Conseil de sécurité de l’ONU : le maintien de la paix et de la sécurité en Ukraine est une priorité

Publié le 12 mai 2022

Déclaration du directeur général adjoint de l'UNICEF, Omar Abdi, lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur le maintien de la paix et de la sécurité en Ukraine.

New York, le 12 mai 2022 – « Monsieur le Président, Excellences et chers collègues, je tiens à exprimer ma reconnaissance aux ambassadeurs De La Fuente et Riviere pour avoir organisé la réunion d'aujourd'hui. Je voudrais également remercier les États-Unis d'accueillir cette séance d'information pendant votre présidence du Conseil de sécurité.

La guerre en Ukraine est une crise des droits de l’enfant

Cela fait tout juste un mois que l'UNICEF a informé ce Conseil de la situation en Ukraine - chaque jour qui passe voit davantage d'enfants ukrainiens exposés aux horreurs de cette guerre. Au cours du mois dernier, l'ONU a vérifié que près de 100 enfants ont été tués, et nous pensons que les chiffres réels sont considérablement plus élevés. D'autres enfants ont été blessés et ont subi de graves violations de leurs droits, des millions d'autres ont été déplacés. Les écoles continuent d'être attaquées et utilisées à des fins militaires et les infrastructures d'eau et d'assainissement sont touchées. La guerre en Ukraine, comme toutes les guerres, est une crise de la protection et des droits de l'enfant.

Le mois dernier, l'UNICEF a informé le Conseil à la suite de l'attaque de la gare de Kramatorsk - une attaque contre des familles fuyant la violence et qui a interrompu le travail de notre équipe sur le terrain pour fournir une aide humanitaire désespérément nécessaire. Nous nous réunissons à nouveau après une autre attaque horrible, cette fois contre une école à Luhansk - un autre exemple frappant de mépris pour la vie des civils. Aujourd'hui, encore plus de familles pleurent la perte d'êtres chers.

C'est aussi un rappel brutal qu'en Ukraine aujourd'hui, l'éducation est également attaquée. En février, l'année scolaire s'est arrêtée lorsque la guerre a éclaté. La semaine dernière, au moins 15 des 89 écoles de l'est de l'Ukraine - soit une sur six - soutenues par l'UNICEF avaient été endommagées ou détruites depuis le début de la guerre. Des centaines d'écoles à travers le pays auraient été touchées par des tirs d'artillerie lourde, des frappes aériennes et d'autres armes explosives dans des zones peuplées, tandis que d'autres écoles sont utilisées comme centres d'information, abris, centres d'approvisionnement ou à des fins militaires - avec un impact à long terme sur le retour des enfants à l'éducation.

Ces attaques doivent cesser. Toutes les parties doivent honorer leur obligation légale et morale de protéger les civils et les infrastructures civiles, de respecter le droit international humanitaire et le droit des droits de l'homme, et de veiller à ce que les droits des enfants soient défendus.

Le Conseil de sécurité de l’ONU condamne les attaques contre les écoles

En 2021, ce conseil a adopté la résolution 2601, qui condamne les attaques contre les écoles et appelle à toutes les garanties nécessaires pour faire respecter le droit à l'éducation. La déclaration sur la sécurité des écoles décrit ce qui est nécessaire pour renforcer la protection de l'éducation dans les conflits. Ce qu'il faut maintenant, c'est le courage, la discipline et la volonté politique de traduire ces paroles en actes.

Excellences, les écoles sont une bouée de sauvetage pour les enfants, en particulier dans les conflits. Les écoles sont un espace sûr, où les routines offrent une protection contre le danger et un semblant de normalité. Les écoles sont également des canaux essentiels d'information sur les risques liés aux munitions explosives mortelles. Et elles permettent d'accéder aux services sanitaires et psychosociaux essentiels.

La main-d'œuvre ukrainienne - enseignants, directeurs d'école, travailleurs sociaux, psychologues et autres professionnels - est également touchée par ce conflit. Il est plus important que jamais de les soutenir pour qu'ils puissent rester et fournir des résultats.

Nous devons également veiller à mettre en place des solutions créatives, polyvalentes et flexibles qui combinent des méthodes de basse et de haute technologie pour atteindre tous les enfants et minimiser les perturbations de leur apprentissage. À la mi-mars, plus de 15 000 écoles ont repris l'enseignement en Ukraine, principalement par le biais de l'apprentissage à distance ou d'options hybrides en personne. Le ministère de l'Éducation et des Sciences, soutenu par l'UNICEF et ses partenaires, fait tout son possible pour atteindre les enfants ukrainiens, notamment en soutenant l'enseignement en ligne de la maternelle à la 11e année. Nous soutenons également une campagne numérique en cours sur l'éducation aux risques liés aux munitions explosives, et nous fournissons des fournitures liées à l'éducation. Toutefois, l'enseignement à distance ne peut être qu'une solution temporaire. Les leçons tirées de la pandémie montrent l'importance pour les enfants d'apprendre dans un cadre scolaire, avec leurs pairs et leurs enseignants.

Dans la région au sens large, grâce à la directive européenne sur la protection temporaire, les gouvernements et les municipalités des pays voisins inscrivent les enfants dans les systèmes scolaires nationaux et dans des filières d'éducation alternatives. Cela permet d'assurer la continuité de l'apprentissage des enfants et de les aider à terminer l'année scolaire. On estime que 3,7 millions d'enfants en Ukraine et à l'étranger utilisent des options d'apprentissage en ligne et à distance. Mais d'énormes obstacles subsistent, notamment des contraintes de capacité et de ressources, des barrières linguistiques et des mouvements imprévisibles des enfants et de leurs familles.

Nous devons tout mettre en œuvre pour atteindre ceux qui risquent le plus d'être laissés pour compte. Pour les apprenants les plus jeunes, l'accès à l'éducation peut être particulièrement difficile : on estime que moins de 5% des enfants réfugiés en âge préscolaire sont inscrits dans un jardin d'enfants public. Les enfants handicapés doivent avoir accès à des services inclusifs et à des technologies d'assistance, ainsi qu'à des programmes ciblés pour couvrir leurs besoins spécifiques, y compris la réadaptation.

Au cours du mois dernier, nous avons assisté à de petits moments de soulagement lorsque des enfants et d'autres civils évacués de Mariupol et d'autres lieux de la ligne de front ont atteint une sécurité relative. Les humanitaires ont apporté à des millions de personnes dans le besoin à travers le pays des soins de santé, une éducation, de l'eau et des fournitures essentielles, ainsi que des informations, des conseils et un soutien psychosocial.

Les enfants et les parents touchés par les zones de conflit vivent un enfer

Pourtant, nous savons que la situation des enfants et de leurs familles dans les zones touchées par le conflit sans accès à l'aide humanitaire reste sombre. Les enfants et les parents nous parlent de leur "enfer", où ils ont été contraints de souffrir de la faim, de boire dans des flaques d'eau boueuses et de s'abriter des bombardements et des tirs d'artillerie constants, en évitant les bombes, les balles et les mines terrestres dans leur fuite.

La guerre en Ukraine a également eu un impact dévastateur sur les enfants les plus vulnérables dans le monde, alors que les prix des denrées alimentaires et du carburant atteignent des sommets historiques. Les enfants déjà touchés par les conflits et les crises climatiques à travers le monde - de l'Afghanistan au Yémen et à la Corne de l'Afrique - paient maintenant un prix mortel pour une autre guerre loin de leur porte. Les répercussions de la guerre en Ukraine continueront à se faire sentir dans le monde entier.

Excellences, les enfants ukrainiens ont été arrachés à leur foyer, séparés de leurs soignants et directement exposés à la guerre. Leurs écoles ont été détruites et les infrastructures essentielles à leur survie et à leur bien-être, notamment les hôpitaux et les systèmes d'eau et d'assainissement, sont dévastées par les combats.

Les enfants ukrainiens nous disent qu'ils veulent retrouver leur famille, retourner dans leur communauté, aller à l'école et jouer dans leur quartier. Les enfants sont résistants, mais ils ne devraient pas avoir à l'être. Ils ont déjà payé un prix déraisonnable dans cette guerre. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer qu'elle ne leur coûte pas également leur avenir.

Une fois encore, en tant qu'humanitaires, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour continuer à répondre aux besoins des enfants touchés par cette guerre - pour leur apporter sécurité, stabilité et protection, mais cela ne sera jamais suffisant.

En fin de compte, les enfants ont besoin d'une fin à cette guerre - leur avenir est en jeu. »

Accéder aux contenus multimedia ici