Journée humanitaire mondiale, un triste anniversaire

Publié le 02 septembre 2009 | Modifié le 31 août 2015

Le 19 août 2003, le siège de l’Onu à Bagdad est frappé par un attentat qui coûte la vie à 22 personnes. Cette date devient cette année la Journée humanitaire mondiale. Une survivante se souvient.

Un camion piégé, devant l’hôtel Canal qui abrite le siège des bureaux de l’Onu à Bagdad. 22 personnes tuées, de nombreux blessés. Christopher Klein Beekman, 32 ans, coordinateur des programmes de l'Unicef à Bagdad, fait partie des victimes. Tout comme Sergio Vieira de Mello, chef de la Mission de l’Onu en Irak.
De nombreux  survivants gardent des séquelles physiques et psychologiques. «Je ne pouvais voir que de la fumée, explique Nada Al-Nashif. Je me souviens juste de chemises blanches et de chemises bleues, et du sang, du sang, du sang ». Elle a ressenti une douleur affreuse au tympan, ce dernier a en effet éclaté à cause de l’explosion. A l’époque directrice du Programme des Nations Unies pour le Développement en Irak, la jeune-femme ne se trouvait heureusement pas dans son bureau, emporté par l’explosion. Nada a perdu un doigt et la peau derrière sa tête a été recouverte de bris de verre et d’autres matériaux. Après six opérations de chirurgie plastique en quatre ans, elle poursuit aujourd’hui avec ardeur son travail dans le domaine humanitaire, en tant que directrice régionale de l'Organisation internationale du Travail à Beyrouth, au Liban.

Des conséquences dramatiques

Cet attentat est devenu un véritable symbole. Le 19 août devient cette année une date de commémoration, la Journée humanitaire  mondiale. Toute menace ou attaque contre des travailleurs humanitaires est en effet inacceptable. Ces actes ont des conséquences immédiates et dramatiques. Les programmes d'assistance qui visent à aider en premier lieu ceux qui en ont le plus besoin,  le plus souvent les femmes et les enfants, sont les premiers à être affectés et souvent réduits. Tout doit être fait pour permettre aux travailleurs humanitaires d'assurer la distribution de l'assistance humanitaire de la façon la plus sûre possible. 211 millions de personnes sont touchées chaque année par les catastrophes humanitaires. Ce chiffre a triplé au cours des dix dernières années, les femmes et enfants représentent 65% de la population affectée.
 

Soutenir nos actions