Guerre au Yémen : l’attaque inadmissible contre des enfants doit être un point de rupture !

Publié le 10 août 2018 | Modifié le 10 août 2018

Déclaration de la directrice générale d'UNICEF, Henrietta Fore

New York, 9 août 2018 - « La terrible attaque contre un bus à Saada, au Yémen, qui aurait tué et mutilé de nombreux enfants, marque un point de rupture dans cette violente guerre. La question est de savoir si cela va être un tournant qui va enfin pousser les parties au conflit, le Conseil de sécurité de l’ONU et la communauté internationale à faire ce qui est juste pour les enfants et à mettre un terme à ce conflit.

L'UNICEF et d'autres organisations ont appelé à plusieurs reprises à la protection des enfants et au respect du droit international humanitaire. Ces appels ont été totalement ignorés. Depuis 2015, près de 2 400 enfants ont été tués, plus de 3 600 blessés et des milliers de vies innocentes ont été détruites.  Les attaques contre les hôpitaux, les écoles et les infrastructures de base sont courantes. 

Le conflit persistant, les attaques répétées et les restrictions d’accès dues à l’insécurité et à la violence compromettent notre capacité à atteindre les plus démunis, notamment 11 millions d’enfants qui nécessitent une aide humanitaire.

Combien d’enfants vont encore souffrir ou mourir, avant que ceux qui peuvent agir mettent un terme à ce fléau ?

En quelques semaines, un centre d’approvisionnement en eau et des installations sanitaires  soutenus par l’UNICEF à Hodeida ont été attaqués et gravement endommagés menaçant la santé et le bien-être de centaines de milliers de personnes. Ces infrastructures sont indispensables aux familles pour avoir accès à l’eau potable et empêcher une nouvelle épidémie de choléra.

Il est difficile de croire que nous vivons dans un monde où les enfants vivent dans la peur de telles attaques, cela ne devrait pas être le cas. Les parties au conflit et ceux qui peuvent les influencer, notamment les membres du Conseil de Sécurité doivent choisir de mettre fin à cette catastrophe pour le bien être des enfants yéménites. »