"300 millions $ manquent pour aider les enfants syriens"

Publié le 07 juin 2013 | Modifié le 09 septembre 2015

Le conflit en Syrie est l’une des plus graves crises subies par les enfants aujourd’hui dans le monde. La vie de 4 millions d’entre eux a été dévastée et une génération entière est menacée. L’UNICEF continue d’agir, mais les fonds manquent. Les Nations Unies lancent un nouvel appel. Déclaration de Ted Chaiban, directeur des programmes d’urgence à l’UNICEF.

« Malgré les obstacles rencontrés, l’UNICEF et ses partenaires ont pu accroitre significativement leurs interventions à l’intérieur de la Syrie. Depuis le début de l’année 2013, 8,8 millions de personnes à l’intérieur de la Syrie ont accès à de l’eau potable et domestique. Un million d’enfants ont été vaccinés contre la rougeole en Syrie et 600 000 dans les pays voisins. Dans ce contexte, il est important de rendre hommage à l’incroyable résilience du peuple syrien et des organisations sans qui nos efforts collectifs n’auraient pas pu aboutir.
 
L’UNICEF intervient aussi auprès des enfants syriens en Jordanie, au Liban et en Irak pour fournir accès à l’eau potable, vaccinations contre les maladies mortelles, et la possibilité de reprendre une scolarité et de surmonter les horreurs dont ils ont été témoins en Syrie. Les communautés d’accueil, qui font aussi face à des conditions de vie précaires, auront également accès à tous ces services.
 

L’eau potable de plus en plus rare

 
Beaucoup reste à faire. Le conflit syrien s’aggrave de jour en jour et l’arrivée des chaleurs de l’été va engendrer de nouveaux dangers. Les températures commencent à grimper alors même que l’eau potable est de plus en plus rare, et que les conditions sanitaires se dégradent. Les enfants seraient particulièrement vulnérables à une crise sanitaire.
 
Cet appel doit sauver des vies d’enfants. C’est pourquoi l’UNICEF a besoin de ressources supplémentaires. Actuellement nous faisons face à un manque de fonds d’environ 300 millions de dollars pour pouvoir maintenir le niveau d’assistance et répondre aux besoins croissants des enfants et de leur famille en Syrie et dans les pays de la région.
 
Avec cet appel, notre première priorité est de fournir de l’eau potable, des installations sanitaires et la vaccination pour protéger les enfants des maladies. Nos autres priorités sont d’aider les enfants à rattraper leur retard scolaire et de les protéger contre les différentes formes de violence et d’abus.
 
 

Les enfants n’ont pas leur place dans la guerre

 
L’UNICEF est reconnaissant envers les généreux donateurs qui ont financé les interventions depuis le début de la crise. À la lumière de cet appel sans précédent et dans le contexte actuel de ressources limitées, il est important d'élargir la base des donateurs, y compris l'engagement du secteur privé.
 
Plus le conflit va durer, plus il sera difficile de panser les plaies les plus profondes. L’UNICEF appelle toutes les parties au conflit et ceux qui ont de l’influence sur elles, à réaffirmer le principe que les enfants n’ont pas leur place dans la guerre et doivent être protégés de la violence en tout temps. »
 

Triste record

 
Les Nations unies lancent un nouvel appel pour financer les opérations d'aide en Syrie et dans les pays voisins : 5,2 milliards $ (3,9 milliards €) pour l'année 2013.  Un record, depuis l’appel lancé en 2003 pour l'intervention humanitaire en Irak.
 
Au sein de cet appel, l’UNICEF a besoin de plus de  470 millions $ (355 millions €) sur lesquels plus de 300 millions $ (227 millions €) restent à financer pour maintenir le niveau d’interventions jusqu’à la fin de l’année 2013.

Inscrivez-vous

Suivez toutes les actualités de l'UNICEF

Soutenir nos actions