Rapport de l'ONU : Une année pandémique marquée par un pic de la faim dans le monde

Publié le 12 juillet 2021

L'Afrique enregistre la plus forte hausse. Le monde est à un croisement critique, il faut agir maintenant pour un redressement en 2030.

Rome/New-York, le 12 juillet 2021 - Selon les Nations unies, la faim dans le monde s'est aggravée de façon spectaculaire en 2020, en grande partie en raison des retombées du COVID-19. Alors que l'impact de la pandémie n'a pas encore été entièrement cartographié, un rapport multi-agences estime qu'environ un dixième de la population mondiale - jusqu'à 811 millions de personnes - était sous-alimenté l'année dernière. Ce chiffre suggère que le monde devra déployer des efforts considérables pour honorer sa promesse d'éradiquer la faim d'ici 2030.

L'édition de cette année de L'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde est la première évaluation mondiale de ce type à l'ère des pandémies. Le rapport est publié conjointement par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les éditions précédentes avaient déjà fait savoir au monde que la sécurité alimentaire de millions de personnes - dont de nombreux enfants - était en jeu. « Malheureusement, la pandémie continue d'exposer les faiblesses de nos systèmes alimentaires, qui menacent la vie et les moyens de subsistance des populations du monde entier », écrivent les responsables des cinq agences des Nations unies dans l'avant-propos de cette année.

Ils mettent ensuite en garde contre une « conjoncture critique », même s'ils fondent de nouveaux espoirs sur un élan diplomatique accru. « Cette année offre une occasion unique de faire progresser la sécurité alimentaire et la nutrition en transformant les systèmes alimentaires, avec le prochain Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires, le Sommet sur la nutrition pour la croissance et la COP26 sur le changement climatique. » « Les résultats de ces événements », ajoutent les cinq membres, « façonneront la seconde moitié de la Décennie d'action des Nations unies pour la Nutrition », un engagement politique mondial qui n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière.

Les chiffres en détail

Déjà au milieu des années 2010, la faim avait commencé à augmenter, anéantissant les espoirs d'un déclin irréversible. Fait inquiétant, en 2020, la faim a grimpé en flèche en termes absolus et proportionnels, dépassant la croissance démographique : on estime qu'environ 9,9 % de l'ensemble de la population était sous-alimentée l'année dernière, contre 8,4 % en 2019.

Plus de la moitié des personnes sous-alimentées (418 millions) vivent en Asie ; plus d'un tiers (282 millions) en Afrique ; et une plus petite proportion (60 millions) en Amérique latine et dans les Caraïbes. Mais la plus forte augmentation de la faim a été enregistrée en Afrique, où la prévalence estimée de la sous-alimentation - à 21 % de la population - est plus du double de celle de toute autre région.

L'année 2020 a également été sombre sur d'autres plans. Globalement, plus de 2,3 milliards de personnes (soit 30 % de la population mondiale) n'avaient pas accès à une alimentation adéquate tout au long de l'année : cet indicateur - connu sous le nom de prévalence de l'insécurité alimentaire modérée ou grave - a fait un bond en un an aussi important que les cinq précédents réunis. Les inégalités entre les sexes se sont creusées : pour 10 hommes en situation d'insécurité alimentaire, on comptait 11 femmes en situation d'insécurité alimentaire en 2020 (contre 10,6 en 2019).

La malnutrition a persisté sous toutes ses formes, et les enfants en ont payé le prix fort : en 2020, on estime que plus de 149 millions d'enfants de moins de cinq ans souffraient d'un retard de croissance, ou étaient trop petits pour leur âge ; plus de 45 millions étaient émaciés, ou trop maigres pour leur taille ; et près de 39 millions étaient en surpoids.  Trois milliards d'adultes et d'enfants n'avaient pas accès à des régimes alimentaires sains, en grande partie à cause de leur coût excessif. Près d'un tiers des femmes en âge de procréer souffrent d'anémie. À l'échelle mondiale, malgré les progrès réalisés dans certains domaines (par exemple, davantage de nourrissons sont nourris exclusivement au lait maternel), le monde n'est pas en mesure d'atteindre les objectifs fixés pour les indicateurs nutritionnels d'ici à 2030.

Autres facteurs de famine et de malnutrition

Dans de nombreuses régions du monde, la pandémie a déclenché des récessions brutales et a compromis l'accès à la nourriture. Pourtant, même avant la pandémie, la famine se répandait et les progrès en matière de malnutrition étaient lents. C'était d'autant plus vrai dans les nations touchées par des conflits, des phénomènes climatiques extrêmes ou d'autres ralentissements économiques, ou encore confrontées à de fortes inégalités - autant de facteurs que le rapport identifie comme des moteurs majeurs de l'insécurité alimentaire, qui à leur tour interagissent.

Sur la base des tendances actuelles, l’Etat de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde estime que l'objectif 2 du développement durable (Faim zéro d'ici à 2030) sera manqué par une marge de près de 660 millions de personnes. Sur ces 660 millions, quelque 30 millions pourraient être liés aux effets prolongés de la pandémie.

Ce qui peut (encore) être fait

Comme le soulignait le rapport de l'année dernière, la transformation des systèmes alimentaires est essentielle pour atteindre la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et mettre des régimes alimentaires sains à la portée de tous. L'édition de cette année va plus loin en présentant six « voies de transformation. » Selon les auteurs, ces voies reposent sur un « ensemble cohérent de politiques et de portefeuilles d'investissement » pour contrer les facteurs de la faim et de la malnutrition.

En fonction du facteur particulier (ou de la combinaison de facteurs) auquel chaque pays est confronté, le rapport invite les responsables politiques à :

  • Intégrer les politiques humanitaires, de développement et de consolidation de la paix dans les zones de conflit - par exemple, par le biais de mesures de protection sociale visant à éviter que les familles ne vendent leurs maigres biens en échange de nourriture ;
  • Renforcer la résilience climatique dans l'ensemble des systèmes alimentaires - par exemple, en offrant aux petits exploitants agricoles un large accès à l'assurance contre les risques climatiques et au financement basé sur les prévisions ;
  • Renforcer la résilience des plus vulnérables face à l'adversité économique - par exemple, par des programmes d'aide en nature ou en espèces pour atténuer l'impact des chocs de type pandémique ou de la volatilité des prix alimentaires ;
  • Intervenir le long des chaînes d'approvisionnement pour réduire le coût des aliments nutritifs - par exemple, en encourageant la plantation de cultures biofortifiées ou en facilitant l'accès des producteurs de fruits et légumes aux marchés ;
  • S'attaquer à la pauvreté et aux inégalités structurelles - par exemple, en stimulant les chaînes de valeur alimentaires dans les communautés pauvres par des transferts de technologie et des programmes de certification ;
  • Renforcer les environnements alimentaires et modifier le comportement des consommateurs - par exemple, en éliminant les acides gras trans industriels et en réduisant la teneur en sel et en sucre de l'approvisionnement alimentaire, ou en protégeant les enfants de l'impact négatif du marketing alimentaire.

Le rapport appelle également à la mise en place d'un « environnement favorable de mécanismes de gouvernance et d'institutions » pour rendre la transformation possible. Il enjoint aux décideurs politiques de procéder à de larges consultations, de donner des moyens d'action aux femmes et aux jeunes, et de développer la disponibilité des données et des nouvelles technologies. Par-dessus tout, les auteurs insistent sur le fait que le monde doit agir maintenant - ou voir les facteurs de la faim et de la malnutrition se reproduire avec une intensité croissante dans les années à venir, longtemps après que le choc de la pandémie soit passé.

Téléchargez le rapport complet en anglais ici.