Législatives 2022 : les droits de l’enfant se jouent aussi à l'Assemblée Nationale

Publié le 19 mai 2022

L’UNICEF France a récemment appelé Emmanuel Macron, le Président réélu, à créer un Ministère de l’Enfance et de la Jeunesse*  lors du prochain remaniement afin de mettre en œuvre une véritable politique touchant tous les domaines de la vie de l’enfant, de façon cohérente et efficace.

Cependant, il ne faut pas oublier que les parlementaires ont eux aussi leur rôle à jouer pour faire respecter les droits de l’enfant. Les députés élus les 12 et 19 juin devront être guidés par l’intérêt supérieur de l’enfant et c’est pourquoi les droits de l’enfant doivent être la boussole de leur mandat.

Les députés ont le pouvoir d’adopter des lois  et de voter les budgets publics sur de nombreux sujets tels que l’éducation, la lutte contre la pauvreté, la protection de l’enfance, la santé mentale et environnementale, la réduction des inégalités entre les territoires d’Outre-Mer et la métropole, la participation des enfants…et de contrôler leur bonne application.

Concernant ces sujets prioritaires, l’UNICEF France propose 13 mesures dans le cadre des élections législatives :

  1. La création d’une délégation parlementaire aux Droits de l’enfant ;
  2. Le renforcement de l’action du Parlement dans le suivi et le contrôle de la politique extérieure de la France et de son action en faveur des droits de l’enfant ;
  3. Une contribution à l’état des lieux de l’effectivité des droits des enfants en Outre-Mer ;
  4. Un investissement durable dans une prévention et une protection de l’enfance de qualité ;
  5. La mise en place d’une protection effective des mineurs non-accompagnés et la fin des mises à la rue ;
  6. L’interdiction de l’enfermement administratif des enfants isolés et en famille, en zone d’attente et en rétention, sur l’ensemble du territoire ;
  7. Le renforcement et l’élargissement de la politique de résorption des bidonvilles ;
  8. La prise en compte des besoins spécifiques des familles en garantissant un accueil inconditionnel des enfants, dans des structures d’hébergement adaptées et de qualité ;
  9. L’identification des enfants non-scolarisés pour assurer leur accès à l’école ;
  10. Une réforme du Parlement des enfants ;
  11. La mise en place d’une expérimentation du vote dès l’âge de 16 ans aux élections municipales ;
  12. L’adoption de politiques publiques ambitieuses de lutte contre la pollution de l’air, qui prendront en compte la vulnérabilité spécifique des enfants, notamment des plus pauvres ;
  13. Et enfin, un investissement massif pour permettre l’accès des enfants à une offre de soins psychiques de qualité.

 

L’importance des élections législatives est souvent sous-estimée, entraînant des niveaux d’abstention important. Pourtant, les droits de l’enfant se jouent aussi à l’Assemblée Nationale et donc dans les urnes : votre bulletin peut changer les choses ! Les 12 et 19 juin, mobilisez-vous pour les enfants et les jeunes et le respect de leurs droits. Elisez une Assemblée qui prendra le Parti des Enfants !

 

* L’UNICEF France soutient cette proposition avec une trentaine d’organisations œuvrant pour les droits de l’enfant réunies dans la Dynamique de la Convention Aux Actes.