Bernard : "Ensemble, on est plus forts contre le tétanos"

Publié le 27 juin 2013 | Modifié le 30 décembre 2015

D’un côté, l’UNICEF. De l’autre, Kiwanis, organisation internationale de bénévoles qui a pour devise « Servir les enfants du monde ». Ce qui les unit ? Le projet « Eliminate » qui vise à sauver les 59 000 enfants et 30 000 mamans qui meurent chaque année du tétanos... Rencontre avec Bernard Segondy, l’un des « Kiwaniens » engagés aux côtés de l’UNICEF.

« Quand on parle du tétanos en France, cela nous évoque plus un vaccin qu’une maladie !, explique Bernard de son accent teinté du soleil de Narbonne. Ici on a la chance de l’avoir éliminé. Moi-même en tant que médecin, je n’ai vu que deux cas, quand j’étais externe à 28 ans… Aujourd’hui j’ai 62 ans, et le tétanos c’est pour moi un combat : il faut mettre fin à cette maladie qui tue des dizaines de milliers d’enfants chaque année dans le monde ! »
 
Un bébé meurt du tétanos toutes les 9 minutes.
Une piqûre. Il suffit d’une simple piqûre pour protéger le nouveau-né, comme la future maman.
Moins d’un euro. Le vaccin antitétanique coûte moins d’un euro…
 

Sauver des vies

 
Quand on demande à Bernard pourquoi il a rejoint Kiwanis en 2005, puis le programme « Eliminate » de l’UNICEF (en tant que responsable de coordination pour la division Languedoc-Roussillon), sa réponse fuse : « Parce que je suis médecin. Tourné, par ma formation, vers l’autre et sa sauvegarde. Et parce que pour moi, venir en aide à ceux qui en ont besoin, les enfants en particulier, c’est naturel. »
 
Au sein de Kiwanis, ils en ont organisé des projets pour les enfants, lui et ses camarades kiwaniens. « Rêve de gosses » autour de l’intégration des enfants handicapés, « Courir pour un regard » au profit d’enfants déficients visuels, une collecte pour l’Association des familles de traumatisés crâniens, afin de financer du matériel pour sensibiliser les jeunes à la sécurité routière… Et donc « Eliminate » pour l’UNICEF.
 
« Apporter un peu de bonheur aux enfants, c’est une expérience extraordinaire, poursuit Bernard avec un sourire de gosse. Et quand il s’agit en plus de leur sauver la vie… Avec le programme Eliminate, on sait où vont les dons, on est sûrs de leur utilité – et on ne compte pas en euros, mais en nombre de vies sauvées. »
 

Concert solidaire

 
Eliane Ott Scheffer, coordinatrice du district Kiwanis France-Monaco, est la responsable de Bernard. « Depuis la fin du précédent projet avec l’UNICEF en 2006, (qui avait permis de récolter 100 millions de dollars à l’échelle mondiale pour lutter contre les carences en iode), on sentait que les Kiwaniens souhaitaient continuer à s’engager pour une action concrète et d’envergure. Le programme Eliminate contre le tétanos a répondu aux attentes... Et Bernard lui, a su fédérer les neuf Clubs de la division Languedoc-Roussillon autour d’une belle action commune ».
 
Cette action ? Un concert, à Bézier en septembre 2012, qui a permis de collecter plus de 6000€. A l’entrée de la salle, deux stands côte à côte, Kiwanis et UNICEF, reliés par une banderole, celle d’Eliminate. « Parce qu’ensemble, on est plus forts contre le tétanos » précise Bernard. Y a-t-il plus belle image pour illustrer la lutte commune pour les enfants ?
 

300 000€ en France pour 2012

 
« Face au fléau que sont les maladies comme le tétanos, la rougeole ou la polio, on n’est jamais assez nombreux… Grâce à tous les Kiwaniens comme Bernard, l’UNICEF France a reçu 300 000€ de dons en 2012, rappelle Ann Avril, Directrice du développement à l’UNICEF France. Ces fonds ont permis de sauver des enfants, et d’avancer encore davantage vers notre objectif : faire disparaître le tétanos néonatal et maternel de la planète ».
 
Au moment d’évoquer ce que son engagement lui apporte, Bernard sent l’émotion monter. C’est un grand sensible et il ne s’en cache pas. Ses yeux qui se brouillent répondront à sa place. Alors il se raccroche au concret : « Au fil des mois, les pays tombent les uns après les autres devant la lutte. On s’engage aux côtés de l’UNICEF, et l’UNICEF s’engage sur le terrain ; on est sûrs du travail fait, c’est un partenariat sur le long-terme… Et quand le pays prend le relais et s’engage à son tour pour continuer la lutte, il n’y a pas plus belle victoire ! »
 

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF