Au Pérou par exemple, les retards de croissance ont diminué d’un tiers en seulement quelques années.
 
Pour accentuer ces progrès, l’UNICEF s’emploie à mobiliser la volonté politique des gouvernements et des partenaires pour réduire les retards de croissance et autres formes de malnutrition. Il s’agit aussi d’appuyer des programmes nationaux efficaces et de mener une action constante de communication et de plaidoyer. Sans oublier, bien sûr, la fourniture d’aliments thérapeutiques prêts à la consommation en situation d’urgence : en 2011, cette aide représentait 27 000 tonnes, soit 80 % de l’approvisionnement mondial. 

 

Mots-clés :