« 1 000 premiers jours » : une initiative indispensable mais qui appelle un renforcement de la protection maternelle et infantile

Publié le 03 octobre 2019

En cette année de trentième anniversaire de l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant, UNICEF France accueille avec beaucoup d’intérêt le lancement des travaux de la commission sur les 1 000 premiers jours de la vie.

En effet, plus de 80 % du cerveau se développe lors des trois premières années de la vie, influençant fortement l’avenir de l’enfant.

Une protection maternelle et infantile délaissée

Le récent rapport de la députée Michèle Peyron sur la Protection maternelle et infantile (PMI) dresse le constat global d’une crise de cette politique sociale et sanitaire, pourtant cruciale pour la réussite des 1 000 premiers jours de nombreux enfants, notamment les plus défavorisés. Son activité a baissé de près de 50 % entre 1995 et 2016, bénéficiant ainsi à moins de parents et de jeunes enfants. 
En 2016, le Comité des Droits de l’enfant avait déjà recommandé à la France de combler les lacunes en services, personnels et structures en charge de la protection maternelle et infantile. Les inquiétudes concernant des services très inégaux d’un département à l’autre, et dont les moyens et l’activité diminuent d’année en année, ne peuvent être traitées séparément de l’enjeu des 1 000 premiers jours de la vie.

Les 1 000 premiers jours de la vie, période déterminante pour l’avenir de l’enfant

UNICEF alerte depuis plusieurs années sur le fait que les lacunes dans les soins de santé, la nutrition, la socialisation de l’enfant, ont des conséquences durables sur l’enfant, dont le cerveau se construit à plus de 80 % en un peu plus de deux ans.
Les enfants doivent bénéficier de « soins bienveillants »(1) et de services adaptés pour réaliser leur potentiel, en particulier lorsqu’ils sont issus de milieux défavorisés. 
•    De la conception à la naissance, pour les enfants et la mère, des soins de santé et un accompagnement à la parentalité sont indispensables, ils doivent être pris en charge financièrement.
•    De la naissance à trois ans, la vaccination, les soins de santé, la nutrition, la protection et une stimulation attentive jouent un rôle fondamental pour le développement de l’enfant.
•    Un accompagnement des parents est souvent crucial lors de ces trois années, afin de leur permettre d’être soutenus et de trouver du « répit ».
•    La dimension de l’« aller-vers » doit être renforcée, notamment dans les services de la PMI, afin d’intervenir auprès des familles les plus en difficulté et d’enrayer la reproduction des inégalités sociales. 

Investir dans la petite enfance a de nombreux bénéfices

Les effets bénéfiques sont mesurables à l’échelle individuelle mais également collectives si l’on cible également les enfants et les familles les plus défavorisés : des enfants en meilleure santé physique et psychique, plus aptes à se lier socialement et à apprendre 
L’attention portée aux premiers moments de la vie de l’enfant doit également imprégner notre politique d’aide au développement : 2,6 millions de bébés de moins d’un mois meurent encore chaque année dans le monde de mort évitable. La petite enfance aurait grand intérêt à rejoindre les priorités de l’aide publique au développement qui seront discutées à l’occasion de la présentation de la Loi d’orientation et de programmation du développement et de la solidarité internationale. 

UNICEF sensibilise dans le monde entier les gouvernements et les communautés sur l’importance d’investir dans les premières années de la vie de l’enfant.

UNICEF France souhaite que ces travaux permettent de sensibiliser le grand public à l’importance des 1 000 premiers jours de l’enfant. Il encourage également le Gouvernement à se fixer des objectifs ambitieux et à mobiliser les ressources humaines et financières qui sont indispensables au renforcement de la politique maternelle et infantile. 

(1)    Lancet 2016 : des soins de santé, une nutrition adéquate, la protection, des soins attentifs, l’apprentissage précoce.

Pour aller plus loin, voir la campagne « Early childhood development » : https://www.unicef.org/early-childhood-development 

Soutenir nos actions