COVID-19: Au moins un tiers des écoliers dans le monde ne peuvent pas accéder à l'apprentissage à distance

Publié le 27 août 2020

La campagne Reimagine lancée par UNICEF appelle à un investissement urgent pour réduire l’écart numérique, permettre d’atteindre chaque enfant grâce à l'apprentissage à distance et, surtout, donner la priorité à la réouverture sûre des écoles

Paris, 27 août 2020 - Au moins un tiers des écoliers dans le monde - 463 millions d'enfants - n'ont pas eu l’opportunité d’accéder à l'apprentissage à distance lorsque la COVID-19 a fermé leurs écoles, selon un nouveau rapport UNICEF publié aujourd'hui alors que des pays du monde entier se questionnent sur leurs projets de «rentrée scolaire».
 
«Pour au moins 463 millions d'enfants dont les écoles ont fermé à cause de la COVID-19, l'enseignement à distance n'existait pas», a déclaré Henrietta Fore, directrice générale d’UNICEF. «Le grand nombre d'enfants dont l'éducation a été complètement interrompue pendant des mois est une urgence éducative mondiale. Les répercussions pourraient se ressentir dans l’économie et la société pour les décennies à venir. »
 
À l'échelle nationale et locale, près de 1,5 milliard d'écoliers ont été touchés par les fermetures d'écoles. Le rapport sur l'accessibilité de l'enseignement à distance en souligne les limites et expose de profondes inégalités d'accès.

Le rapport utilise une analyse globalement représentative de la disponibilité de la technologie à domicile et des outils nécessaires à l'enseignement à distance parmi les enfants des écoles maternelles, primaires, et des niveaux secondaires et supérieurs, avec des données provenant de 100 pays. Les données comprennent l'accès à la télévision, à la radio et à Internet, ainsi qu’à la disponibilité des programmes proposés sur ces plates-formes pendant les fermetures d'écoles.

Alors que les chiffres du rapport présentent une image préoccupante du manque d'enseignement à distance pendant les fermetures des écoles, UNICEF prévient que la situation est probablement bien pire. Même lorsque les enfants ont la technologie et les outils à la maison, ils peuvent ne pas être en mesure d'apprendre à distance via ces plates-formes en raison de facteurs concurrents au foyer, y compris la pression pour faire des tâches ménagères, le fait d'être forcé à travailler, un environnement d'apprentissage inadapté et le manque de soutien pour l’utilisation des programmes en ligne ou diffusés.

Le rapport met en évidence des inégalités importantes entre les régions. Les écoliers d'Afrique subsaharienne par exemple, sont les plus touchés, la moitié de tous les élèves ne pouvant pas accéder à l'enseignement à distance.

Les élèves des ménages les plus pauvres et ceux qui vivent dans les zones rurales sont les plus impactés par des fermetures, indique le rapport. Dans le monde, 72% des écoliers qui n’ont pas accès à l’enseignement à distance vivent dans les ménages les plus pauvres de leur pays. Dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure, les écoliers des ménages les plus pauvres représentent jusqu'à 86% des élèves qui n'ont pas accès à l'enseignement à distance. Dans le monde, les trois quarts des écoliers qui n’y ont pas accès vivent en zone rurale.

Le rapport note également des taux d'accès variables selon les tranches d'âge, les élèves les plus jeunes étant les plus susceptibles de manquer l'enseignement à distance pendant leurs années d'apprentissage et de développement les plus critiques:

•    Environ 70% des écoliers en âge préscolaire - 120 millions d'enfants - ne peuvent être atteints, en grande partie en raison des défis et des limites de l'apprentissage en ligne pour les jeunes enfants, du manque de programmes d'apprentissage à distance pour cette catégorie d'enseignement et du manque de ressources domestiques.
•    Au moins 29% des enfants du primaire - 217 millions d'élèves - n’ont pas accès. Au moins 24% environ des élèves du premier cycle du secondaire - 78 millions d’élèves - n’ont pas été atteints.
•    Les élèves du deuxième cycle du secondaire étaient les moins susceptibles de manquer l'apprentissage à distance, avec au moins 18 pour cent environ - 48 millions d'écoliers - n'ayant pas les moyens technologiques pour accéder à l'apprentissage à distance.

UNICEF exhorte les gouvernements à donner la priorité à la réouverture en toute sécurité des écoles lorsqu'ils commencent à assouplir les restrictions de confinement. Lorsque la réouverture n'est pas possible, UNICEF invite les gouvernements à intégrer un rattrapage pour le temps d'enseignement perdu dans les plans de continuité et de réouverture de l'école. Les politiques et pratiques d'ouverture des écoles doivent inclure l'élargissement de l'accès à l'éducation, y compris l'enseignement à distance, en particulier pour les groupes marginalisés. Les systèmes éducatifs doivent également être adaptés et construits pour résister aux crises futures.

Le Cadre d’UNICEF pour la réouverture des écoles, publié conjointement avec l’UNESCO, le HCR, le PAM et la Banque Mondiale, offre des conseils pratiques aux autorités nationales et locales. Les recommandations se concentrent sur la réforme des politiques, les besoins de financement, opérations sûres, rattrapage, bien-être et protection et atteindre les enfants les plus marginalisés.
 
Dans le cadre de sa campagne Reimagine visant à empêcher la pandémie de COVID-19 d'aggraver une crise durable pour les enfants, en particulier les plus pauvres et les plus vulnérables UNICEF appelle à un investissement urgent pour réduire l’écart numérique, afin d’atteindre chaque enfant grâce à l'enseignement à distance, et, plus important encore, donner la priorité à la réouverture sûre des écoles.

 
À propos de la campagne Reimagine
En réponse à la pandémie de COVID-19, UNICEF a lancé Reimagine - un appel urgent aux gouvernements, au public, aux donateurs et au secteur privé pour soutenir les efforts d’UNICEF pour répondre, récupérer et réinventer un monde actuellement assiégé par la COVID-19. Ensemble, nous pouvons empêcher que cette pandémie ne devienne une crise durable pour les enfants - en particulier les plus vulnérables - et réinventer un monde plus juste pour chaque enfant.
Découvrez la campagne #Reimagine ici: www.unicef.org/reimagine