L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

297 villes et intercommunalités ont intégré le réseau Ville amie des enfants pour le mandat 2020/2026. Rejoignez le grand réseau Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Un garçon passe devant le centre Point bleu de l'UNICEF et du HCR, le 16 mars 2022, dans un centre d'accueil pour réfugiés situé près du poste frontière de Palanca, en Moldavie, près de la frontière Moldavie-Ukraine, après avoir fui la ville ukrainienne d'Odessa. ©UNICEF/UN0609229/Modola
Un garçon passe devant le centre Point bleu de l'UNICEF et du HCR, le 16 mars 2022, dans un centre d'accueil pour réfugiés situé près du poste frontière de Palanca, en Moldavie, près de la frontière Moldavie-Ukraine, après avoir fui la ville ukrainienne d'Odessa. ©UNICEF/UN0609229/Modola

Ukraine : les enfants fuyant le conflit exposés à la traite et l’exploitation

L’UNICEF demande des mesures renforcées afin de protéger les enfants quittant l’Ukraine pour se rendre dans un pays voisin

Genève/New York, le 19 mars 2022 – Les enfants fuyant le conflit sont exposés à un risque accru de traite et d’exploitation, avertit l’UNICEF aujourd’hui. Les trafiquants d’êtres humains cherchent souvent à tirer profit du chaos généré par les mouvements massifs de population – une menace réelle et de plus en plus importante pour les 1,5 million d’enfants réfugiés qui ont fui l’Ukraine depuis le 24 février dernier et les innombrables autres qui se sont déplacés à l’intérieur du pays en raison de la violence.

Selon une analyse récente réalisée par l’UNICEF et le Groupe interinstitutions de coordination contre la traite des personnes, 28% des victimes de la traite des êtres humains recensées à travers le monde sont des enfants. Pour les spécialistes de la protection de l’enfance, dans le contexte de l’Ukraine, les enfants vont certainement représenter une proportion encore plus élevée de victimes potentielles de la traite étant donné que la quasi-totalité des réfugiés ayant fui le pays jusqu’à présent sont des femmes et des enfants.  

« Le conflit en Ukraine provoque des déplacements massifs et des flux de réfugiés – autant de conditions susceptibles de provoquer une augmentation brutale de la traite des êtres humains et une grave crise de la protection de l’enfance », indique Afshan Khan, directrice régionale de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale. « Les enfants déplacés risquent davantage d’être séparés de leur famille, exploités et victimes de la traite. Ils ont besoin que les gouvernements de la région interviennent et mettent en place des mesures pour assurer leur sécurité. »

Plus de 500 enfants non accompagnés ont été recensés à la frontière entre l’Ukraine et la Roumanie entre le 24 février et le 17 mars. Le nombre réel d’enfants ukrainiens séparés de leur famille qui se sont réfugiés dans des pays voisins est probablement bien plus élevé. Ces enfants sont particulièrement vulnérables à la traite des êtres humains et à l’exploitation.

« Il est essentiel de contrôler les enfants fuyant le conflit en Ukraine afin d’évaluer leur vulnérabilité lorsqu’ils traversent la frontière pour se rendre dans un pays voisin », affirme Afshan Khan. « Tous les efforts doivent être déployés pour renforcer les processus de contrôle aux points de passage des frontières des réfugiés. »   

Pour protéger et soutenir les enfants et les familles qui ont fui l’Ukraine, l’UNICEF et le HCR, en partenariat avec les gouvernements et les organisations de la société civile, installent des centres « Point bleu » – des espaces sûrs où les enfants et les femmes ont accès à un éventail de services. Ces centres fournissent de précieuses informations aux familles en déplacement, contribuent à identifier les enfants non accompagnés et séparés de leur famille et à assurer leur protection, et regroupent des services essentiels.

Des centres « Point bleu » ont déjà été mis en place dans des pays accueillant des femmes et des enfants ukrainiens et seront déployés à plus grande échelle au cours des prochains jours, notamment en Pologne, où 34 centres seront installés.

L’UNICEF exhorte les gouvernements des pays voisins et des autres pays de destination à renforcer les contrôles de protection de l’enfance aux points de passage des frontières, en particulier aux points transfrontaliers avec l’Ukraine, afin de mieux recenser les enfants à risque. L’UNICEF demande en outre aux gouvernements de renforcer la collaboration aux frontières et l’échange d’informations entre les autorités chargées des contrôles aux frontières, les forces de l’ordre et les services de protection de l’enfance, ainsi que d’identifier rapidement les enfants séparés de leur famille et de mettre en place des procédures de recherche et de réunification.

Des contrôles supplémentaires visant à lutter contre les risques en matière de protection doivent être instaurés dans les refuges, les grandes gares urbaines et d’autres lieux de rassemblement ou de passage des réfugiés. Dans le cadre de l’application des lois nationales et internationales, il est également essentiel de surveiller les déplacements des enfants et des femmes et de prendre toutes les mesures nécessaires pour atténuer les risques auxquels sont exposés les groupes vulnérables.

Faire un don pour aider les familles et les enfants en Ukraine