Frappée par la sécheresse, l'Ethiopie nécessite une intervention humanitaire immédiate

Publié le 20 juillet 2022

En Ethiopie, dans les zones touchées par la sécheresse, près de 10 millions de personnes, dont 4,4 millions d'enfants, ont un besoin urgent d'aide humanitaire.

Région Somali, Ethiopie, le 19 juillet 2022 – Quatre saisons des pluies insuffisantes consécutives ont entraîné une grave sécheresse dans les régions éthiopiennes des plaines d'Afar, d'Oromia, des Nations, Nationalités et Peuples du Sud (SNNPR) et de Somali. Les points d'eau se sont asséchés et des millions de têtes de bétail sont mortes, entraînant des déplacements massifs de population.

« L'impact de la sécheresse sur les enfants est dévastateur », a déclaré Manuel Fontaine, directeur des opérations d'urgence de l'UNICEF, en déplacement dans la région. « Pour la seule région de Somali, plus de 900 000 personnes ont été déplacées. La sécheresse ne se traduit pas seulement par un manque d'eau. Elle engendre également la faim et la soif quotidiennes chez les enfants affectés. Ils se retrouvent alors obligés de parcourir de nombreux kilomètres à pied pour trouver de la nourriture et de l'eau et sont souvent contraints de boire de l'eau contaminée. Cela entraîne la malnutrition et d'autres maladies mortelles évitables comme la diarrhée. »

La sécheresse a un impact dévastateur sur les enfants

Les taux de malnutrition augmentent à un rythme alarmant en raison de la sécheresse. Dans les quatre régions touchées par la sécheresse, on estime que 600 000 enfants devront être traités pour malnutrition aiguë sévère d'ici la fin de l'année. Dans la région Somali, le nombre d'admissions pour malnutrition aiguë sévère chez les enfants de moins de 5 ans a augmenté de 43% en mai 2022 par rapport à mai 2021.

« Cette crise climatique constitue une crise nutritionnelle pour les enfants, pas seulement en Éthiopie mais dans toute l'Afrique », a averti Manuel Fontaine. « Alors que l'UNICEF et ses partenaires sont déjà sur le terrain pour apporter une aide nutritionnelle vitale aux enfants souffrant de malnutrition sévère, la récente contribution de 200 millions de dollars de l'USAID à l'UNICEF arrive à point nommé pour changer la donne. Nous en sommes très reconnaissants. Ce financement permettra d'augmenter de manière significative notre réponse nutritionnelle à travers le monde. »

Une crise nutritionnelle dans toute l'Afrique

Les répercussions de la guerre en Ukraine devraient également faire basculer dans l'insécurité alimentaire un plus grand nombre de familles à travers le continent africain en raison de l'augmentation du prix des carburants et de la réduction des importations de blé. L'Éthiopie importe 67% de son blé de Russie et d'Ukraine.

« Cela signifie que les prix de l'huile de cuisson, du pain et de la farine de blé atteignent de nouveaux records sur les marchés locaux et que même les familles qui ne subissent pas de crise humanitaire ne peuvent satisfaire leurs besoins alimentaires quotidiens », a expliqué Manuel Fontaine.

L'appel de l'UNICEF pour financer la réponse à la sécheresse dans les zones affectées d'Éthiopie s'élève à 65 millions de dollars, qui s'ajoutent à l'appel humanitaire global de 351 millions de dollars. Ce financement spécifique ciblera plus de 2 millions de personnes vulnérables dans les régions d'Afar, d'Oromia, des SNNPR et de Somali.