Ethiopie : « Sans l’UNICEF, mes bébés seraient morts de faim »

Publié le 05 août 2022

Sécheresse, inondation et manque de nourriture… En Ethiopie, la malnutrition aigüe sévère sévit partout dans le pays et la survie des enfants est plus que jamais menacée. Nos équipes sur place agissent auprès des enfants et des familles pour lutter contre ce fléau.

Depuis plusieurs mois, le sud de l’Ethiopie, notamment les régions des Nations, Nationalités et Peuples du Sud (SSNP), est gravement touché par des inondations faisant suite à des terribles sécheresses, laissant les familles démunies et livrées à elles-mêmes.
 « Nous n’avions plus rien à manger. Nous avons perdu tout notre bétail qui vivait à la ferme. Nous avons été contraints de quitter notre maison et nous sommes allés dans le camp de déplacés le plus proche à Lomosia Kebele », confie Loyna, mère de jumeaux âgés de 7 mois. « J’étais très inquiète pour mes bébés car ils étaient malades et très faibles.»

Avant de quitter leur village, Loyna et sa famille possédaient une ferme et plusieurs bovins.  Elle avait l'habitude d'obtenir suffisamment de céréales, de lait et de viande pour nourrir toute sa famille.

« Maintenant que j'ai perdu mon bétail en raison de la sécheresse, et mon champ de sorgho (céréales) à cause de l'inondation, pourquoi devrais-je y retourner ? »

L’UNICEF lutte contre la malnutrition des enfants d’Ethiopie

Heureusement, les enfants de Loyna ont pu être pris en charge par les équipes de l’UNICEF.

« Un agent de santé a réalisé un dépistage et m’a confirmé que mes bébés souffraient de malnutrition sévère. Ils ont rapidement été soignés avec du Plumpy Nut, une pâte nutritionnelle et des vitamines. Sans l’aide de l’UNICEF, mes bébés seraient probablement morts. »

Loyna s'entretient avec un agent de santé au centre de Lomosia.

 

En collaboration avec le gouvernement, l’UNICEF mène une campagne de dépistage pour identifier et traiter les enfants qui souffrent de malnutrition aiguë sévère.  

« Si la circonférence du bras de l'enfant est inférieure à 11,5 cm, qu'il ne présente aucune complication médicale et qu'il a un bon appétit, il sera admis en traitement ambulatoire et recevra des aliments thérapeutiques prêts à l'emploi (comme le plumply nut) », explique Israel, responsable de la nutrition à l'UNICEF. « En revanche, si l'enfant n'a pas d'appétit ou s’il présente des complications médicales, il sera admis dans l'établissement hospitalier le plus proche. »

L’Ethiopie, frappé de plein fouet par le changement climatique

À ce jour, l'UNICEF a déjà dépisté la malnutrition aiguë sévère chez plus de 420 000 enfants dans les quatre régions majeures touchées par la sécheresse, notamment Afar, Oromia, Somali et SNNP. En Éthiopie, près de 9,9 millions de personnes, dont 4,5 millions d'enfants, sont actuellement touchées par la sécheresse. Parmi eux, on estime que 1,5 million sont des enfants malnutris.

Depuis le début de l’année, l'aggravation de la crise alimentaire mondiale a provoqué 260 000 cas supplémentaires de malnutrition infantile sévère dans la Corne de l'Afrique et au centre du Sahel*.

 

  Les enfants ont besoin de vous. Faites un don à l'UNICEF france.

 

** Pour répondre à cette situation, l'UNICEF intensifie ses efforts dans les 15 pays les plus gravement touchés, à savoir l'Afghanistan, le Burkina Faso, la République démocratique du Congo, l'Éthiopie, Haïti, le Kenya, Madagascar, le Mali, le Niger, le Nigéria, la Somalie, le Soudan, le Soudan du Sud, le Tchad et le Yémen.