L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

297 villes et intercommunalités ont intégré le réseau Ville amie des enfants pour le mandat 2020/2026. Rejoignez le grand réseau Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Que devient la boutique de l’UNICEF France ?

Notre boutique en ligne solidaire ferme ses portes. Lisez notre FAQ pour en savoir plus.

En savoir plus
enfants déplacement attaques rafah
© UNICEF/UNI571263/El Baba

Israël-Palestine : des milliers d'enfants usés par la guerre

Il y a plus de six mois, l’interminable conflit entre Israël et l’État de Palestine a pris une tournure dramatique.

La montée d’effroyables violences a eu des conséquences dévastatrices sur des milliers de familles. Le nombre de victimes est sidérant des deux côtés. Parmi elles, un nombre invraisemblable d’enfants.

En novembre 2023, un accord de cessez-le-feu a été conclu. Il a permis la libération de 86 otages israéliens, 240 prisonniers palestiniens et 24 otages d’origine étrangère. La trêve humanitaire qui a duré 6 jours a également permis l’acheminement de fournitures humanitaires dans la bande de Gaza.

Depuis, les agences de l’ONU, dont l’UNICEF, n’ont cessé de demander un cessez-le-feu. En mars 2024, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté une résolution appelant à un cessez-le-feu humanitaire immédiat pendant le mois du ramadan et la libération de tous les otages.

En dépit de cette résolution, les combats se sont poursuivis. Désormais dans la bande de Gaza, tout n’est que ruines. Maisons, hôpitaux, écoles… rien n’échappe à ces frappes aériennes d’une violence et d’une intensité inégalées.

Alors que les combats s’intensifient à Rafah, des milliers d’enfants déjà épuisés, mal nourris et traumatisés continuent de vivre un cauchemar.

“L’escalade des attaques à Rafah et dans toute la bande de Gaza a intensifié les souffrances de centaines de milliers d’enfants, qui vivent un cauchemar sans fin depuis 218 jours. ”
a déclaré Adele Khodr, directrice Régionale de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord

Conflit israélo-palestinien : un bilan tragique

En Israël

Les attaques du 7 octobre en Israël ont blessé 7 500 personnes et coûté la vie à 1 200 personnes, dont 37 enfants. Au 21 mai, on estime qu’encore 134 personnes sont retenues en otage dont 2 enfants.

« Les deux derniers enfants otages dans la bande de Gaza, Kfir et Ariel, n’ont toujours pas été libérés. Cela fait plus de 180 jours d’angoisse pour les otages et leurs familles.» a déclaré Catherine Russell, présidente de l’UNICEF.

Dans la bande de Gaza

L’escalade des hostilités qui dure depuis plus de six mois dans la bande de Gaza est la plus meurtrière qu’ait connu l’enclave palestinienne depuis 2006.

35 562 personnes auraient été tuées, dont plus de 14 000 enfants et 9 000 femmes. Plus de 79 500 personnes auraient été blessées, dont 12 300 enfants. Des milliers d’autres sont portées disparues et seraient probablement sous les décombres. Selon nos estimations, un enfant est blessé ou tué toutes les dix minutes.

Les femmes et les enfants représentent 70 % des victimes.

Les survivants, eux, vivent un exode sans fin. Ils sont 1,7 million à avoir fui, plusieurs fois, le nord et le centre, à la recherche d’un refuge vers le sud, notamment à Rafah. Mais en réalité, à Gaza, plus aucun endroit n’est sûr.

Selon les dernières estimations :

82 % des infrastructures de santé ont été partiellement endommagées ou complètement détruites

Picto protection

Sur les 320 écoles qui servent de refuge aux populations déplacées, 188 ont été visées par des frappes aériennes

Picto WASH

57 % des infrastructures d’accès à l’eau ont été endommagées

Picto éducation

87 % des infrastructures scolaires ont été endommagées ou détruites

Dans le sud désormais surpeuplé, les familles déplacées vivent un dénuement total. Sans eau, sans nourriture, sans médicaments : les conditions de vie sont indescriptibles.

Ce portrait déjà tragique s’assombrit au fur et à mesure que la faim s’installe à Gaza. Selon l’IPC, organisme mondial d’analyse de l’insécurité alimentaire, 95 % de la population est au bord de la famine. Et déjà plus de 10 enfants sont morts de faim ces dernières semaines. 

Les images et les récits sont sans équivoque. Les enfants sont les premières victimes de ce conflit. Et pour les survivants, une vie bouleversée à jamais. Ils sont confrontés à la violence la plus extrême, à des scènes d’horreurs, à la perte de leurs proches. Des états de traumatismes profonds qui affectent leur développement et leur avenir.

Plus de 220 jours après l’escalade des hostilités, la bande de Gaza est sans aucun doute un des endroits les plus dangereux au monde pour un enfant.

En Cisjordanie

Entre Israël et la Jordanie, la Cisjordanie, où vivent plus de 2 millions de Palestiniens est également le théâtre de violences. Depuis le début des hostilités, au moins 126 enfants auraient été tuées et des milliers d’autres, obligés de fuir.

Protéger inconditionnellement chaque enfant en temps de guerre

Depuis les premiers instants du conflit, l’UNICEF n’a cessé de plaider pour un cessez-le-feu humanitaire et la protection des enfants. Qu’ils soient Israéliens ou Gazaouis, ils vivent des traumatismes et sont victimes de violations graves.

“Rien ne justifie les meurtres, les mutilations ou les enlèvements d’enfants. Ce sont des actes qui constituent une violation grave des droits humains et que l’UNICEF condamne avec la plus grande fermeté”
a déclaré Catherine Russell
directrice générale de l’UNICEF

En accord avec le droit international humanitaire, chaque enfant doit être protégé, les services essentiels doivent être épargnés et l’aide humanitaire doit être accessible.  

Chaque enfant, de quelque côté qu’il soit des lignes de front, doit être protégé. Tous les enfants de la région vivent dans une insécurité permanente, vivent des traumatismes extrêmes liés à la violence qu’ils ont subie ou dont ils ont été témoins, aux privations, aux déplacements, à la perte ou à la disparation de leurs proches. Seule une paix durable pourra les aider à se reconstruire.

Les équipes de l’UNICEF mobilisées sur le terrain

La guerre à Gaza, c’est aussi l’histoire d’une aide humanitaire insuffisante, d’un personnel qui peine à opérer et de plusieurs collègues qui ont perdu la vie en apportant un soutien vital aux enfants.

En six mois, 176 travailleurs de l’UNRWA ont été tués. L’OMS, le Programme de Développement des Nations Unies et le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui au projet ont chacun perdu 1 membre de leurs équipes.

Plus récemment, le 1er avril, ce sont 7 membres de l’ONG « World Central Kitchen » qui ont été tués dans une frappe aérienne. Des évènements tragiques qui, une fois de plus, sont des violations directes du droit international humanitaire.

Les acteurs humanitaires ont été exhortés à quitter la bande de Gaza. Mais plus de six mois plus tard, l’UNICEF reste présent dans la partie sud de l’enclave afin d’aider les familles pour qui l’acheminement de l’aide est une question de vie ou de mort.   

Depuis le 21 octobre, 807 camions de l’UNICEF ont acheminé de l’eau, des fournitures médicales et des kits d’hygiène. Mais l’aide humanitaire reste insuffisante et ce sont les enfants qui en paient le prix.

“Nous avons tenté à plusieurs reprises de fournir une aide supplémentaire et nous avons demandé à plusieurs reprises que les problèmes d’accès auxquels nous sommes confrontés depuis des mois soient résolus. Nos efforts pour fournir une aide vitale sont entravés par des restrictions inutiles, qui coûtent la vie à des enfants ”
a déclaré Catherine Russell, directrice générale de l’UNICEF

L’aide humanitaire apportée par l’UNICEF entre le 18 avril et le 1er mai

  • L’UNICEF a fourni 183 286 litres d’essence pour le fonctionnement des puits et des usines de désalinisation d’eau. Ainsi, 1,6 million de personnes, la moitié étant des enfants, ont eu accès  à l’eau potable.
  • Nous avons également fourni du carburant pour garantir le fonctionnement d’une station de traitement des eaux usées à Rafah. Plus de 275 000 personnes, dont 143 250 enfants, en ont bénéficié.
  • Par ailleurs, l’UNICEF a distribué 6 368 kits d’hygiène, 350 paquets de couches,  et 1 716 serviettes hygiéniques, pour répondre aux besoins de 38 208 personnes, dont des enfants, des femmes et des adolescentes à Rafah, Khan Younis et Deir Al Balah.

  • L’UNICEF a livré 6 000 doses de vaccins contre la tuberculose ; 6 000 doses de vaccin contre le poliovirus inactivé ; 1 000 doses de vaccin contre le rotavirus qui est la principale cause de diarrhée sévère chez les enfants et 5 000 doses de vaccin oral contre la polio.
  • Avec l’aide de nos partenaires, nous avons mis à disposition du matériel médical et soutenu l’installation de 6 tentes pouvant accueillir 48 lits dans la région de Al Mawasi.

  • Depuis le début de l’année, 1 125 enfants ont été pris en charge pour des cas de malnutrition aiguë sévère.
  • L’UNICEF a également distribué 1 500 cartons d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi.

  • Depuis le 7 octobre 2023, grâce au soutien de l’UNICEF et ses partenaires, 238 000 personnes ont bénéficié d’activités récréatives, de fournitures scolaires d’urgence et d’une aide psychosociale dans plusieurs camps de déplacés à Rafah, Khan Younis et Deir Al Balah

  • L’UNICEF continue de fournir un soutien psychosocial à plus de 168 608 personnes, dont 122 793 enfants à Rafah, Khan Younis et Deir Al Balah

  • Plus de 567 116 personnes ont reçu des transferts d’argent pour se procurer des biens de première nécessité tels que de l’eau potable, de la nourriture et des produits d’hygiène
Depuis le début de la guerre, 1,7 millions de personnes sont déplacées dans la bande de Gaza. La majorité étant des femmes et des enfants. © UNICEF/UNI472245/Zaqout

SOUTENEZ NOS ACTIONS

Aidez-nous à poursuivre nos actions, à ne négliger aucune urgence ni aucune crise qui affecte aujourd’hui les enfants.
Merci de votre don pour l’ensemble de nos actions.
FAIRE UN DON

Nos réponses à vos questions

Le conflit en Israël et l’État de Palestine est particulièrement complexe. Pour comprendre ses origines, il faut remonter jusqu’aux évènements qui se sont produits à la fin de la Première Guerre mondiale. En savoir plus ici

L’enlèvement d’enfants constitue une violation grave. L’UNICEF condamne fermement ces tragiques atteintes aux droits. Tout enfant détenu par une partie au conflit doit être protégé et libéré immédiatement et sans condition. L’UNICEF rappelle à toutes les parties l’obligation qui leur incombe, en vertu du droit international humanitaire, d’accorder une protection spéciale aux enfants.

Nous saluons la libération des otages ayant eu lieu pendant le cessez-le-feu temporaire. Cependant, il reste encore beaucoup à faire : 2 enfants israéliens, dont l’un a fêté son premier anniversaire le 18 janvier en détention, sont toujours retenus en otage. Nous demandons leur libération immédiate.

L’UNICEF est une organisation impartiale et neutre. Nous avons pour objectif de soutenir tous les enfants vulnérables, où qu’ils se trouvent et quels que soient leur origine ethnique, leur sexe, leur nationalité.

L’UNICEF est profondément préoccupé par l’impact physique et mental de la violence sur les enfants et leurs familles. Nous appelons à la fin de la violence et exhortons toutes les parties à protéger inconditionnellement les enfants, en vertu du droit international humanitaire.

Une escalade des combats à Rafah marquerait un tournant dévastateur dans ce conflit ayant déjà fait plus de 35 000 victimes. On estime que 1,3 million de personnes y sont réfugiées, la moitié étant des enfants.

Des milliers d’autres personnes pourraient ainsi mourir dans les violences ou en raison du manque de services essentiels et d’une nouvelle perturbation de l’aide humanitaire. Nous avons besoin que les derniers hôpitaux, abris et systèmes d’approvisionnement en eau de Gaza restent fonctionnels.

 

Depuis le 21 octobre 2023, 807 camions ont pu rentrer transportant de l’eau, des fournitures médicales et des kits d’hygiène. Ces réserves s’épuisent aujourd’hui en raison des grands besoins humanitaires à Gaza. Les camions transportant de nouvelles fournitures de secours passent au compte-goutte.  L’UNICEF se tient prêt à intensifier son aide avec des fournitures de secours prépositionnées à la frontière entre l’Égypte et Gaza.

Dans les pays à haut revenu, comme Israël, le gouvernement s’acquitte lui-même des tâches que l’UNICEF soutient dans les pays moins prospères. Dans ce pays, les services publics de l’État répondent aux besoins des enfants, tant en matière de santé, que d’accès à l’éducation, de participation ou de protection. Le Fonds UNICEF en Israël n’a pas d’actions programmatiques opérationnelles sur son territoire qui requerraient un appel à la générosité publique.

Par ailleurs, le mandat de l’action de l’UNICEF s’inscrit toujours en pleine coopération avec les gouvernements. À ce jour, les autorités israéliennes n’ont pas fait appel à l’UNICEF pour répondre à la crise actuelle. Plus d’informations ici.

  1. Un cessez-le-feu immédiat.
  2. La libération immédiate et inconditionnelle de tout enfant séquestré. Nous demandons également l’arrêt de toute violation grave contre les enfants, y compris les meurtres et les blessures.
  3. L’ouverture de tous les points de passage vers la bande de Gaza et la circulation en toute sécurité des travailleurs et des fournitures humanitaires dans la bande de Gaza. Il est impératif de garantir un accès durable et sans entrave de l’aide humanitaire aux populations touchées.
  4. Les cas médicaux urgents à Gaza doivent pouvoir accéder en toute sécurité aux services de santé essentiels ou être autorisés à partir. Les enfants blessés ou malades qui sont évacués doivent être accompagnés par des membres de leur famille.
  5. Le respect et la protection des infrastructures civiles telles que les abris, les écoles, les installations sanitaires, électriques, d’eau et d’assainissement. Toutes les parties au conflit doivent respecter le droit humanitaire international.