Des centaines d’enfants soldats libérés au Soudan du Sud

Publié le 08 février 2018 | Modifié le 12 février 2018

Plus de 300 enfants soldats ont été libérés d’un groupe armé à Yambio au Soudan du Sud.

YAMBIO, Soudan du Sud, 7 février 2018 – Plus de 300 enfants, dont 87 jeunes filles, ont aujourd’hui été libérés de groupes armés au Soudan du Sud. La libération de ces enfants soldats est la première phase d'un programme qui devrait permettre la démobilisation d’environ 700 enfants  dans les prochaines semaines.

Cela faisait plus d’un an qu’aucun enfant n’avait été libéré d’un groupe armé sur le territoire.

« C’est une étape cruciale dans la réalisation de notre objectif ultime qui est de réunir les milliers d’enfants encore dans les rangs des groupes armés avec leurs familles », a déclaré le représentant de l’UNICEF au Soudan du Sud, Mahimbo Mdoe. « C'est la plus importante libération d'enfants en trois ans et il est primordial que les négociations continuent afin qu’il y ait plus de jours comme celui-ci ».

Parmi ces 300 enfants, 215 ont été libérés du Mouvement National de Libération du Soudan du Sud (SSNLM) qui avait signé un accord de paix avec le gouvernement en 2016 et qui intègre désormais les rangs de l’armée nationale. 96 de plus ont été délivrés des rangs du Mouvement Populaire de Libération du Soudan - En opposition (SPLA-IO).

Une recrudescence des combats dans la région en juillet 2016 avait malheureusement retardé les progrès effectués pour assurer la libération des enfants soldats, mais la libération d’aujourd’hui constitue une avancée non négligeable.

Au cours de la cérémonie de libération, les enfants ont été officiellement désarmés et ont reçu des vêtements civils. Des examens médicaux seront menés et les enfants recevront un important soutien psychologique dans le cadre du programme de réinsertion mis en œuvre par l'UNICEF et ses partenaires.

Ceux dont les proches habitent dans les alentours pourront rejoindre leurs familles et les autres seront placés dans des centres d’accueil provisoires jusqu’à ce que leurs familles puissent être retrouvées. Au retour des enfants chez eux, leurs familles recevront une aide alimentaire de trois mois pour faciliter leur réintégration. Par la suite, les enfants recevront également une formation professionnelle visant à améliorer les revenus du foyer et la sécurité alimentaire. Au-delà de ces services liés aux moyens de subsistance, l'UNICEF et ses partenaires veilleront à ce que les enfants libérés aient accès à des services éducatifs adaptés à leur âge dans les écoles et les centres d'apprentissage accéléré.

« Tous les enfants ne sont pas recrutés de force. Beaucoup d’entre eux ont rejoint des groupes armés parce qu'ils pensaient ne pas avoir d’autre choix », explique Mdoe. « Notre priorité pour ce groupe et pour les enfants à travers le Soudan du Sud est de fournir le soutien dont ils ont besoin pour qu'ils puissent aller vers un avenir plus prometteur ».

Aujourd’hui et plus de 4 ans après le début du conflit en décembre 2013, on estime encore à 19 000 le nombre d’enfants enrôlés dans les rangs de groupes armés.

 

L'UNICEF continuera donc de travailler avec toutes les parties au conflit, ainsi qu'avec la MINUSS (Mission des Nations unies au Soudan du Sud), pour assurer la libération et la réintégration de tous les enfants soldats grâce à un processus méticuleux d’enregistrement, de vérification et de négociation.

Un financement suffisant du programme de libération de l'UNICEF est donc essentiel. Le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance a besoin de 45 millions de dollars en 2018 pour soutenir les efforts de libération, de démobilisation et de réintégration à travers le pays.