Afghanistan : la moitié des enfants afghans de moins de cinq ans risquent de souffrir de malnutrition aiguë

Publié le 05 octobre 2021

Les représentants d'UNICEF et du PAM tirent la sonnette d'alarme sur la crise nutritionnelle des enfants et des mères à la suite d'une visite conjointe à Herat.

Kaboul, le 5 octobre 2021 - Au terme d'une visite de deux jours à Herat, le représentant d'UNICEF en Afghanistan, Hervé Ludovic De Lys, et la représentante et directrice du PAM en Afghanistan, Mary-Ellen McGroarty, ont tiré la sonnette d'alarme sur l'état désastreux de la malnutrition et de l'insécurité alimentaire qui sévit dans le pays. Sans accès fiable à l'eau, à la nourriture et aux services de santé et de nutrition de base, les enfants afghans et leurs familles subissent le poids d'années de conflit et de la crise économique actuelle.

14 millions de personnes en Afghanistan sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, et on estime que 3,2 millions d'enfants de moins de cinq ans devraient souffrir de malnutrition aiguë d'ici la fin de l'année. Au moins un million de ces enfants risquent de mourir de malnutrition aiguë sévère sans traitement immédiat.

Une course contre la montre

Hervé Ludovic De Lys et Mary-Ellen McGroarty se sont entretenus avec Jahan Bibi, dont la fille de 18 mois est traitée pour malnutrition aiguë sévère à l'hôpital régional de Herat. Elle a amené sa fille à l'hôpital car elle ne pouvait plus allaiter son bébé. « Nous n'avons pas de nourriture à la maison. Nous vendons tout pour acheter de la nourriture, mais je ne mange presque rien. Je suis faible et je n'ai pas de lait pour mon enfant. »

L'hiver approchant à grands pas, c'est désormais une course contre la montre pour aider les familles afghanes qui n'ont pas non plus accès à l'eau potable et aux services de santé et de nutrition.

« Alors que de plus en plus de familles luttent pour mettre de la nourriture sur la table, la santé nutritionnelle des mères et de leurs enfants se dégrade de jour en jour », a déclaré Hervé Ludovic De Lys, représentant d'UNICEF en Afghanistan. « Les enfants sont de plus en plus malades et leurs familles sont de moins en moins en mesure de leur apporter le traitement dont ils ont besoin. La propagation rapide des épidémies de rougeole et de diarrhée aqueuse aiguë ne fera qu'exacerber la situation. »

Selon les enquêtes du PAM, 95 % des ménages afghans ne consomment pas assez de nourriture, les adultes mangent moins et sautent des repas pour que leurs enfants puissent manger davantage.

Une aide alimentaire vitale

« Nous sommes extrêmement préoccupés par les choix désespérés que les familles sont obligées de faire », a déclaré Mary-Ellen McGroarty, représentante du PAM en Afghanistan. « Si nous n'intervenons pas maintenant, la malnutrition ne fera que s'aggraver. La communauté internationale doit débloquer les fonds qu'elle a promis il y a plusieurs semaines, sinon l'impact pourrait être irréversible. »

Mary-Ellen McGroarty et Hervé Ludovic De Lys ont également visité un centre de distribution alimentaire dans la ville d'Herat, où ils ont rencontré des familles qui se battent pour joindre les deux bouts dans un contexte de sécheresse et de manque d'emplois. Ils ont également visité un camp de familles déplacées où des équipes mobiles de santé et de nutrition fournissent des services vitaux aux femmes et aux enfants, avec le soutien d'UNICEF et du PAM.

Les deux agences des Nations unies vont déployer 100 équipes mobiles de santé et de nutrition supplémentaires. Déjà 168 équipes mobiles fournissent une bouée de sauvetage aux enfants et aux mères dans les zones difficiles à atteindre.

Depuis le début de l'année 2021, le PAM a fourni une aide alimentaire et nutritionnelle vitale à 8,7 millions de personnes, y compris le traitement et la prévention de la malnutrition pour près de 400 000 femmes enceintes et allaitantes et 790 000 enfants de moins de cinq ans. Près de 4 millions de personnes ont été atteintes au cours du seul mois de septembre. En outre, cette année, plus de 210 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère ont reçu un traitement salvateur grâce aux services soutenus par UNICEF. Des aliments thérapeutiques prêts à l'emploi pour plus de 42 000 enfants et du lait thérapeutique pour 5 200 enfants ont également été livrés aux partenaires d'UNICEF au cours des huit dernières semaines.

Accéder aux contenus multimedia ici