Déclaration sur la sécurité dans les écoles : appel à la signature de la France

Publié le 09 décembre 2016 | Modifié le 10 février 2017

Aujourd’hui encore dans les zones de conflit, les écoles continuent d’être occupées, détruites, utilisées par des armées. L’UNICEF France lance la campagne « Des écoles, pas des champs de bataille ! » et appelle la France à signer la « Déclaration sur la sécurité dans les écoles ».

On ne le sait pas assez, mais les écoles ne bénéficient pas encore du même niveau de protection que celui accordé aux hôpitaux en droit humanitaire international : si les Conventions de Genève interdisent bien d’attaquer délibérément une école... elles n’interdisent pas qu'elle soit occupée par des forces armées. Or, une école utilisée à des fins militaires non seulement prive les enfants de leur droit fondamental à l’éducation… mais devient même une « cible » pour des attaques !

Il faut sanctuariser les écoles en temps de conflits !

Pour protéger les écoles et les universités, la "Déclaration sur la sécurité dans les écoles" (Safe School Declaration) a été initiée en 2015 à Genève. Elle engage les Etats signataires à suivre les recommandations suivantes :

• S’abstenir d’utiliser les écoles et les universités dans leurs efforts militaires, que les établissements soient en fonctionnement ou non, afin à la fois de protéger les enfants et de leur permettre de poursuivre leur scolarité pendant le conflit mais aussi, si les écoles ont dû fermer, de garantir que l’éducation pourra reprendre le plus rapidement possible après la fin des hostilités.
• Ne pas chercher à détruire ou endommager les écoles ou universités dans un but de représailles ou de menace.
• Si une école ou une université a été transformée en base militaire par la partie adverse, n’utiliser la force qu’en dernier recours et envisager toutes les alternatives qui permettraient d’éviter des conséquences graves pour l’éducation des enfants sur le long-terme.

56 pays l’ont déjà signée… Mais la France n’en fait pas partie.

Un appel à François Hollande

Aucun enfant ou sa famille ne devrait avoir à choisir entre interrompre sa scolarité ou risquer sa vie.

Mais le constat est là :
- Un enfant sur 10 vit dans un pays ou une zone affectée par un conflit armé, et parmi ces enfants, un sur quatre ne va pas à l’école…
- Entre 2009 et 2013 plus de 70 pays ont connu des attaques ciblés sur des écoles, des enfants, des professeurs et des établissements scolaires.

Signer la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, c’est protéger les enfants de la guerre et assurer leur droit à l’éducation, pour un avenir meilleur. C’est pourquoi l’UNICEF France demande à François Hollande et au gouvernement français de s’engager à signer ce texte – et devenir ainsi le premier membre du Conseil de sécurité des Nations unies à le faire.

L’éducation, un droit fondamental et bien plus encore…

Les enfants qui vivent dans des zones de conflit sont exposés à des traumatismes extrêmes, qui auront des conséquences importantes tout au long de leur vie sur leur développement émotionnel, social et physique. L'éducation permet un retour à la normalité et insuffle de l’espoir en l’avenir, atténuant l'impact psychosocial de la violence et des déplacements.

La destruction du système d’éducation d’un pays représente un des plus grands fléaux pour les pays affectés par des conflits, et la destruction des écoles a des effets à long terme sur la scolarisation des enfant une fois la paix revenue. Un enfant déscolarisé après 12 ans a toutes les chances de ne jamais reprendre son éducation, même après la fin du conflit.

Sans éducation, une génération entière d’enfants grandira sans pouvoir acquérir les compétences nécessaires pour contribuer au développement de leurs pays, ce qui aggravera la situation désespérée de millions d’enfants et de leurs familles.

Une éducation de bonne qualité reçue pendant un conflit peut à l’inverse contrer les causes sous-jacentes de la violence et favorise l’inclusion, la tolérance et la résolution des conflits, tout en soutenant les processus à long terme de reconstruction des enfants, des familles, des communautés et la promotion de la paix.

Soutenez notre campagne « Des écoles, pas des champs de bataille » en partageant ici notre appel à François Hollande sur vos réseaux sociaux avec le hashtag #ProtectSchools !

 

Média

Spot de campagne "Des écoles, pas des champs de bataille !"

Nous avons montré à des écoliers en France le quotidien d’autres écoliers dans des pays en guerre. Voici leurs réactions...