Eruption du volcan en RDC : jusqu'à 280 000 enfants risquent d'être déplacés

Publié le 28 mai 2021

UNICEF prévient que jusqu'à 280 000 enfants risquent d'être déplacés à cause de la menace du volcan en RDC.

Goma, République démocratique du Congo,le  27 mai 2021 - Alors que les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) conseillent aux habitants d'une partie de la ville de Goma de quitter leur domicile en raison du risque d'une nouvelle éruption volcanique, UNICEF a prévenu que près de 400 000 personnes - dont 280 000 enfants - pourraient être déplacées et avoir besoin de protection ou de soutien.

UNICEF se félicite des efforts déployés par le gouvernement pour protéger les personnes vivant dans la zone rouge de l'est de Goma des risques associés à de nouvelles éruptions du Mont Nyiragongo, et met en garde contre le fait que les enfants pourraient être davantage exposés aux risques pendant l'évacuation massive.

« Chaque fois que de grands groupes de personnes sont déplacés en peu de temps, les dangers pour les enfants augmentent », a averti Edouard Beigbeder, Représentant d'UNICEF en RDC. « Nous devons être attentifs aux risques immédiats pour les enfants en déplacement, notamment les problèmes de protection, de nutrition et de santé, y compris les maladies d'origine hydrique et surtout la propagation du choléra. »

Vers une zone sujette aux épidémies de choléra

Des milliers de ceux qui ont quitté Goma se dirigent vers la ville voisine de Sake - 25 km au nord-ouest de la ville - une zone sujette aux épidémies de choléra où au moins 19 cas suspects ont été enregistrés au cours des deux dernières semaines.

« Avec un danger accru d'épidémie de choléra, nous lançons un appel à l'aide internationale d'urgence pour éviter ce qui risque d'être une catastrophe pour les enfants », a ajouté Edouard Beigbeder.

Des milliers de personnes ont fui Goma après l'éruption du 22 mai, dont beaucoup se sont dirigées vers Sake.

Le jeudi 27 mai, les autorités ont ordonné aux habitants des dix quartiers de l'est de Goma, connus sous le nom de "zone rouge", de quitter immédiatement leur maison, ce qui a provoqué un nouvel exode massif. Cette zone est considérée comme la partie de la ville la plus menacée en cas de nouvelle éruption.

La plupart des personnes qui ont fui Goma jeudi se sont déplacées à pied, portant des matelas et des ustensiles de cuisine, tandis que d'autres se sont échappées en voiture ou en moto.

Le chaos des évacuations fait craindre le pire

Au moins 32 personnes sont mortes des suites directes de l'éruption, dont trois enfants, tandis que 40 personnes sont portées disparues.

Près de 1 000 enfants qui ont été séparés de leurs parents dans le chaos qui a suivi le premier jour des destructions, ont maintenant été identifiés, et UNICEF a aidé à réunir près de 700 enfants avec leurs familles.

Cent quarante-deux autres enfants ont été placés dans des familles d'accueil transitoires, tandis que 78 sont dans des centres d'hébergement en transit. Tragiquement, plus de 170 familles sont toujours à la recherche d'enfants perdus. UNICEF craint maintenant que le chaos des dernières évacuations n'entraîne la séparation d'autres enfants de leurs familles.

En réponse à la crise, UNICEF organise la livraison d'articles non alimentaires essentiels, tels que des jerrycans et des bâches, et fournit des équipements d'eau et d'assainissement (WASH) d'une importance vitale. Des mesures ont également été prises pour établir un Centre d'information sur les volcans (CIV), accessible par un système de SMS gratuit. Le CIV a joué un rôle crucial dans la lutte contre la désinformation entourant l'éruption et a été utilisé jusqu'à présent par plus de 5 200 personnes.

Des évaluations des besoins ont également été menées dans tous les principaux domaines d'activité d'UNICEF - notamment WASH, la protection de l'enfance, l'éducation, les soins de santé, le développement communautaire et la nutrition - autant de contributions d'aide d'une importance vitale en RDC qui restent gravement sous-financées.

L'agence des Nations Unies pour l'enfance travaille en outre en étroite collaboration avec le gouvernement de la RDC, notamment dans les domaines de la santé et de la nutrition.

###

Notes aux rédactions :

La stratégie d'intervention d'UNICEF :
WASH/Choléra/Produits non alimentaires (NFI) :

  • UNICEF et son partenaire la Croix-Rouge ont renforcé la surveillance active contre le choléra et assuré la chloration de l'eau des points d'eau publics, tout en fournissant de l'eau par camion aux zones affectées par les dégâts causés au réservoir d'eau de Bushara.
  • UNICEF mobilise également ses stocks WASH /NFI vers Sake pour permettre une réponse à 100 000 personnes ayant besoin d'eau potable, comme 30 citernes, des bâches en plastique, du chlore, des seaux. L'équipe de réponse rapide d'UNICEF, avec son partenaire la Croix-Rouge congolaise, prépare une distribution de kits NFI et WASH aux ménages vulnérables.

Protection de l'enfance :

  • UNICEF, en partenariat avec la Division des Affaires Sociales du Nord Kivu (DIVAS), la Croix Rouge et Change the World, a commencé immédiatement l'identification, l'assistance et la recherche des familles pour les enfants non accompagnés.
  • Des centres d'hébergement temporaire sont soutenus pour répondre à l'augmentation du nombre d'enfants accueillis.
  • Un système de coordination a été mis en place, à travers le DIVAS, les partenaires et les réseaux communautaires de protection de l'enfance, pour assurer un contact régulier avec les enfants dans les familles d'accueil, identifier et référer les nouveaux cas de séparation familiale ainsi que les survivants de VBG aux services appropriés toujours fonctionnels.

Communication pour le développement (C4D) :

  • Pour promouvoir la communication sur les risques et l'engagement communautaire, UNICEF a mis en place un centre d'information sur les volcans par le biais de SMS gratuits, qui, au 25 mai, a été consulté par plus de 5 200 personnes, réduisant ainsi la désinformation. Enfin, UNICEF a mené des évaluations des besoins en matière d'éducation, de santé et de nutrition qui servent de base à cet appel.

Capacités :

  • Globalement, 2,7 millions de dollars de fournitures d'urgence sont prépositionnés à Goma et pourraient être mobilisés pour la réponse mais devront être partiellement réapprovisionnés.
  • En outre, UNICEF a des partenaires existants dans les domaines de l'intervention rapide, de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène, de la protection de l'enfance, de l'éducation, de la santé et de la nutrition qui peuvent être mobilisés immédiatement pour l'intervention.

Accéder aux contenus multimedia ici