Guerre au Yémen : l'accès à l'eau reste difficile pour des millions d'enfants

Publié le 25 juillet 2018 | Modifié le 25 juillet 2018

Plus de 5 000 enfants toujours privés d'eau potable et des installations sanitaires attaqués pour la 3e fois.

Déclaration de Geert Cappelaere, directeur regional de l’UNICEF au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Paris, le 24 juillet 2018« L'UNICEF déplore, au sens fort du terme, une nouvelle attaque contre des systèmes d'eau essentiels au Yémen. Une importante installation de traitement de l'eau à Sa'ada, au nord-ouest du pays, a été attaquée cette semaine. Il s'agit de la troisième attaque de ce type contre cette même installation. Plus de la moitié du système est maintenant endommagé, privant 10 500 personnes d'eau potable.

Les attaques permanentes sur les systèmes d'eau au Yémen privent les enfants et leurs familles d’eau potable, ce qui augmente les risques de propagation des maladies d'origine hydrique dans ce pays déchiré par la guerre. 

Pour les familles du Yémen, ces services de base qui s’effondrent sont une question de vie ou de mort. Il s’agit là de la survie des garçons et des filles yéménites. S'ils continuent d'être attaqués, d'autres vies - dont celles de beaucoup d'enfants - seront perdues.

Les attaques contre les infrastructures civiles, comme les systèmes d'approvisionnement en eau, constituent une violation du droit international humanitaire. L'UNICEF appelle, une fois de plus, les parties au conflit, et ceux qui les influencent, à cesser toutes les attaques et les activités militaires sur, ou à proximité, des infrastructures civiles, comprenant les systèmes et installations d'approvisionnement en eau, les écoles, les hôpitaux et les cliniques. »

Sur Twitter