En Syrie, près de cinq millions d’enfants n’ont connu que la guerre

Publié le 15 mars 2020

Près de 5 millions d'enfants sont nés pendant la guerre en Syrie, 1 million d'enfants sont nés réfugiés dans les pays voisins et plus de 9 000 enfants ont été tués ou blessés dans le conflit, selon des données vérifiées.

Amman/New York/Paris, le 15 mars 2020 - Quelque 4,8 millions d'enfants sont nés en Syrie depuis le début du conflit il y a neuf ans. Un million d'enfants sont nés en tant que réfugiés dans les pays voisins. Ils continuent à subir les conséquences dévastatrices d'une guerre brutale, a déclaré UNICEF aujourd'hui.

« La guerre en Syrie marque une nouvelle étape honteuse aujourd'hui », a déclaré la directrice générale d'UNICEF, Henrietta Fore, qui était en Syrie la semaine dernière. « Alors que le conflit entre dans sa dixième année, des millions d'enfants entrent dans leur deuxième décennie de vie, entourés par la guerre, la violence, la mort et les déplacements. Le besoin de paix n'a jamais été aussi urgent. »

Selon des données vérifiées, de 2014, année du début du comptage officiel des victimes de la guerre en Syrie, jusqu'en 2019 :

  • Plus de 9 000 enfants ont été tués ou blessés dans le conflit ;
  • Près de 5 000 enfants, dont certains n'avaient pas plus de sept ans, ont été recrutés dans les combats ;
  • Près de 1 000 établissements scolaires et médicaux ont été attaqués.

Il ne s’agit là que des données vérifiées qui laissent penser que l'impact réel de cette guerre sur les enfants sera probablement plus profond.

Un pays au bord du gouffre

« La violence et les conflits actifs se poursuivent malheureusement dans plusieurs endroits, y compris dans le nord-ouest, avec de graves conséquences sur les enfants, tandis que dans d'autres parties, les enfants renouent avec une partie de leur enfance perdue, reconstruisant lentement leur vie », a déclaré Ted Chaiban, directeur régional d’UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, qui a accompagné Henrietta Fore lors de son voyage en Syrie. « Il est évident, cependant, que neuf années de combats brutaux ont amené le pays au bord du gouffre. Les familles nous ont dit que dans les cas extrêmes, elles n'avaient pas d'autre choix que d'envoyer leurs enfants travailler ou de marier leurs filles de manière précoce. Aucun parent ne devrait être forcé de prendre de telles décisions. »

Dans le nord-ouest de la Syrie, l'escalade du conflit armé, combinée à des conditions hivernales difficiles et à des températures en chute libre, qui s'ajoutent à une crise humanitaire déjà grave, a fait payer un lourd tribut à des centaines de milliers d'enfants et de familles. Plus de 960 000 personnes, dont plus de 575 000 enfants, ont été déplacées depuis le 1er décembre 2019.

Dans le nord-est, au moins 28 000 enfants de plus de 60 pays continuent de stagner dans des camps de déplacés, privés des services les plus élémentaires. En janvier de cette année, seuls 765 enfants ont été rapatriés dans leur pays d'origine.

Les conséquences plus larges de près d'une décennie de conflit sont les suivantes :

  • Deux écoles sur cinq ne peuvent pas être utilisées parce qu'elles sont détruites, endommagées, abritant des familles déplacées ou utilisées à des fins militaires  ;
  • Plus de la moitié des établissements de santé ne sont pas fonctionnels ;
  • Plus de 2,8 millions d'enfants ne sont pas scolarisés en Syrie et dans les pays voisins ;
  • Plus de deux tiers des enfants souffrant de handicaps physiques ou mentaux ont besoin de services spécialisés qui ne sont pas disponibles dans leur région ;
  • Les prix des articles de base ont été multipliés par 20 depuis le début de la guerre.

Mettre fin au carnage

« Les parties en guerre et ceux qui les soutiennent n'ont pas réussi à mettre fin au carnage en Syrie », a déclaré Henrietta Fore. « Notre message est clair : arrêtez de frapper les écoles et les hôpitaux. Cessez de tuer et de mutiler les enfants. Accordez-nous l'accès transfrontalier dont nous avons besoin pour atteindre ceux qui sont dans le besoin. Beaucoup trop d'enfants ont souffert pendant beaucoup trop longtemps. »

UNICEF travaille avec un vaste réseau de partenaires en Syrie et dans les pays voisins pour apporter une aide aux enfants. L'année dernière encore, UNICEF a pu atteindre :

  • Près de 750 000 enfants qui ont bénéficié d'une vaccination de routine ou d'une vaccination contre la rougeole ;
  • Plus d'un million d'enfants bénéficiant d'un soutien psychosocial ;
  • Près de 3 millions d'enfants qui ont reçu une éducation formelle et non formelle ;
  • Plus de 5,3 millions de personnes qui ont eu accès à de l'eau potable grâce à l'amélioration des systèmes d'approvisionnement en eau ;
  • Près de 2 millions de personnes avec des installations d'eau, d'assainissement et d'hygiène et des services d'assainissement.

UNICEF a actuellement besoin de 682 millions de dollars US pour maintenir ces programmes vitaux, mais le financement est insuffisant.

« La seule solution à la crise en Syrie passe par des moyens diplomatiques », a déclaré Ted Chaiban. « L'aide humanitaire ne mettra pas fin à la guerre - mais elle contribuera à maintenir les enfants en vie. Nous comptons sur le soutien généreux de nos donateurs pour continuer à soutenir les enfants de Syrie, malgré toutes les autres crises qui se déroulent dans la région et dans le monde. »

Soutenir nos actions