En Amérique latine et dans les Caraïbes, 1 enfant sur 4 est exposé à des maladies évitables grâce aux vaccins

Publié le 26 avril 2022

En cinq ans, le schéma vaccinal complet contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC3) en Amérique latine et dans les Caraïbes a chuté de 90 % en 2015 à 76 % en 2020, selon les données de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) et de l'UNICEF. Cela signifie qu'un enfant sur quatre dans la région n'a pas reçu le programme complet de vaccination de routine qui le prémunirait contre de multiples maladies.

Panama, le 25 avril 2022 – La diminution de la couverture vaccinale précède la pandémie ; mais l'arrêt ou la programmation irrégulière de nombreux services de soins de santé primaires pendant la pandémie ainsi que la crainte populaire d'attraper la COVID-19 lors des visites aux centres de santé ont privé de nombreux enfants de vaccins.

« Le déclin des taux de vaccination dans la région est alarmant et expose des millions d'enfants et d'adolescents à des maladies dangereuses qui pourraient être évitées », a déclaré Jean Gough, directrice régionale de l'UNICEF pour l'Amérique latine et les Caraïbes. « La solution, et son efficacité a été prouvée : des programmes de vaccination plus solides. »

La baisse de la couverture vaccinale de 14 % laisse près de 2,5 millions d'enfants sans schéma complet de vaccination DTC ; les exposant à de dangereuses maladies pourtant évitables. Parmi eux, 1,5 million d’enfants sont "zéro dose" : ils n'ont même pas reçu la première dose de ce vaccin.

Un recul dangereux

La diminution de la couverture vaccinale expose davantage d'enfants à la résurgence de maladies évitables et des flambées épidémiologiques ont déjà été observées. Par exemple, alors qu'en 2013, seules 5 personnes de la région ont contracté la diphtérie, en 2018, près de 900 cas ont été enregistrés, selon les données de l'OPS. La rougeole suscite de plus grandes inquiétudes car elle est causée par un virus très contagieux : en 2013, on a recensé près de 500 cas ; mais en 2019, plus de 23 000 personnes ont contracté la maladie.

« Alors que les pays se relèvent de la pandémie, des actions immédiates sont nécessaires pour empêcher que les taux de couverture ne continuent de chuter, car la réapparition de foyers de maladie représente un risque sérieux pour l'ensemble de la société », a déclaré Jean Gough. « C'est l'occasion de restructurer les soins de santé primaires et de renforcer l'approche globale et communautaire qui permet d'apporter les vaccins aux populations les plus vulnérables. Nous ne pouvons pas gâcher les efforts des décennies passées et laisser des maladies dangereuses menacer la vie des enfants. »

L'UNICEF appelle les gouvernements d'Amérique latine et des Caraïbes à rétablir et à renforcer de toute urgence les programmes de vaccination de routine, à développer des campagnes visant à accroître la confiance dans les vaccins et à mettre en œuvre des plans pour atteindre tous les enfants et adolescents ainsi que leurs familles ; en particulier les plus vulnérables qui n'ont pas accès aux services de santé, en raison de leur situation géographique, de leur statut migratoire ou de leur identité ethnique.