Liban : les systèmes d'approvisionnement en eau sont au bord de l'effondrement

Publié le 23 juillet 2021

Plus de quatre millions de personnes, dont un million de réfugiés, risquent de ne plus avoir accès à l'eau potable au Liban.

Beyrouth/Paris, le 23 juillet 2021 -  Avec l'escalade rapide de la crise économique, les pénuries de financement, de carburant et de fournitures telles que le chlore et les pièces détachées, UNICEF estime que la plupart des pompages d'eau cesseront progressivement dans le pays au cours des quatre à six prochaines semaines.

« Le secteur de l'eau est réduit à néant par la crise économique actuelle au Liban, incapable de fonctionner en raison des coûts d'entretien qui s'élèvent en dollars, des pertes d'eau causées par l'eau non génératrice de revenus, de l'effondrement parallèle du réseau électrique et de la menace de l'augmentation des coûts du carburant », a déclaré Yukie Mokuo, représentante d'UNICEF au Liban. « Une perte d'accès à l'approvisionnement public en eau pourrait obliger les ménages à prendre des décisions extrêmement difficiles concernant leurs besoins fondamentaux en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène », a-t-elle ajouté.

Un coût trop élevé pour les ménages

Si le système public d'approvisionnement en eau s'effondre, UNICEF estime que le coût de l'eau pourrait monter en flèche de 200 % par mois lorsqu'il s'agit de se procurer de l'eau auprès de fournisseurs alternatifs ou privés. Pour un trop grand nombre de ménages libanais extrêmement vulnérables, ce coût sera trop lourd à supporter, car il représente 263 % du revenu mensuel moyen.

Selon une évaluation soutenue par UNICEF, basée sur les données recueillies par les quatre principales compagnies publiques de distribution d'eau du pays en mai et juin 2021 :

  • Plus de 71 % des personnes relèvent des niveaux de vulnérabilité « très critique » et « critique ».
  • Près de 1,7 million de personnes n'ont accès qu'à 35 litres par jour, soit une diminution de près de 80 % par rapport à la moyenne nationale de 165 litres avant 2020.
  • Les fournisseurs de services publics d'eau ne peuvent plus se permettre d'acheter des pièces de rechange essentielles pour la maintenance ;  
  • Depuis 2020, on observe une augmentation de 35 % des prix de l'approvisionnement en eau en vrac du secteur privé, tandis que le coût de l'eau en bouteille a doublé.
  •  Les coupures de courant et une alimentation électrique intermittente mettent les systèmes d'eau sous pression, interrompant le traitement, le pompage et la distribution de l'eau.
  •  Au niveau national, l'eau qui n'est pas comptabilisée en raison des pertes du système est d'environ 40 %, principalement en raison du manque d'entretien et des raccordements illégaux.

Des effets catastrophiques en termes de santé publique

« Au plus fort des mois d'été, alors que les cas de COVID-19 recommencent à augmenter en raison de la variante du Delta, le précieux système public d'approvisionnement en eau du Liban est en état de survie et pourrait s'effondrer à tout moment », a déclaré Yukie Mokuo, représentante d'UNICEF au Liban. « Si des mesures urgentes ne sont pas prises, les hôpitaux, les écoles et les installations publiques essentielles ne pourront pas fonctionner et plus de quatre millions de personnes seront obligées de recourir à des sources d'eau dangereuses et coûteuses, mettant ainsi en danger la santé et l'hygiène des enfants. L'effet négatif immédiat serait sur la santé publique. L'hygiène serait compromise et le Liban verrait une augmentation des maladies. Les femmes et les adolescentes seraient confrontées à des défis particuliers en matière d'hygiène personnelle, de protection et de dignité sans accès à un assainissement sûr. »

Une situation alarmante qui nécessite un soutien immédiat

UNICEF a besoin de 40 millions de dollars par an pour que l'eau continue de couler pour plus de quatre millions de personnes dans le pays - en assurant les niveaux minimums de carburant, de chlore, de pièces de rechange et de maintenance nécessaires pour maintenir les systèmes critiques opérationnels - et en préservant l'accès et le fonctionnement des systèmes d'eau publics.  

UNICEF travaille en étroite collaboration avec les fournisseurs publics d'eau pour atteindre les enfants et les femmes les plus vulnérables au Liban. En utilisant les infrastructures d'eau existantes pendant la pandémie de COVID-19, UNICEF a soutenu l'approvisionnement en eau potable des communautés à travers le pays.

« Nous resterons fermes dans notre soutien aux communautés dans la mesure où les ressources le permettent, mais cette situation alarmante nécessite un financement immédiat et soutenu », a déclaré Yukie Mokuo. « UNICEF est prêt à apporter son soutien, en particulier au fur et à mesure de l'évolution de la pandémie mondiale, afin de garantir que le droit le plus fondamental à l'eau potable soit respecté pour les enfants et les familles en cette période critique pour le Liban. »

##########

Note aux rédactions :

Lisez notre rapport en anglais « Drying up » ici

La réponse WASH d'UNICEF en 2020 et 2021 :

  • Pour éviter l'eff:ondrement complet des établissements d'eau en raison de la crise économique, à partir d'octobre 2020, UNICEF a soutenu les quatre établissements publics d'eau avec des fournitures, des consommables et des réparations rapides afin de sécuriser les services d'eau pour quatre millions de personnes.
  • Plus de 184 690 personnes ont reçu des fournitures WASH essentielles, notamment des articles d'hygiène.
  • Près de 200 000 personnes ont bénéficié d'un accès temporaire à une quantité adéquate d'eau potable et d'eau à usage domestique.
  • 197 060 personnes ont eu accès à des installations sanitaires améliorées dans des lieux temporaires.
  • Suite aux explosions du port de Beyrouth en août 2020, 155 bâtiments ont été reconnectés aux systèmes d'eau publics, 873 réservoirs d'eau ont été installés dans les foyers endommagés et 4 485 kits d'hygiène et 462 kits pour bébés ont été distribués aux familles touchées.
  • Des fournitures humanitaires essentielles d'une valeur de 464 000 dollars ont été distribuées, notamment des kits pour bébés, des kits d'hygiène, des serviettes hygiéniques, des réservoirs d'eau, ainsi que des équipements de protection individuelle (EPI) et des articles de prévention et de contrôle des infections (IPC) tels que des gants, des masques et des désinfectants pour les mains.