Catastrophes naturelles : le lot quotidien des pays d’Asie du sud?

Publié le 03 décembre 2020

S’ajoutant à la pandémie de coronavirus, les changements climatiques et les catastrophes naturelles menacent davantage les enfants des pays d’Asie du sud.

Cette année, de nombreux pays ont été touchés par des typhons, ces cyclones tropicaux violents et humides, généralement remarqués en Asie du sud-est. Ils se nomment notamment « Amphan », « Molave », « Goni » et ont affecté des centaines de milliers de familles.

Des catastrophes naturelles, à répétition, sans précédent 

En mai dernier, en pleine pandémie de Covid-19, le cyclone Amphan arrive au Bangladesh et en Inde. Le bilan matériel est lourd dans les deux pays : destructions des habitations, des infrastructures et même déracinement des milliers d’arbres. Cela a exposé 19 millions d’enfants à des risques d'inondations soudaines, de vagues submersives, de tempête et de pluies torrentielles. 

Fin octobre 2020, le Vietnam est frappé par de fortes inondations causées par le typhon Molave. Il est l'une des plus fortes tempêtes survenue depuis 20 ans et a provoqué des précipitations extrêmes dans ce pays d’Asie du sud-est, en aggravant la situation déjà précaire à laquelle sont confrontées de nombreuses familles, mettant en danger plus de 2,5 millions d'enfants. Quelques jours plus tard, en novembre, le même typhon Molave frappe à son tour les Philippines.

Certaines communautés aux Philippines commencent à peine à s’en remettre que le typhon Goni s’abat sur le pays. Ce typhon est le plus puissant à avoir frappé les Philippines en 2020. 24,3 millions de personnes vivent dans les régions les plus fortement affectées. 2,3 millions d’entre elles sont considérées comme particulièrement menacées, dont 724 000 enfants.

Les conséquences de ces catastrophes naturelles sont très importantes. Elles touchent de très nombreuses populations et viennent bouleverser leurs conditions d’existence.

Inondations au Vietnam
                                             

Des conséquences dévastatrices pour les familles et les enfants

Elles ont provoqué de graves destructions dont de nombreuses maisons, centres de santé et écoles, dont des fournitures scolaires. Des milliers de personnes ont été évacuées vers des centres d’hébergement temporaire pour avoir un accès à l’eau, aux installations d’ assainissement et d’hygiène.

Les enfants qui avaient déjà un retard de croissance sont menacés de malnutrition en raison des stocks alimentaires détruits par les typhons. Dans les centres d'évacuation déjà surpeuplés, ils sont davantage exposés aux risques de contracter des maladies et plus particulièrement la Covid-19.

De plus, les enfants et les familles doivent apprendre à vivre avec le traumatisme d’avoir perdu leurs maisons, de devoir s’établir dans de nouveaux lieux et de s’adapter à de nouvelles contraintes.

Les ressources et fournitures déjà sur place risquent de s'épuiser si aucune ressource supplémentaire n'est obtenue, compte tenu de l'ampleur de ces urgences consécutives et des perturbations météorologiques supplémentaires avant la fin de l'année.

UNICEF présent face aux catastrophes naturelles

Face à ces situations d’urgence, UNICEF s'est rapidement mobilisé pour fournir une aide humanitaire en matière d'eau, d'assainissement, de nutrition, d'éducation et de protection sur le terrain et coordonne ses efforts avec les gouvernements et institutions locales et d'autres agences humanitaires pour atteindre les plus vulnérables.
Nous avons besoin de vous pour mener à bien nos actions. Votre soutien nous permet de fournir une assistance continue aux familles et enfants les plus touchés par les typhons, les tremblements de terre ou autre catastrophe.

 

Faites un don à UNICEF pour aider les enfants et les familles touchés par les catastrophes naturelles.