L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

297 villes et intercommunalités ont intégré le réseau Ville amie des enfants pour le mandat 2020/2026. Rejoignez le grand réseau Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Le 6 juin 2022 dans le gouvernorat d'Aden, au Yémen, Hind Ali Nasser, 7 ans, vient d'être vaccinée. ©UNICEF/UN0679338/Hayyan
Le 6 juin 2022 dans le gouvernorat d'Aden, au Yémen, Hind Ali Nasser, 7 ans, vient d'être vaccinée. ©UNICEF/UN0679338/Hayyan

"Le grand rattrapage": Un nouvel effort mondial pour vacciner des millions d'enfants et rétablir les progrès perdus en raison de la pandémie

La pandémie a vu les niveaux de vaccination de routine diminuer dans plus de 100 pays, entraînant une augmentation des épidémies de rougeole, de diphtérie, de polio et de fièvre jaune. « Le grand rattrapage » est un effort prolongé visant à relever les niveaux de vaccination infantile pour atteindre au moins les niveaux pré-pandémiques et tenter de les dépasser. Mené par un large éventail d’acteurs nationaux et mondiaux de la santé, le « Grand rattrapage » vise également à garantir des services de soins de santé primaires plus solides pour les vaccinations de routine à l’avenir.

Genève/New York/Seattle, le 24 avril 2023 – L’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’UNICEF, Gavi, l’Alliance du vaccin et la Fondation Bill et Melinda Gates, ainsi que le Programme d’immunisation 2030 et de nombreux autres partenaires mondiaux et nationaux du secteur de la santé, unissent aujourd’hui leurs voix pour lancer un appel en faveur du « Grand rattrapage », un effort mondial ciblé visant à relancer la vaccination infantile à la suite du recul provoqué par la pandémie de COVID-19.

Baisse de la vaccination infantile : des facteurs multiples

Cet effort vise à inverser la tendance à la baisse de la vaccination infantile enregistrée dans plus de 100 pays depuis la pandémie. Cette tendance s’explique par la surcharge des services de santé, la fermeture des établissements de soins et la perturbation des importations et des exportations de flacons, de seringues et d’autres fournitures médicales. Parallèlement, les communautés et les familles ont observé des confinements, limitant les déplacements et l’accès aux services de santé, et les ressources financières et humaines ont été limitées, de même que l’accès aux produits de santé en raison de la réponse mondiale à l’urgence. Les défis actuels, tels que les conflits, les crises climatiques et les réticences à l’égard de la vaccination, ont également contribué à la baisse des taux de couverture.

Recrudescence mondiale des épidémies

Avec plus de 25 millions d’enfants ayant manqué au moins un vaccin rien qu’en 2021, les épidémies de maladies évitables, notamment la rougeole, la diphtérie, la poliomyélite et la fièvre jaune, se font déjà plus fréquentes et plus sévères. Le « Grand rattrapage » vise à protéger les populations contre les épidémies de maladies évitables par la vaccination, à sauver des vies d’enfants et à renforcer les systèmes de santé nationaux.

Tout en appelant les citoyens et les gouvernements de tous les pays à jouer leur rôle dans le rattrapage en ciblant les enfants qui n’ont pas été vaccinés, le « Grand rattrapage » se concentrera particulièrement sur les 20 pays où vivent les trois quarts des enfants qui n’ont pas été vaccinés en 2021*.

Des signes de résilience

En dépit de la baisse des niveaux de couverture vaccinale à l’échelle mondiale, on observe également des signes de résilience. Par exemple, les premiers rapports indiquent que l’Inde a connu une forte reprise des vaccinations de routine en 2022, tandis que l’Ouganda a maintenu des niveaux de couverture élevés pendant la pandémie. Les pays ont également réussi à atteindre des populations en situation de vulnérabilité. Au Kenya, par exemple, la collaboration avec les agents de santé communautaires et les dirigeants locaux a permis d’améliorer les niveaux de vaccination parmi les populations nomades du nord du pays.

Pour garantir des progrès en matière de vaccination infantile, les partenaires collaborent avec les pays afin de renforcer le personnel de santé, d’améliorer la prestation des services de santé, d’instaurer la confiance et la demande pour les vaccins au sein des communautés et de combler les lacunes et les obstacles au rétablissement de l’immunisation. Outre le rattrapage de la vaccination infantile, des efforts accrus sont nécessaires pour introduire le vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) chez les adolescentes afin de prévenir le cancer du col de l’utérus, en particulier dans les pays à revenu faible ou intermédiaire où le poids de la maladie est le plus lourd.

Citations

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS : « Des millions d’enfants et d’adolescents, en particulier dans les pays à faible revenu, n’ont pas pu bénéficier de vaccins vitaux, tandis que les flambées de ces maladies mortelles se sont multipliées. L’OMS aide des dizaines de pays à remettre en place les services de vaccination et d’autres services de santé essentiels. Le rattrapage est une priorité absolue. Aucun enfant ne devrait mourir d’une maladie évitable par la vaccination ».

Catherine Russell, directrice générale de l’UNICEF : « Les vaccins de routine constituent généralement la première entrée d’un enfant dans le système de santé, et les enfants qui n’ont pas reçu leurs premiers vaccins courent donc un risque accru d’être exclus des soins de santé à long terme. Plus nous attendons pour atteindre et vacciner ces enfants, plus ils deviennent vulnérables et plus le risque d’épidémies mortelles augmente. Les pays, les partenaires mondiaux et les communautés locales doivent s’unir pour renforcer les services de santé, instaurer la confiance et sauver des vies. »

Dr Seth Berkley, directeur général de Gavi, l’Alliance du Vaccin : « Nous ne pouvons pas permettre que les séquelles de la pandémie réduisent à néant le travail accompli depuis de nombreuses années pour protéger de plus en plus d’enfants contre des maladies mortelles et évitables. Les partenaires de la santé mondiale, en collaboration avec les gouvernements et les communautés, doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger la vie de chaque enfant. »

Dr Chris Elias, président du développement mondial à la Fondation Bill & Melinda Gates : « Les vaccins sont un triomphe pour la santé publique. Les progrès incroyables réalisés pour mettre fin à la polio et réduire l’incidence des maladies infectieuses sont le résultat direct de milliers d’acteurs mondiaux et d’agents de santé locaux dévoués qui ont œuvré pour vacciner des millions d’enfants. Nous devons redoubler d’efforts pour que tous les enfants reçoivent les vaccins dont ils ont besoin pour vivre en meilleure santé et pour que les générations futures ne soient pas touchées par des maladies évitables comme la polio. »

Notes aux rédactions

Pour plus d’informations sur le « Grand rattrapage », visitez la page de l’OMS, le site interactif sur le nouveau rapport de l’UNICEF sur la situation des enfants dans le monde, et le portail des partenaires de la Semaine mondiale de la vaccination.

*Les 20 pays où vivent les trois quarts des enfants qui n’ont pas été vaccinés en 2021 sont les suivants : Afghanistan, Angola, Brésil, Cameroun, Tchad, RPD de Corée, RDC, Éthiopie, Inde, Indonésie, Nigeria, Pakistan, Philippines, Somalie, Madagascar, Mexique, Mozambique, Myanmar, Tanzanie, Viêt Nam.