Plus de la moitié des enfants ukrainiens sont déplacés après un mois de conflit

Publié le 25 mars 2022

La violence continue à travers le pays engendre une crise des droits de l'enfant  qui pourrait durer des générations. 

NEW YORK/GENÈVE/KYIV, 24 mars 2022 - Un mois de conflit en Ukraine a entraîné le déplacement de 4,3 millions d'enfants, plus de la moitié de la population enfantine du pays, estimée à 7,5 millions. Ce chiffre comprend plus de 1,8 million d'enfants qui ont traversé la frontière pour se réfugier dans les pays voisins et 2,5 millions qui sont maintenant déplacés à l'intérieur de l'Ukraine. 

"Ce conflit a provoqué l'un des déplacements d'enfants à grande échelle les plus rapides depuis la Seconde Guerre mondiale", a déclaré Catherine Russell, Directrice générale de l'UNICEF. "Il s'agit d'une étape sombre qui pourrait avoir des conséquences durables pour les générations à venir. La sécurité, le bien-être et l'accès aux services essentiels des enfants sont tous menacés par une violence horrible et ininterrompue."  

Selon le HCDH* , 78 enfants ont été tués et 105 ont été blessés en Ukraine depuis le début du conflit le 24 février. Pourtant, ces chiffres ne représentent que les rapports que l'ONU a pu confirmer, et le véritable bilan est probablement bien plus élevé. 

Le conflit a également eu des conséquences dévastatrices sur les infrastructures civiles et l'accès aux services de base. 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), par exemple, a fait état de 52 attaques contre des établissements de soins de santé dans tout le pays au cours des quatre dernières semaines, tandis que le ministère ukrainien de l'éducation et des sciences a signalé des dégâts dans plus de 500 établissements d'enseignement. On estime que 1,4 million de personnes n'ont pas accès à l'eau potable, tandis que 4,6 millions de personnes ont un accès limité à l'eau ou risquent d'en être privées. Plus de 450 000 enfants âgés de 6 à 23 mois ont besoin d'un soutien alimentaire complémentaire.  

L'UNICEF a déjà observé une réduction de la couverture vaccinale pour les vaccinations de routine et les vaccinations infantiles, notamment la rougeole et la polio. Cela pourrait rapidement conduire à des épidémies de maladies évitables par la vaccination, en particulier dans les zones surpeuplées où les gens s'abritent de la violence.

"En quelques semaines seulement, la guerre a provoqué d’importants dégâts chez les enfants ukrainiens", a déclaré M. Russell. "Les enfants ont un besoin urgent de paix et de protection. Ils ont besoin de leurs droits. L'UNICEF continue de demander un cessez-le-feu immédiat et la protection des enfants. Les infrastructures essentielles dont dépendent les enfants, notamment les hôpitaux, les écoles et les bâtiments abritant des civils, ne doivent jamais être attaquées."

L'UNICEF et ses partenaires s'efforcent d'apporter une aide humanitaire aux enfants en Ukraine et dans les pays voisins.

En Ukraine, l'UNICEF a livré des fournitures médicales à 49 hôpitaux dans 9 régions - dont Kiev, Kharkiv, Dnipro et Lviv - améliorant ainsi l'accès aux soins pour 400 000 mères, nouveau-nés et enfants. L'UNICEF continue de distribuer de l'eau et des articles d'hygiène dans les communautés assiégées. En outre, l'UNICEF a augmenté (passant de 22 à 50), le nombre d'équipes mobiles de protection de l'enfance travaillant dans les zones de conflit aigu et a livré 63 camions de fournitures de première nécessité pour répondre aux besoins de plus de 2,2 millions de personnes. Dans les semaines à venir, l'UNICEF commencera les transferts d'argent liquide d'urgence aux familles les plus vulnérables et mettra en place des espaces adaptés aux enfants dans des endroits clés du pays. 

Pour protéger et soutenir les millions d'enfants et de familles qui ont fui l'Ukraine, l'UNICEF et le HCR, en partenariat avec les gouvernements et les organisations de la société civile, ont créé des " Blue Dots ", des espaces sécurisés à guichet unique pour les enfants et les femmes. Les " Blue Dots " fournissent des informations essentielles aux familles qui voyagent, aident à identifier les enfants non accompagnés et séparés et assurent leur protection. Ils constituent également une plaque tournante pour les services essentiels. Des "Blue Dots" ont déjà été mis en place dans des pays accueillant des enfants et des femmes ukrainiens et seront renforcés dans les jours à venir, notamment en Pologne où ils sont plus de 20.

Malgré les efforts intensifs déployés pour garantir un accès humanitaire sûr, rapide et sans entrave, des difficultés importantes subsistent dans les zones les plus touchées du pays.