Rohingyas : des milliers d'enfants sans endroit où aller attendent dans la boue

Publié le 18 octobre 2017 | Modifié le 01 février 2018

L’afflux de réfugiés rohingyas du Myanmar vers le Bangladesh se poursuit mais leurs conditions de vie restent extrêmement pénibles et les enfants souffrent terriblement de cette situation tragique.

Pour les Rohingyas, la situation ne s’améliore malheureusement pas. Ce week-end, plusieurs milliers de réfugiés ont quitté le Myanmar pour rejoindre le Bangladesh. Plus de la moitié d’entre eux sont des enfants. Mais les ressources pour les prendre en charge manquent et ils n’ont pas pu être aiguillés vers des camps. Dans l’attente d’une décision, ils doivent attendre au bord de la route, dans des champs boueux, à deux kilomètres de la frontière. Or, la file s’allonge inexorablement avec l’arrivée de nouveaux réfugiés.

Pour arriver jusque-là, ces familles ont entrepris un dangereux exode et ont marché plusieurs jours dans le plus grand dénuement. L’accès à l’eau et à la nourriture est extrêmement réduit et on voit sur leurs visages la faim, la déshydratation et la fatigue. « Ces familles disent avoir marché pendant sept ou huit jours et n’ont pas mangé depuis quelques jours », a rappelé le porte-parole de l’UNICEF Christophe Boulierac. Affaiblis, ces réfugiés sont très vulnérables aux maladies et beaucoup sont traumatisés par les scènes dont ils ont été les témoins pendant leur parcours. De nombreux enfants ont notamment été séparés de leur famille alors qu’ils tentaient de se mettre en sécurité.

L’UNICEF a très vite cherché à venir en aide à ces nouveaux arrivants : deux camions transportant 6000 litres d’eau et 2000 jerrycans ont été envoyés sur les lieux et 20 000 bouteilles d’eau ont également été acheminées sur place. Deux espaces amis des enfants vont être implantés pour offrir aux plus jeunes des espaces protégés et tenter de réunir ceux qui ont été séparés de leurs proches.
La porte-parole de l’UNICEF Marixie Mercado a indiqué hier, mardi 17 octobre, que seuls 7% des fonds d’urgence en faveur des réfugiés rohingyas ont pour l’instant été collectés.

Sans apport supplémentaire, il faudra arrêter l’approvisionnement et l’assainissement de l’eau pour 40 000 personnes. Il sera impossible de construire les 1400 points d’eau dont ont besoin 350 000 personnes. Environ 250 000 réfugiés n’auront pas la possibilité d’accéder aux 12 000 latrines qui n’auront pas pu être installées. Près de 180 000 enfants n’auront pas accès à des soins de santé basique et à la vaccination. Les équipes sur place n’auront pas les moyens de pallier une éventuelle crise sanitaire et les enfants séparés de leur famille ne pourront pas être pris en charge. Pour aider les réfugiés rohingyas, merci de faire un don.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions