Inondations au Myanmar : Les enfants subissent une double catastrophe

Publié le 06 août 2015 | Modifié le 07 août 2015

Yangon, 3 août 2015 – Les inondations au Myanmar constituent une difficulté supplémentaire pour les enfants du pays qui vivent dans la pauvreté et se remettent à peine de la violence liée à la guerre civile, a mis en garde l’UNICEF. le Myanmar a subi de fortes précipitations au cours des dernières semaines, en raison notamment du passage du Cyclone Komen, qui a touché terre au Bangladesh le 30 juillet dernier.

Selon le gouvernement du Myanmar, 36 personnes sont décédées et plus de 200 000 personnes à travers le pays ont besoin d’une assistance vitale. 12 des 14 provinces du pays ont été touchées par les pluies. Le gouvernement a déclaré officiellement l’état de catastrophe naturelle pour quatre d'entre elles (Chin, Magwe, Sagaing et Rakhine). L’information sur le nombre de personnes résidant dans les états les plus touchés (dont Rakhine) est toujours limitée, et les équipes d’évaluation sont dans l’incapacité de rejoindre les comtés affectés à cause des inondations, des routes bloquées et des glissements de terrains.

« Les inondations frappent les enfants et les familles qui sont déjà très vulnérables, y compris ceux vivant dans des camps [de personnes déplacées] dans l'Etat de Rakhine », indique la représentante adjointe de l’UNICEF au Myanmar, Shalini Bahuguna. « Au-delà de leur impact immédiat, les inondations auront des conséquences à long terme sur les moyens de subsistance de ces familles. »

Le Gouvernement du Myanmar dirige actuellement les interventions, et l’UNICEF avec d’autres agences des Nations unies collabore avec les autorités du Myanmar pour évaluer les besoins prioritaires des enfants et leur apporter une assistance. L’organisation a envoyé des équipes d’évaluation dans les zones touchées et accessibles, afin d’identifier les besoins prioritaires de ces enfants et de leurs familles en matière d’eau et d’assainissement, santé et nutrition.

« L’UNICEF a déjà appuyé la distribution de comprimés de purification pour l’eau et de kits d’hygiène dans les zones affectées » indique Madame Bahuguna. « Nous travaillons avec le gouvernement pour diffuser des messages d’urgence sur les radios locales afin d’informer la population sur la manière d’éviter les maladies liées à l’eau.

Le Myanmar est sujet aux catastrophes naturelles telles que les inondations, cyclones et tremblements de terre. Il est nécessaire d’y accroitre les ressources pour étendre la préparation aux catastrophes naturelles, et améliorer la résilience des communautés. Les zones les plus touchées par les inondations sont également les plus pauvres du Myanmar, un pays où près de 70% de la population vit dans des conditions proches du seuil de pauvreté (2 dollars par jour) et où les enfants représentent 34% de la population.

Dans l’état de Rakhine, 140 000 enfants et familles déplacés dans des camps sont particulièrement vulnérables. Hébergements, latrines, douches, lieux d’enseignement et autres installations ont été construits pour un usage à court terme, et des dégâts sont à prévoir en raison des fortes précipitations et à des vents violents.

Plus tôt dans l’année, l’UNICEF a lancé un appel de fonds de 24,9 millions de dollars afin d’aider les enfants touchés par la violence et les conflits dans l’état de Rakhine. L’organisation n’a reçu que 5,6 millions de dollars, laissant une insuffisance de 19,3 millions, bien avant la prise en compte des besoins actuels des familles affectées par les inondations.

« Les conséquences de ces inondations rendent le besoin de financement, en particulier pour les familles déplacées et vulnérables, encore plus urgent », indique madame Bahuguna. « Les enfants et familles les plus pauvres vont être les plus durement touchés, et nous avons besoin de forger leur résilience afin qu’il puissent faire face à ce genre de crise ».

 

Pour aller plus loin

Et accéder à des informations complémentaires, consulter notre dossier

Urgence : inondations au Myanmar