L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

En 2021, 264 villes ont intégré le réseau Ville amie des enfants 2020/2026.
Rejoignez le grand réseau
Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Itab, 12 ans, fixe le pied de sa sœur Nour, 11 ans, sur le marchepied alors qu'elles se rendent à l'école dans le village d'Al-Kaisa, dans la région rurale de Damas. ©UNICEF/UN0635285/Shahan
Itab, 12 ans, fixe le pied de sa sœur Nour, 11 ans, sur le marchepied alors qu'elles se rendent à l'école dans le village d'Al-Kaisa, dans la région rurale de Damas. ©UNICEF/UN0635285/Shahan

1 milliard d'enfants, d'adultes et de personnes âgées handicapés n'ont pas accès aux technologies d’assistance

Genève / New York, le 16 mai 2022 – L’OMS et l’UNICEF appellent les gouvernements, les industries, les donateurs et la société civile à financer et à privilégier l’accès aux produits d’assistance.

Un nouveau rapport publié aujourd’hui par l’OMS et l’UNICEF révèle que plus de 2,5 milliards de personnes ont besoin d’un ou plusieurs produits d’assistance, tels que des fauteuils roulants, des appareils auditifs ou des applications qui favorisent la communication et la cognition. Pourtant, près d’un milliard d’entre elles n’y ont pas accès, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où l’accès peut ne représenter que 3 % des besoins pour ces produits qui changent la vie.

Le Rapport mondial sur les technologies d’assistance présente pour la première fois des données probantes sur les besoins et l’accès aux produits d’assistance dans le monde et fournit une série de recommandations pour élargir leur disponibilité et leur accès, mais aussi sensibiliser aux besoins et mettre en œuvre des politiques d’inclusion pour améliorer la vie de millions de personnes.

L’accès aux technologies d’assistance peuvent changer la vie de ceux qui en ont besoin

« Les technologies d’assistance changent la vie – elles ouvrent la porte à l’éducation pour les enfants handicapés, à l’emploi et à l’interaction sociale pour les adultes vivant avec un handicap, et à une vie indépendante et digne pour les personnes âgées », a déclaré le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. « Refuser aux gens l’accès à ces outils qui changent la vie n’est pas seulement une atteinte aux droits de l’homme, c’est aussi un manque de vision économique. Nous appelons tous les pays à financer et à privilégier l’accès aux technologies d’assistance et à donner à chacun une chance de vivre à la hauteur de son potentiel. »

« Près de 240 millions d’enfants sont handicapés. Refuser aux enfants le droit aux produits dont ils ont besoin pour s’épanouir ne nuit pas seulement à chaque enfant, mais prive les familles et leurs communautés de tout ce qu’elles pourraient apporter si leurs besoins étaient satisfaits », a déclaré Catherine Russell, directrice générale de l’UNICEF. « Sans accès aux technologies d’assistance, les enfants handicapés continueront à manquer leur éducation, à être plus exposés au travail des enfants et à subir la stigmatisation et la discrimination, ce qui mine leur confiance et leur bien-être. »

Le rapport note que le nombre de personnes ayant besoin d’un ou plusieurs produits d’assistance devrait atteindre 3,5 milliards d’ici à 2050, en raison du vieillissement des populations et de l’augmentation de la prévalence des maladies non transmissibles dans le monde. Le rapport met également en évidence le vaste écart d’accès entre les pays à faible et à fort revenu. Une analyse de 35 pays révèle que l’accès à ces technologies varie de 3 % dans les nations les plus pauvres à 90 % dans les pays riches.

L’accessibilité financière est un obstacle majeur à l’accès, note le rapport. Environ deux tiers des personnes utilisant des produits d’assistance ont déclaré avoir payé de leur poche pour ces produits. D’autres ont déclaré compter sur leur famille et leurs amis pour subvenir à leurs besoins financiers.

Les technologies d’assistance permettent de participer à la vie en communauté

Une enquête menée dans 70 pays mentionnés dans le rapport a révélé d’importantes lacunes dans la fourniture de services et de personnel qualifié pour les technologies d’assistance, en particulier dans les domaines de la cognition, de la communication et de l’autonomie. Des enquêtes antérieures publiées par l’OMS font état d’un manque de sensibilisation et de prix inabordables, d’un manque de services, d’une qualité, d’une gamme et d’une quantité inadéquates de produits, ainsi que de difficultés liées aux achats et à la chaîne d’approvisionnement comme principaux obstacles.

Les produits d’assistance sont généralement considérés comme un moyen de participer à la vie de la communauté et de la société au sens large sur un pied d’égalité avec les autres ; sans eux, les gens souffrent d’exclusion, risquent l’isolement, vivent dans la pauvreté, peuvent être confrontés à la faim et sont contraints de dépendre davantage de l’aide de la famille, de la communauté et du gouvernement.

L’impact positif des produits d’assistance va au-delà de l’amélioration de la santé, du bien-être, de la participation et de l’inclusion des utilisateurs individuels – les familles et les sociétés en bénéficient également. Par exemple, l’élargissement de l’accès à des produits d’assistance de qualité, sûrs et abordables entraîne une réduction des coûts de santé et de bien-être, tels que les hospitalisations récurrentes ou les prestations publiques, et favorise une main-d’œuvre plus productive, stimulant indirectement la croissance économique.

L’accès aux technologies d’assistance pour les enfants handicapés est souvent la première étape pour le développement de l’enfant, l’accès à l’éducation, la participation aux sports et à la vie civique, et la préparation à l’emploi comme leurs pairs. Les enfants handicapés doivent relever des défis supplémentaires en raison de leur croissance, qui nécessite de fréquents ajustements ou remplacements de leurs produits d’assistance.

Le rapport formule des recommandations d’actions concrètes pour améliorer l’accès, notamment :

  1. Améliorer l’accès au sein des systèmes d’éducation, de santé et d’aide sociale.
  2. Garantir la disponibilité, la sécurité, l’efficacité et le caractère abordable des produits d’assistance.
  3. Élargir, diversifier et améliorer la capacité de la main-d’œuvre.
  4. Faire participer activement les utilisateurs de technologies d’assistance et leurs familles.
  5. Sensibiliser le public et lutter contre la stigmatisation.
  6. Investir dans les données et les politiques fondées sur des preuves.
  7. Investir dans la recherche, l’innovation et un écosystème favorable.
  8. Développer et investir dans des environnements favorables.
  9. Inclure les technologies d’assistance dans les interventions humanitaires.
  10. Fournir une assistance technique et économique par le biais de la coopération internationale pour soutenir les efforts nationaux.

Note aux rédactions :

La technologie d’assistance est un terme générique qui désigne les produits d’assistance et les systèmes et services connexes. Les produits d’assistance peuvent améliorer les performances dans tous les domaines fonctionnels clés tels que la mobilité, l’audition, l’autonomie, la vision, la cognition et la communication. Il peut s’agir de produits physiques, tels que des fauteuils roulants, des prothèses ou des lunettes, ou de logiciels et d’applications numériques. Il peut également s’agir d’adaptations de l’environnement physique, par exemple des rampes portables ou des barres d’appui.

Les personnes ayant besoin de technologies d’assistance sont notamment les personnes handicapées, les personnes âgées, les personnes atteintes de maladies transmissibles et non transmissibles, y compris les maladies tropicales négligées, les personnes souffrant de troubles mentaux, les personnes souffrant d’un déclin fonctionnel progressif ou d’une perte de capacité intrinsèque et de nombreuses personnes touchées par des crises humanitaires.

Plus d’articles

Voir plus