Liban : la crise menace la santé des enfants

Publié le 20 avril 2022

« Le système de santé libanais étant mis à rude épreuve par les différentes crises, les familles démunies ne peuvent même plus se permettre d'accéder aux soins de santé de base pour leurs enfants - alors même que de nombreux travailleurs de la santé dévoués luttent pour maintenir les opérations en cours pendant la crise ».

Beyrouth, le 20 avril 2022 - Les effets de ricochet de la situation économique mondiale - avec la hausse des prix et l'augmentation de l'inflation - exacerbent la crise calamiteuse du Liban, avec de graves conséquences pour la santé des enfants, a déclaré l'UNICEF dans un rapport publié à l'occasion de la Semaine mondiale de la vaccination.

Cela entraînera de nouvelles perturbations dans le secteur de la santé, déjà en proie à un exode important de professionnels de la santé, à un gel des embauches dans les établissements de santé et à des limitations des importations de médicaments et d'équipements qui ont gravement affecté la qualité des soins de santé pour les femmes et les enfants.

80 % de la population vit dans la pauvreté

Le rapport, intitulé « Une crise sanitaire qui s'aggrave pour les enfants », souligne que l’importante chute des taux de vaccination a laissé les enfants vulnérables à des maladies potentiellement mortelles telles que la rougeole, la diphtérie et la pneumonie. La vaccination systématique des enfants a chuté de 31 %, alors que les taux étaient déjà très bas, créant ainsi un grand nombre d'enfants non protégés et vulnérables aux maladies et à leurs conséquences.

Le maintien de la chaîne du froid pour les vaccins est essentiel et la hausse des prix du carburant fait peser de nouvelles menaces sur les services essentiels, telles que la livraison des vaccins, malgré les efforts déployés pour accroître rapidement l'utilisation de l'énergie solaire.

« Avec 80 % de la population vivant dans la pauvreté, de nombreuses familles ne peuvent même pas assumer le coût du transport pour emmener leurs enfants dans un centre de soins, et beaucoup ne sont plus en mesure de fournir la nourriture et la nutrition dont leurs enfants ont besoin pour survivre et s'épanouir », a déclaré Ettie Higgins, représentante de l'UNICEF par intérim.

Redoubler d’efforts pour vacciner les enfants

L'Enquête nationale sur la nutrition 2021 au Liban montre que les principaux indicateurs nutritionnels des jeunes enfants sont mauvais dès le début de leur vie et qu'ils s'aggravent avec le temps. Plus de 90 % des enfants ne respectent pas les normes en matière de fréquence minimale des repas, de diversité alimentaire ou de régime alimentaire acceptable pendant la période cruciale pour la croissance et le développement jusqu'à l'âge de 2 ans.

Un soutien est absolument nécessaire pour empêcher une nouvelle détérioration de la situation sanitaire et nutritionnelle et protéger les femmes et les enfants les plus vulnérables, alors que le Liban subit les contrecoups de l'effondrement économique, du COVID-19, des conséquences des explosions du port de Beyrouth en 2020 et, maintenant, de la situation économique mondiale.

« La crise complexe ne montrant aucun signe d'apaisement, une action concertée est indispensable pour donner la priorité à la santé des enfants. Le Liban ne peut pas se permettre que les enfants soient en mauvaise santé et privés de nutrition », a déclaré Ettie Higgins.

« L'UNICEF réitère son appel au gouvernement libanais et à toutes les parties prenantes pour qu'ils intensifient leurs efforts en vue de vacciner tous les enfants contre les maladies évitables par la vaccination et d'améliorer le bien-être nutritionnel des enfants et des femmes ».

Note aux rédactions :
Le rapport est disponible ici: