L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

297 villes et intercommunalités ont intégré le réseau Ville amie des enfants pour le mandat 2020/2026. Rejoignez le grand réseau Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Le 22 novembre 2022, un groupe de garçons et de filles lisent dans leurs livres de leçons dans une classe d'éducation communautaire soutenue par l'UNICEF dans le district de Spera, en Afghanistan. © UNICEF/UN0743117/Gripiotis
Le 22 novembre 2022, un groupe de garçons et de filles lisent dans leurs livres de leçons dans une classe d'éducation communautaire soutenue par l'UNICEF dans le district de Spera, en Afghanistan. © UNICEF/UN0743117/Gripiotis

Afghanistan : l'UNICEF appelle à la réintégration des femmes et des filles dans la vie publique

Déclaration du Directeur général adjoint de l’UNICEF, Omar Abdi, lors de la conférence de presse de l’ONU.

New York, le 30 janvier 2023 – « En plus de [demander la levée de] l’interdiction [faite au personnel humanitaire féminin des ONG nationales et internationales de travailler en Afghanistan], nous avons demandé et plaidé en faveur de la pleine intégration des filles et des femmes dans la vie publique, et en particulier dans l’enseignement secondaire et supérieur public.

Des préoccupations sérieuses…

Les chiffres sont alarmants. Plus d’un million de filles qui auraient dû fréquenter des écoles secondaires ont été privées d’enseignement depuis trois ans maintenant – d’abord à cause du COVID, puis, depuis septembre 2021, à cause de l’interdiction de fréquenter l’école secondaire. Avec la récente annonce, du 20 décembre, interdisant aux femmes l’accès aux universités et aux centres éducatifs, les espoirs des filles et des femmes afghanes d’apprendre et de travailler ont, une fois de plus, été anéantis. Nous sommes très préoccupés par le devenir des filles et des femmes, et plus particulièrement par leur état de santé mentale

En 2023, si l’enseignement secondaire demeure fermé, près de 215 000 filles ayant fréquenté la sixième année scolaire au cours de l’an dernière seront, une fois de plus, privées de leur droit d’apprendre.

Aussi sombre que soit la situation, le peuple afghan n’a pas perdu espoir. Nous ne devons donc pas en faire autant.

Il y a quelques signes positifs. Depuis l’interdiction faite aux filles de fréquenter l’école secondaire, on estime que 200 000 d’entre elles continuent de fréquenter des écoles secondaires dans une douzaine de provinces, et les enseignantes du secondaire continuent de recevoir leur salaire de l’autorité de facto. Les responsables que nous avons rencontrés à Kaboul la semaine dernière ont réaffirmé qu’ils n’étaient pas hostiles à l’apprentissage des filles dans les écoles secondaires, et ont à nouveau promis de rouvrir les écoles une fois que les directives auront été approuvées par leur chef.

… en vue d’un avenir meilleur pour les filles et les femmes d’Afghanistan

En outre, au cours de l’année dernière, le nombre de cours d’éducation communautaire dispensés dans des maisons privées ou des lieux publics a doublé, passant de 10 000 à 20 000 cours. Ces cours s’adressent à environ 600 000 enfants, dont 55 % sont des filles. Ces cours touchent des enfants qui n’ont jamais été à l’école, grâce à l’accès que nous avons maintenant à de nombreuses régions du pays auparavant inaccessibles en raison du conflit.

Ces signes positifs sont le résultat à la fois de l’engagement des autorités de facto et de la pression exercée par les communautés locales afin de maintenir ouvertes les écoles et les classes locales.

Tant que les communautés continueront à réclamer une éducation, nous devrons continuer à soutenir l’éducation publique et les autres formes d’éducation – classes d’éducation communautaire, classes de rattrapage, formation professionnelle, etc. Sans éducation, il y a peu d’espoir d’un avenir meilleur pour les filles et les femmes d’Afghanistan.

Je vous remercie. »

Plus d’articles

Communiqué de presse

RDC : un nombre record de violations graves à l’encontre des enfants

République démocratique du Congo - 29 septembre 2023
Communiqué de presse

Nigeria : une flambée épidémique de diphtérie sans précédent

Nigeria - 27 septembre 2023
Communiqué de presse

Mali : les enfants paient le prix fort

Mali - 26 septembre 2023
Communiqué de presse

Le mug solidaire d'Antoine Griezmann

France - 21 septembre 2023
Communiqué de presse

Soudan : des dizaines de milliers d'enfants aux portes de la mort

Soudan - 19 septembre 2023
Voir plus