Nigéria : l'UNICEF double ses besoins face à l'ampleur de la crise

Publié le 29 septembre 2016 | Modifié le 05 octobre 2016

L'UNICEF a révisé son appel de fonds humanitaire pour le Nigéria, passant de 55 millions à 115 millions de dollars pour venir en aide à 750 000 personnes supplémentaires qui sont maintenant accesssibles dans les zones affectées par le conflit dans le Nord-Est du pays.

Abuja / Dakar / New York, 29 septembre 2016 - Alors que de nouvelles zones s'ouvrent à l'aide humanitaire, la véritable échelle de la crise liée à Boko Haram et son impact sur les enfants sont maintenant évalués. Environ 400 000 enfants de moins de 5 ans seront touchés par la malnutrition aiguë sévère dans 3 états du Nord-Est du pays. Plus de 4 millions de personnes sont confrontées à des pénuries alimentaires et 65 000 personnes vivent dans des conditions de quasi-famine principalement dans l'état de Borno, le plus affecté.

"La vie des enfants ne tient vraiment qu'à un fil" a déploré Afshan Khan, la directrice des programmes d'urgence de l'UNICEF. "Nous pouvons accéder à de nouvelles zones pour fournir une assistance humanitaire, mais nous avons besoin d'un soutien international plus important si nous voulons atteindre tous les enfants qui en ont besoin" a-t-elle ajouté.

La destruction de villes entières et de villages complique les interventions. 60% des dispensaires ont été partiellement ou totalement détruits et 75% des systèmes d'eau et d'assainissement doivent être réhabilités dans l'état de Borno.

Près d'un million d'enfants sont maintenant déplacés à travers tout le Nord-Est, un million d'enfants ne sont plus scolarisés et des centaines de milliers sont affectés psychologiquement par les horreurs qu'ils ont du vivre.

Le manque d'accès aux enfants en raison du conflit, a aussi engendré une flambée de polio dans l'état de Borno, où 3 cas de polio sauvage ont été confirmés en août et en septembre. L'appel de fonds de l'UNICEF est relancé alors qu'est en cours une série de campagnes massives coordonnées de vaccination contre la polio et de nutrition, dans le Nord-Est du Nigéria et dans les pays voisins, ciblant 1,8 million d'enfants rien que dans l'état de Borno. La campagne de vaccination permet d'identifier et de traiter les enfants souffrant de malnutrition sévère.

L'UNICEF a augmenté sa réponse dans les zones les plus affectées par le conflit lié à Boko Haram depuis le mois d'avril. Ses interventions principales sont de soutenir les soins en santé de base et en nutrition pour les enfants et les mères, et d'aider à fournir eau et assainissement, services de protection et d'éducation.

Depuis le début de l'année 2016, 2,6 millions de personnes affectées par le conflit ont pu bénéficier des interventions soutenues par l'UNICEF dans le domaine de la santé et près de 75 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère ont peu être soignés dans le Nord-Est du Nigéria. La construction et la réhabilitation de puits ont permis de fournir un accès à l'eau potable à un demi-million de personnes. 133 000 enfants ont bénéficié d'un soutien psychosocial et plus de 72 000 enfants ont pu redémarrer leur scolarité grâce à des espaces protégés d'éducation, ainsi que la formation d'enseignants et la distribution de fournitures scolaires.

A ce jour, seulement 28 millions de dollars sur les 115 millions de dollars de l'appel ont été reçus, ce qui est un sérieux obstacle au plan d'intervention de l'UNICEF.

A suivre sur Twitter...

Soutenir nos actions