8,8 millions d’enfants meurent avant leurs 5 ans

Publié le 10 septembre 2009 | Modifié le 08 juin 2017

Le taux de mortalité infantile mondial a baissé de 28% entre 1990 et 2008. Mais le chiffre reste énorme. Et 9 décès sur 10 ont lieu en Asie ou en Afrique. 

De 90 à 65 décès pour 1000 naissances vivantes entre1990 et 2008. La mortalité infantile a connu une baisse significative durant les deux dernières décennies. Selon les  chiffres publiés aujourd’hui par l’Unicef (1),  le nombre d’enfants n’atteignant pas l’âge de cinq ans est passé de 12,5 millions en 1990 à 8,8 millions en 2008. Un beau progrès. Mais c’est toujours loin d’être satisfaisant. « Par rapport à 1990, 10 000 enfants de moins meurent chaque jour, explique Ann Veneman, directrice générale de l’Unicef. Si des progrès ont été enregistrés, il est toujours inacceptable que chaque année 8,8 millions d’enfants meurent avant leur cinquième anniversaire.»

L’exemple malawite

Les experts de la santé attribuent ce déclin de la mortalité infantile à certaines pratiques médicales, comme la vaccination, notamment contre la rougeole. Dans les zones où des moustiquaires et de la vitamine A ont été distribuées aux familles, des résultats positifs ont également été enregistrés.

Au Malawi, 225 enfants sur 1000 mouraient avant l’âge de 5 ans en 1990. En 2008, 100 sur 1000 n’ont pas atteint leur cinquième anniversaire. Des vies d’enfants sauvées, notamment grâce à la distribution massive de moustiquaires. Ce pays, pourtant pauvre, a alloué une grande partie de ses maigres ressources au domaine de la santé. Une initiative qui permettra au pays d’atteindre Le quatrième «Objectifs du Millénaire pour le Développement » (OMD) : réduire la mortalité infantile constatée en 1990 de deux tiers d’ici 2015. Le Malawi est sur la bonne voie. 

Trois pays concentrent 40% de ces décès

Dans de nombreux pays, comme le Malawi, de plus en plus de vies ont été sauvées ces dernières années grâce aux politiques publiques et aux agences humanitaires (lire encadré). Mais le taux global de réduction de la mortalité infantile reste insuffisant. L’Afrique et l’Asie enregistrent encore 93% de tous les décès des moins de 5 ans. « Une poignée de pays très peuplés porte un fardeau disproportionné, poursuit Ann Veneman. L’Inde, le Nigeria, et la République Démocratique du Congo concentrent à eux seuls 40% de ces décès. Si la mortalité n’est pas réduite de manière significative dans ces pays, les OMD ne seront pas atteints en 2015. »
 

(1) Ces nouvelles estimations sont le résultat de l’assemblage et de l’analyse de plusieurs données statistiques. Ces estimations ont été établies par les démographes et spécialistes de la santé de l’Unicef, de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), de la Banque Mondiale et des Nations unies, en collaboration avec des conseillers techniques de plusieurs grandes institutions académiques.

Soutenir nos actions