Lancement du Rapport mondial 2022 sur les crises alimentaires

Publié le 05 mai 2022

Déclaration de la directrice générale de l'UNICEF, Catherine Russell, lors du lancement du Rapport mondial 2022 sur les crises alimentaires.

New York, le 4 mai 2022 - « Merci au modérateur, et merci au directeur exécutif du PAM David Beasley, au directeur général de la FAO Qu Dongyu, et à la commissaire européenne Jutta Urpilainen d'avoir mené cette discussion cruciale. Nous sommes ici pour faire le point sur une sombre réalité. Comme nous l'avons déjà entendu aujourd'hui, le monde est une fois de plus au bord d'une crise alimentaire mondiale. Je voudrais concentrer mes remarques sur l'impact de cette menace croissante sur les enfants

La survie des enfants dépend de l'accès à des aliments nutritifs, abordables et disponibles en permanence. Une bonne nutrition est le fondement de la survie et du développement de l'enfant. En revanche, une alimentation inadéquate est une cause majeure de mortalité infantile. En fait, près de la moitié des décès d'enfants de moins de 5 ans sont attribuables à la dénutrition.

Mais dans le monde entier, les impacts en cascade de la pandémie de COVID-19, des conflits et des crises climatiques augmentent considérablement la faim et la malnutrition aiguë chez les enfants. En raison de la pandémie, 100 millions d'enfants supplémentaires vivent dans la pauvreté, et deux tiers des ménages avec enfants ont perdu des revenus. Le nombre d'enfants ne recevant pas de repas réguliers a augmenté.

Les conséquences humaines dévastatrices des crises alimentaires

Les fermetures d'écoles n'ont pas seulement affecté l'apprentissage. Elles ont également eu un impact sur les enfants et les familles qui dépendent des programmes de nutrition scolaire. La hausse des prix des denrées alimentaires n'a fait qu'aggraver une situation déjà difficile. Nous estimons désormais qu'à la fin de 2021, 50 millions d'enfants souffraient d'émaciation, la forme de malnutrition la plus dangereuse pour la vie.  Nous nous attendons à ce que ce chiffre soit désormais plus élevé.

Au cours de mes premiers mois en tant que directrice général de l'UNICEF, j'ai déjà pu constater de visu les conséquences humaines très réelles et dévastatrices des crises alimentaires et nutritionnelles. J'étais récemment à Goma, en Éthiopie, dans la Corne de l'Afrique, où la pire situation d'urgence provoquée par le climat depuis 40 ans menace la vie de 10 millions d'enfants - dont 1,7 million qui ont besoin d'un traitement d'urgence pour la malnutrition aiguë sévère.

J'ai également visité un centre de santé dans une région rurale de l'Afghanistan, où une mère de cinq enfants, âgée de 25 ans, m'a dit que sa famille subsistait grâce à un régime de pain et d'eau. J'ai vu des enfants au bord de la famine et de la mort dans plusieurs hôpitaux et centres de santé communautaires, leurs parents ayant épuisé tous leurs mécanismes d'adaptation.

La même combinaison mortelle de conflit persistant, d'effondrement de l'économie, de hausse des prix des aliments et d'épidémies de maladies évitables fait des ravages au Yémen, où au moins 2,2 millions d'enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë. L'inversion rapide de nos progrès est frustrante - et tragique. Mais nous ne devons pas perdre de vue le fait qu'entre 2000 et 2019, souvent face à de graves difficultés, l'effort mondial a permis de réduire de plus de trente pour cent le nombre d'enfants sous-alimentés dans le monde.

Ce rapport montre clairement - et de toute urgence - que nous devons relancer cet effort mondial.

L'UNICEF appelle à cinq actions clés

Premièrement, protéger l'accès à des régimes alimentaires nutritifs, sûrs, abordables et durables. Les marchés alimentaires devraient être désignés comme des services essentiels pour maintenir le fonctionnement et la sécurité des travailleurs et des consommateurs en cas de crise. Nous devrions décourager les interdictions commerciales et faire davantage pour protéger les producteurs, les transformateurs et les détaillants de produits alimentaires.

Deuxièmement, il faut garantir des investissements pour améliorer la nutrition tout au long de la vie d'un enfant, en commençant par la nutrition de la mère et de l'enfant pendant la grossesse, puis pendant la petite enfance et les années scolaires. Cela implique de fournir aux soignants et aux communautés des informations précises sur l'alimentation des nourrissons. Nous devons continuer à protéger l'allaitement maternel et à empêcher la commercialisation inappropriée des préparations pour nourrissons. Et à mesure que les écoles rouvrent leurs portes, nous devons étendre les programmes de nutrition en milieu scolaire pour les enfants vulnérables.

Troisièmement, il faut développer les systèmes et les services de détection précoce et de traitement de l'émaciation chez l'enfant - la forme de malnutrition la plus dangereuse. Dans le même temps, nous devrions étendre les services de prévention de la malnutrition chez les enfants et les femmes. Des interventions qui ont fait leurs preuves, comme la supplémentation en vitamine A, les vermifuges, les compléments alimentaires et le soutien nutritionnel aux femmes enceintes et aux mères allaitantes, sont parmi les moyens les plus rentables de sauver des vies et de préserver le développement.

Quatrièmement, étendre les systèmes de protection sociale pour aider les familles les plus vulnérables.  L'apport d'un soutien direct, comme les transferts d'argent, peut aider les familles à joindre les deux bouts pendant les crises. Ils contribuent également à renforcer la résilience pour l'avenir. En retour, les programmes de protection sociale peuvent aider les familles à éviter les stratégies d'adaptation négatives, comme le mariage des filles ou le travail des jeunes enfants.

Chaque enfant a le droit de survivre et de s'épanouir

Cinquièmement, protéger les investissements dans les services sociaux. L'impact économique de la pandémie continue de contraindre et de contracter les budgets, mais les coupes dans la nutrition et la sécurité alimentaire doivent être envisagées en dernier lieu.

Cela dit, compte tenu de ces contraintes, nous savons que nous devrons travailler plus dur pour faire fructifier des ressources précieuses. Cela signifie améliorer l'efficacité, l'équité et la transparence des allocations actuelles. Nous devons également mobiliser des financements supplémentaires, notamment auprès de sources publiques et privées.

Sixièmement, pour protéger les enfants de la malnutrition, protégez-les des impacts du changement climatique. Les enfants doivent être au centre des plans d'adaptation au climat et d'atténuation de ses effets - et le financement de ces interventions inclusives doit être accessible à tous les pays.

Enfin, mieux reconstruire. Nous devons faire plus que réagir au plus fort d'une crise alimentaire. Nous devons investir dans l'amélioration de la nutrition maternelle et infantile avant, pendant et après les crises aiguës.

Chaque enfant, partout dans le monde, a le droit de survivre et de s'épanouir. Les enfants bien nourris sont mieux à même de grandir, d'apprendre et de participer à leur communauté, leur économie et leur société. Ils sont également plus résilients face aux crises. Il ne devrait pas être nécessaire de provoquer une crise alimentaire pour mobiliser nos énergies et nos ressources en faveur de ces enfants. Nous devons nous engager à nouveau à accélérer le rythme des progrès - et travailler ensemble pour atteindre chaque dernier enfant.

Merci ».