La pandémie de COVID-19 entraîne un recul important de la vaccination des enfants

Publié le 15 juillet 2021

23 millions d'enfants n'ont pas reçu les vaccins infantiles de base dans le cadre des services de santé de routine en 2020, soit le nombre le plus élevé depuis 2009 et 3,7 millions de plus qu'en 2019,  selon les données officielles publiées aujourd'hui par l'OMS et UNICEF.

Genève/New York, le 15 juillet 2021 - Cette dernière série de chiffres complets sur la vaccination des enfants dans le monde, les premiers chiffres officiels à refléter les perturbations des services à l'échelle mondiale dues à COVID-19, montrent qu'une majorité de pays ont connu l'an dernier des baisses des taux de vaccination des enfants.

Il est inquiétant de constater que la plupart d'entre eux - jusqu'à 17 millions d'enfants - n'ont probablement pas reçu un seul vaccin au cours de l'année, creusant ainsi des inégalités déjà immenses en matière d'accès aux vaccins. La plupart de ces enfants vivent dans des communautés touchées par des conflits, dans des endroits reculés mal desservis ou dans des contextes informels ou des bidonvilles où ils sont confrontés à de multiples privations, notamment un accès limité aux services de santé de base et aux services sociaux essentiels.

« Alors même que les pays s'empressent de mettre la main sur les vaccins COVID-19, nous avons reculé sur d'autres vaccinations, laissant les enfants exposés à des maladies dévastatrices mais évitables comme la rougeole, la polio ou la méningite », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS. « De multiples flambées de maladies seraient catastrophiques pour les communautés et les systèmes de santé qui luttent déjà contre le COVID-19, ce qui rend plus urgent que jamais d'investir dans la vaccination des enfants et de veiller à ce que chaque enfant soit concerné. »

Un avertissement clair

Dans toutes les régions, un nombre croissant d'enfants ne recevront pas les premières doses de vaccin indispensables en 2020 ; des millions d'autres ne recevront pas les vaccins ultérieurs.

Les perturbations des services de vaccination ont été généralisées en 2020, les Régions OMS de l'Asie du Sud-Est et de la Méditerranée orientale étant les plus touchées.  L'accès aux services de santé et la sensibilisation à la vaccination ayant été réduits, le nombre d'enfants n'ayant même pas reçu leur toute première vaccination a augmenté dans toutes les régions. Par rapport à 2019, 3,5 millions d'enfants supplémentaires n'ont pas reçu leur première dose de vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC-1), tandis que 3 millions d'enfants supplémentaires n'ont pas reçu leur première dose de vaccin contre la rougeole. 

« Ces preuves devraient constituer un avertissement clair - la pandémie de COVID-19 et les perturbations connexes nous ont fait perdre un terrain précieux que nous ne pouvons pas nous permettre de perdre - et les conséquences se paieront en vies et en bien-être des plus vulnérables », a déclaré Henrietta Fore, Directrice générale d'UNICEF. « Même avant la pandémie, des signes inquiétants montraient que nous commencions à perdre du terrain dans la lutte pour la vaccination des enfants contre les maladies infantiles évitables, notamment avec les vastes épidémies de rougeole d'il y a deux ans. La pandémie n'a fait qu'aggraver une situation déjà mauvaise. Alors que la distribution équitable des vaccins COVID-19 est au premier plan des préoccupations de chacun, nous devons nous rappeler que la distribution des vaccins a toujours été inéquitable, mais qu'elle n'a pas à l'être. »

Tableau 1 : Pays présentant la plus forte augmentation du nombre d'enfants n'ayant pas reçu une première dose de vaccin combiné diphtérie-tétanos-coqueluche (DTC-1)

 20192020
Inde1'403'0003'038'000
Pakistan567'000968'000
Indonésie472'000797'000
Philippines450'000557'000
Mexique348000454'000
Mozambique97'000186'000
Angola399'000482'000
République-Unie de Tanzanie183'000249'000
Argentine97'000156'000
Venezuela75'000134'000
Mali136'000193'000

Les données montrent que les pays à revenu intermédiaire comptent désormais une part croissante d'enfants non protégés, c'est-à-dire d'enfants n'ayant pas reçu au moins quelques doses de vaccin. L'Inde connaît une baisse particulièrement importante, la couverture par le DTC-3 étant passée de 91 % à 85 %.

Des millions d'enfants exposés à des maladies mortelles évitables

Alimenté par les insuffisances de financement, la désinformation sur les vaccins, l'instabilité et d'autres facteurs, un tableau troublant se dessine également dans la Région des Amériques de l'OMS, où la couverture vaccinale continue de baisser. À peine 82 % des enfants sont entièrement vaccinés contre le DTC, contre 91 % en 2016.

Les pays risquent une résurgence de la rougeole et d'autres maladies évitables par la vaccination

Même avant la pandémie de COVID-19, les taux mondiaux de vaccination des enfants contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la rougeole et la polio stagnaient depuis plusieurs années autour de 86 %. Ce taux est bien inférieur aux 95 % recommandés par l'OMS pour se protéger contre la rougeole - souvent la première maladie à resurgir lorsque les enfants ne sont pas vaccinés – et insuffisant pour enrayer les autres maladies évitables par la vaccination.

De nombreuses ressources et du personnel ayant été allouées pour soutenir la réponse au COVID-19, la fourniture de services de vaccination a été fortement perturbée dans de nombreuses régions du monde. Dans certains pays, les cliniques ont été fermées ou les heures d'ouverture réduites, tandis que les gens ont pu hésiter à se faire soigner par peur de la transmission ou ont eu des difficultés à atteindre les services en raison des mesures de verrouillage et des perturbations des transports.

« Ces chiffres sont alarmants et suggèrent que la pandémie met à mal des années de progrès dans la vaccination de routine et expose des millions d'enfants à des maladies mortelles évitables », a déclaré le Dr Seth Berkley, PDG de Gavi, l'Alliance du Vaccin. « C'est un signal d'alarme - nous ne pouvons pas permettre que l'héritage de COVID-19 soit la résurgence de la rougeole, de la polio et d'autres maladies mortelles. Nous devons tous travailler ensemble pour aider les pays à vaincre le COVID-19, en garantissant un accès mondial et équitable aux vaccins, et à remettre les programmes de vaccination de routine sur les rails. La santé et le bien-être futurs de millions d'enfants et de leurs communautés dans le monde en dépendent. »

Atteindre une couverture de 90 %

Les inquiétudes ne concernent pas seulement les maladies sujettes aux épidémies. Les taux de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH), qui protège les filles contre le cancer du col de l'utérus à un stade ultérieur de leur vie, sont déjà faibles et ont été fortement affectés par la fermeture des écoles. En conséquence, dans l'ensemble des pays qui ont introduit le vaccin contre le VPH à ce jour, environ 1,6 million de filles supplémentaires n'ont pas été vaccinées en 2020. Au niveau mondial, seules 13 % des filles ont été vaccinées contre le VPH, contre 15 % en 2019.

Les agences appellent à une reprise urgente et à des investissements dans la vaccination de routine

Alors que les pays s'efforcent de regagner le terrain perdu en raison des perturbations liées au COVID-19, UNICEF, l'OMS et des partenaires comme Gavi, l'Alliance pour les vaccins, soutiennent les efforts visant à renforcer les systèmes de vaccination :

  • Rétablissement des services et des campagnes de vaccination afin que les pays puissent mettre en œuvre en toute sécurité des programmes de vaccination de routine pendant la pandémie de COVID-19 ;
  • Aider les agents de santé et les responsables communautaires à communiquer activement avec les soignants pour leur expliquer l'importance des vaccinations ;
  • Combler les lacunes de la couverture vaccinale, notamment en identifiant les communautés et les personnes qui ont été oubliées pendant la pandémie.
  • Veiller à ce que l'administration du vaccin COVID-19 soit planifiée et financée de manière indépendante et qu'elle ait lieu parallèlement aux services de vaccination des enfants, et non à leur détriment.
  • Mettre en œuvre des plans nationaux de prévention et de lutte contre les épidémies de maladies évitables par la vaccination, et renforcement des systèmes de vaccination dans le cadre des efforts de redressement du COVID-19.

Les agences travaillent avec les pays et les partenaires pour atteindre les objectifs ambitieux du programme mondial de vaccination 2030, qui vise à atteindre une couverture de 90 % pour les vaccins essentiels de l'enfance, à réduire de moitié le nombre d'enfants non vaccinés, ou « zéro dose », et à augmenter l'utilisation de nouveaux vaccins vitaux comme le rotavirus ou le pneumocoque dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

###

Notes aux éditeurs

A propos des données

Basées sur les données déclarées par les pays, les estimations officielles de l'OMS et de l'UNICEF sur la couverture vaccinale nationale (WUENIC) fournissent le plus grand ensemble de données au monde sur les tendances de la vaccination contre 13 maladies administrées dans le cadre des systèmes de santé ordinaires - normalement dans des dispensaires ou des centres communautaires ou lors de visites d'agents de santé. Pour 2020, des données ont été fournies par 160 pays.

Au niveau mondial, le taux de vaccination pour les trois doses de vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC-3) est passé d'environ 86 % en 2019 à 83 % en 2020, ce qui signifie que 22,7 millions d'enfants n'ont pas été vaccinés, et pour la première dose de rougeole, de 86 à 84 %, ce qui signifie que 22,3 millions d'enfants n'ont pas été vaccinés. Les taux de vaccination pour la deuxième dose de rougeole étaient de 71 % (contre 70 % en 2019).  Pour lutter contre la rougeole, un taux d'absorption de 95 % de deux doses de vaccin est nécessaire ; les pays qui ne peuvent pas atteindre ce niveau comptent sur des campagnes de vaccination nationales périodiques pour combler le manque.

Outre les perturbations de la vaccination de routine, on compte actuellement 57 campagnes de vaccination de masse reportées dans 44 pays, pour la rougeole, la polio, la fièvre jaune et d'autres maladies, ce qui touche des millions de personnes supplémentaires.

Une nouvelle modélisation montre également une baisse significative de la couverture vaccinale pour le DTC et la rougeole.

Une nouvelle modélisation, également publiée aujourd'hui dans The Lancet par des chercheurs de l'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), basé à Washington, montre également que la vaccination des enfants a diminué dans le monde entier en 2020 en raison des perturbations liées au COVID-19. La modélisation menée par l'IHME est basée sur des données administratives déclarées par les pays pour les vaccins DTC et contre la rougeole, complétées par des rapports sur les dossiers médicaux électroniques et des données sur les mouvements humains saisies par le suivi anonyme des téléphones mobiles.

Les deux analyses montrent que les pays et la communauté sanitaire au sens large doivent veiller à ce que les nouvelles vagues de COVID-19 et le déploiement massif des vaccins COVID-19 ne fassent pas dérailler la vaccination de routine et que les activités de rattrapage continuent d'être renforcées.

Accédez à l'ensemble des données ici

Accédez à la banque de données ici

Cliquez ici pour en savoir plus sur la campagne "Des vaccins pour tous" d'UNICEF