Urgence en Asie du Sud : UNICEF demande 164 millions de dollars pour aider à sauver des vies

Publié le 21 mai 2021

UNICEF a besoin d'urgence de 164 millions de dollars pour acheter de l'oxygène, des tests de dépistage, des équipements médicaux et de protection individuelle, ainsi que du matériel de prévention et de contrôle des infections, afin d'aider à sauver des vies, alors qu’une vague mortelle de la COVID-19 déferle en Asie du Sud.

Katmandou/Paris, le 21 mai 2021 - La région, qui compte près de 2 milliards d'habitants, représente la moitié des nouvelles infections connues dans le monde. Plus de trois nouvelles infections au COVID-19 sont enregistrées chaque seconde. La mortalité dans la région est en forte augmentation, avec plus de trois personnes qui meurent chaque minute à cause de la COVID-19.

« L'ampleur et la rapidité de cette nouvelle vague de COVID-19 dépassent les capacités des pays à fournir des traitements vitaux », a déclaré George Laryea-Adjei, directeur régional d'UNICEF pour l'Asie du Sud. « Les hôpitaux sont débordés, il y a un manque aigu d'oxygène et d'autres fournitures médicales essentielles, et il existe un risque réel d'effondrement des systèmes de santé déjà fragilisés. »

Au cours de la première vague de la pandémie, on estime que 228 000 enfants et 11 000 mères à travers l'Asie du Sud sont morts en raison des graves perturbations des services de santé essentiels.

Une vague quatre fois plus importante que la première

« Nous sommes maintenant confrontés à une vague quatre fois plus importante que la première. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour prévenir et traiter la COVID-19, tout en maintenant le fonctionnement des services de santé essentiels dont les enfants et les mères dépendent si fortement », a déclaré George Laryea-Adjei.

Le 18 mai, l'Inde a enregistré le nombre le plus élevé de décès quotidiens dans l'histoire de la pandémie de COVID-19 : 4 529. Le Népal voisin a connu des taux de positivité des cas atteignant 47 % ; le Sri Lanka et les Maldives enregistrent quotidiennement de nouveaux records en termes de cas et de décès liés à la COVID-19 ; les hôpitaux de la capitale des Maldives atteignent leur pleine capacité. Le Bangladesh, le Pakistan, l'Afghanistan et le Bhoutan pourraient tous être confrontés à des poussées dévastatrices similaires. Dans presque tous les pays de la région, à l'exception des Maldives et du Bhoutan, moins d'une personne sur dix a été vaccinée contre le COVID-19.
 
Le besoin de financement comprend :

  • 32 millions de dollars pour des équipements d'oxygène, notamment des installations de production d'oxygène sur site pour les hôpitaux, des concentrateurs d'oxygène portables et des bouteilles.
  • 40 millions de dollars pour du matériel médical et de diagnostic, notamment des machines de RT-PCR et d'extraction d'ARN.
  • 60 millions de dollars pour les masques, les écrans faciaux, les gants, les blouses, les visières et autres équipements de protection individuelle nécessaires à la sécurité des travailleurs de santé et de première ligne.
  • 28 millions de dollars pour la prévention et le contrôle des infections, y compris les postes de lavage des mains, les désinfectants, les stérilisateurs, les machines à laver et les fournitures d'hygiène nécessaires à la prestation de soins de santé essentiels en toute sécurité.
  • 3,7 millions de dollars pour les fournitures thérapeutiques et médicales, y compris le soutien nutritionnel et les consommables.

Une aide urgente et vitale

Ces fournitures sanitaires essentielles permettront non seulement de sauver des vies, mais aussi de renforcer les systèmes de soins de santé en Asie du Sud en prévision des futures vagues potentielles de la pandémie. En outre, les fournitures seront également utilisées pour renforcer les services de santé destinés aux femmes et aux enfants : l'amélioration de l'accès à l'oxygénothérapie peut contribuer directement à la lutte contre la pneumonie infantile dans la région, et les machines de test RT-PCR qui identifient la COVID-19 peuvent également aider à détecter la tuberculose, le VIH, le VPH et le streptocoque.

« Cette flambée mortelle en Asie du Sud menace d'annuler les gains mondiaux contre la pandémie de COVID-19 et de faire reculer les progrès durement acquis en matière de survie des enfants et des mères », a déclaré George Laryea-Adjei. « Nous demandons un soutien pour nous assurer que cela ne se produise pas. »

Outre la livraison de fournitures vitales, l'intervention d'UNICEF pour lutter contre la COVID-19 en Asie du Sud consiste également à :

  • atteindre les familles avec des informations et des ressources pour prévenir l'infection et renforcer la confiance dans le vaccin ;
  • augmenter l'accès à l'eau potable et à l'assainissement ;
  • une aide en espèces pour les familles les plus vulnérables ;
  • soutenir les efforts pour que les enfants continuent à apprendre, notamment en faisant appel aux secteurs public et privé ; et
  • fournir un soutien en matière de santé mentale et de protection aux enfants et aux jeunes directement touchés par la pandémie.

Des contenus multimedia sont disponibles en téléchargement ici