Urgence : le cyclone Idai frappe les enfants du Mozambique, du Malawi et du Zimbabwe

Publié le 18 mars 2019

Avec des rafales allant jusqu’à 170 km/h, le cyclone tropical Idai bouleverse la vie de centaines de milliers d’enfants dans trois pays du sud-est de l’Afrique. On dénombre à l’heure actuelle plus de 145 morts.

D’importantes inondations avaient déjà frappé le Mozambique ces dernières semaines à cause du cyclone Idai, né dans l’océan Indien. Il a atteint le continent dans la nuit du jeudi 14 mars et a transformé la situation en catastrophe. « Les vies de centaines de milliers d’enfants ont déjà été mises à bas par les inondations dévastatrices et maintenant le cyclone Idai a provoqué encore plus de souffrance pour les familles, se désole Leila Pakkala, la directrice régionale d’UNICEF pour l’est et le sud de l’Afrique. De nombreux enfants vont perdre leur maison, leur école, leur hôpital et même leurs amis ou des proches. »

Cyclone Idai : des dégâts considérables

Les vents, qui vont jusqu’à 170 km/h ont d’abord frappé le port de Beira, la quatrième ville du Mozambique. Plus de 500 000 personnes se sont retrouvées sans électricité et sans moyen de communication. On estime que près de 260 000 enfants sont directement concernés par cette catastrophe, uniquement au Mozambique. Dans les jours suivants, le cyclone s’est déplacé vers le Zimbabwe et plus d’1,6 million de personnes pourraient être touchées. Au Malawi, le gouvernement évalue à 460 000 le nombre d’enfants présents dans les régions atteintes. En tout, plus de 145 personnes sont mortes ces dernières semaines à cause des inondations et des dégâts provoqués par le cyclone Idai.

On s’attend notamment à ce que des écoles et des hôpitaux soient endommagés, mais aussi à ce que les réseaux de distribution et d’assainissement de l’eau soient gravement perturbés. Sans accès à une eau potable, nous craignons que des maladies se développent et que des vies d’enfants soient en danger. La destruction des routes sera un obstacle supplémentaire pour atteindre les personnes situées dans des régions isolées, d’autant plus que les eaux continuent à monter. Des coulées de boue et des chutes de pierre nous ont été rapportés sans que nous puissions pour l’heure les confirmer.

Ce qu'UNICEF a prévu en termes d'aide humanitaire

« UNICEF est sur le terrain et travaille en étroite collaboration avec les gouvernements de chaque État, ainsi que des partenaires humanitaires pour coordonner une réponse à la hauteur des besoins des enfants et de leur famille », a souligné Leila Pakkala. Nos interventions d'aide humanitaire sur le terrain concerneront plusieurs domaines. Nous préserverons la santé des enfants en menant des actions contre le choléra et en leur apportant de l’eau potable. Nous veillerons à minimiser les impacts sur leur scolarisation et à favoriser leur retour à l’école. Nous serons aux côtés des enfants pour accompagner celles et ceux qui pourraient être privés de leur famille. Et nous nous assurerons que chacun d’entre eux soit correctement nourri.

Pour mener ces actions, pour sauver ces enfants, nous avons besoin de vous : faites un don à UNICEF pour aider les enfants du Mozambique, du Zimbabwe et du Malawi.

Vinobajee Gautam, du programme d'éducation UNICEF au Malawi, parle avec Yohane Gasiano, 12 ans dans un camp à Chikwawa

 

Soutenir nos actions