L'univers UNICEF France

Le programme École amie
des droits de l’enfant vise à faire de l’école un lieu plus juste, plus inclusif et plus participatif.

Découvrir
Ville amie logo

297 villes et intercommunalités ont intégré le réseau Ville amie des enfants pour le mandat 2020/2026. Rejoignez le grand réseau Ville amie des enfants.

Découvrir
My Unicef logo

Trouvez des informations,
des activités ludiques et éducatives, des ressources pédagogiques ou comment créer un projet solidaire.

Découvrir
Photo d'illustration de la boutique solidaire de l'UNICEF France

Agissez en achetant solidaire

Offrez à vos proches des cadeaux qui ont du sens et qui contribuent concrètement à aider des enfants vulnérables.

Découvrir
Marlon Dubal Ical Chun (3 ans) serre dans ses bras un ours en peluche qu'il vient de recevoir de Carina Ramirez, une nutritionniste de l'UNICEF venue rendre visite à la famille au village de Semesché, Alta Vera Paz, le 22 octobre 2019. © UNICEF/UNI235474/Willocq
Marlon Dubal Ical Chun (3 ans) serre dans ses bras un ours en peluche qu'il vient de recevoir de Carina Ramirez, une nutritionniste de l'UNICEF venue rendre visite à la famille au village de Semesché, Alta Vera Paz, le 22 octobre 2019. © UNICEF/UNI235474/Willocq

Deux enfants sur trois en Amérique latine et dans les Caraïbes sont victimes de violence domestique 

Un nouveau rapport régional de l’UNICEF révèle que la violence à l’encontre des enfants commence dès le plus jeune âge et se poursuit jusqu’à l’adolescence.  

Panama/Paris, le 31 octobre 2022 – Un nouveau rapport régional de l’UNICEF révèle que, dès l’âge d’un an, les enfants d’Amérique latine et des Caraïbes sont exposés à la violence à la maison, à l’école et dans la rue. Un profil statistique de la violence à l’encontre des enfants en Amérique latine et dans les Caraïbes révèle que, dans la région, près de 2 enfants sur 3 âgés de 1 à 14 ans sont soumis à des mesures disciplinaires violentes au sein de leur foyer [1]. 

Outre les punitions physiques et les agressions psychologiques dans la petite enfance, les abus sexuels et les homicides touchent des millions d’enfants et d’adolescents en Amérique latine et dans les Caraïbes. Le taux régional d’homicides d’enfants et d’adolescents (12,6 pour 100 000) est quatre fois plus élevé que la moyenne mondiale (3 pour 100 000). Par ailleurs, l’homicide représente la principale cause de décès chez les adolescents de 10 à 19 ans [2] 

« Il est particulièrement préoccupant de constater que la plupart des enfants d’Amérique latine et des Caraïbes sont exposés à la violence pratiquement dès la naissance et ce, bien souvent, par les personnes en qui ils ont le plus confiance : leurs parents, les personnes qui prennent soin d’eux, leurs pairs et leurs voisins », a déclaré Youssouf Abdel-Jelil, directeur régional de l’UNICEF pour l’Amérique latine et les Caraïbes« Malheureusement, dans de nombreuses communautés de la région, le recours à des méthodes disciplinaires violentes est socialement tolérée. Devenus adultes, les enfants reproduisent alors ce schéma avec leurs propres enfants, perpétuant ainsi le cycle de la violence. » 

Dans la région, la violence affecte de manière différente les garçons et les filles. Le rapport indique que les garçons ont sept fois plus de risques de mourir par homicide que les filles. Quant aux filles, elles se retrouvent particulièrement exposées aux violences sexuelles après l’âge de 10 ans

En Amérique latine et dans les Caraïbes, la pression exercée sur les enfants est alimentée non seulement par des normes sociales et sexistes négatives, mais aussi par d’autres facteurs tels que les inégalités, l’insécurité, les migrations et les crises humanitaires. Dans la région, deux enfants sur cinq vivent également dans des pays où il n’existe pas de protection légale contre les châtiments corporels subis à la maison, à l’école et dans les établissements de soins publics.  

« Les adultes ont souvent recours à la violence contre les enfants en raison de leur propre expérience et de leur vécu. Pour briser ce cycle, il faut agir tôt en promouvant des alternatives. Avec l’engagement des parents, des soignants, des enseignants, des communautés et des gouvernements, il est possible d’éduquer les enfants sans recourir à la violence et de construire des sociétés plus sûres et plus prospères dans l’intérêt de tous », a ajouté M. Abdel-Jelil

Pour mettre fin à toutes les formes de violence contre les enfants, l’UNICEF exhorte les gouvernements à :  

  • Adopter des lois qui interdisent totalement les châtiments corporels dans tous les contextes. 
  • Investir dans des programmes de prévention de la violence, notamment des programmes de parentalité positive qui apportent aux soignants le soutien et les ressources dont ils ont besoin. 
  • Mettre en œuvre des interventions sociales et de changement de comportement pour lutter contre la normalisation de la violence à l’encontre des enfants. 
  • Renforcer la capacité du personnel des services sociaux à prévenir, reconnaître et répondre à la violence contre les enfants. 
  • Améliorer la collecte de données sur la violence à l’encontre des enfants, en utilisant des mesures types, afin de combler les lacunes en matière de statistiques sur différentes questions telles que la violence sexuelle dans l’enfance. 

Notes aux rédactions : 

[1] Source de toutes les données de cette section, sauf indication contraire : Fonds des Nations unies pour l’enfance, Profil statistique de la violence contre les enfants en Amérique latine et dans les Caraïbes, UNICEF, New York, 2022. 

[2] Idem.