Philippines : en finir avec l'exploitation sexuelle

Publié le 25 août 2005 | Modifié le 29 décembre 2015

Des milliers de femmes et de jeunes filles affluent chaque année vers Manille à la recherche de travail pour subvenir aux besoins de leur famille. Attirées par les promesses d'une vie meilleure, nombre d'entre elles deviennent la proie de l'industrie sexuelle locale. Entre 60 000 et 100 000 enfants*, en grande majorité des filles, sont victimes de la prostitution aux Philippines. Seules et sans papiers, elles disparaissent dans les bars et les maisons closes de la ville. Grace avait seulement 13 ans lorsqu'elle est arrivée dans la capitale pour travailler en tant que femme de ménage. Mais le travail promis par ses employeurs s'est transformé en exploitation sexuelle. «Jamais je n'aurais imaginé que je serais contrainte de me prostituer, mais je me suis retrouvée sans ressources et j'ai dû commencer à travailler immédiatement », explique Grace. L'histoire de Grace n'est pas unique. Une fois entre les mains de leurs ravisseurs, les jeunes filles sont exploitées et retenues captives pendant des années. Elles travaillent chaque nuit jusqu'au petit matin pour payer leurs dettes aux propriétaires de bars. En plus de leur service de nuit dans les boites, les filles sont soumises à des tâches ménagères. "J'ai souhaité mettre fin à mes jours à plusieurs reprises parce que je me sentais piégée à vie. Nous ne sortions jamais. Nous étions comme des prisonnières, déplore Grace ». Protéger ces enfants vulnérables de l'exploitation requiert une action coordonnée. Dans le cadre d'un plan national contre l'exploitation sexuelle, le gouvernement philippin a créé un bureau des femmes qui regroupes diverses agences gouvernementales, des autorités responsables de l'application de la loi et des organisations locales chargées d'identifier les jeunes filles à risques avant qu'elles ne soient enrôlées dans l'industrie du sexe et de les libérer de leurs ravisseurs. Au cours des dernières années, des programmes de sensibilisation et de sauvetage ont permis à des milliers d'enfants de prendre un nouveau départ. L'UNICEF soutient plusieurs organisations locales telles que l'ECPAT**, dont la mission est de garantir que les jeunes filles bénéficient d'un toit, de conseils et de formations qui les aideront à se protéger de l'exploitation et à acquérir les savoirs-faire dont elles ont besoin pour transformer leur vie. Liza a été approchée par l'ECPAT alors qu'elle travaillait dans une maison close à Cebu. La jeune fille de 19 ans a décidé de s'enfuir et d'aider les autres filles de la maison close à en faire autant. 43 filles ont été sauvées et ont plus tard porté plainte contre leurs ravisseurs. Depuis sa libération, Liza a comparu comme témoin dans un procès contre ses ravisseurs. Avec le soutien de l'ECPAT, elle est retournée à l'école et a appris le métier de cuisinière. Grace a aussi trouvé refuge dans une maison d'accueil après avoir été retenue captive pendant sept ans. Elle peut maintenant songer à un avenir plus radieux. L'UNICEF travaille à l'échelle nationale et internationale pour combattre l'exploitation des enfants. Au niveau mondial, l'UNICEF plaide pour la ratification et la mise en oeuvre des lois internationales qui protègent les enfants contre les mauvais traitements. Au niveau national, l'UNICEF travaille avec les gouvernements, les organisations non gouvernementales et les communautés pour combattre l'exploitation des enfants. * Etude de l'office national des statistiques 2001, UNICEF Philippines ** End Child Prostitution, Child Pornography and the Trafficking of Children for Sexual Purposes.

Soutenir nos actions