La situation au Yémen est la pire crise humanitaire du monde

Publié le 02 juin 2020

Déclaration d'Henrietta Fore, directrice générale d'UNICEF

New York, le 2 juin 2020 – « La situation au Yémen est la pire crise humanitaire du monde. Et le fardeau retombe cruellement sur les enfants.

La gravité de cette situation d'urgence complexe a poussé les enfants au bord du gouffre.

Presque chaque enfant au Yémen - 12 millions – aujourd’hui besoin d'une aide humanitaire.
Près d'un demi-million souffrent de malnutrition aiguë sévère.
Des millions pourraient mourir du choléra et de la diarrhée parce que leurs familles n'ont pas l'eau, l'assainissement et l'hygiène dont elles ont besoin.
Les écoles, les hôpitaux, l'eau, la nutrition - tous les systèmes dont les enfants ont besoin s'effondrent.
Seulement la moitié des établissements de santé fonctionnent.
Et nous ne devons jamais oublier la tension psychologique que représente le fait de se réveiller chaque jour avec un autre jour rempli d'incertitude, de violence et des dangers de la guerre.

Maintenant, ces enfants sont confrontés à une nouvelle menace : le COVID-19.
La maladie fait déjà des ravages au Yémen.
Il est difficile d'imaginer le risque que courent les enfants dans un pays où le système de santé ne tient qu'à un fil.
Où leurs écoles, leurs maisons et leurs quartiers ne sont plus les lieux de sécurité qu'ils devraient être.

Nous continuons à ignorer leurs appels à la paix

J'ai récemment reçu une lettre d'un groupe d'enfants au Yémen.
Ils m'ont écrit : "Certains d'entre nous veulent devenir médecins pour soigner des patients et des enfants, d'autres veulent apprendre la musique et devenir musiciens, tandis que d'autres encore veulent simplement aller à l'école tous les jours et terminer leurs études pour devenir pilotes et voler dans le monde entier..."
Telles sont les aspirations des enfants du Yémen.
Des rêves qui ne se réaliseront peut-être jamais, car année après année, nous continuons à laisser tomber ces enfants.

En tant que communauté mondiale, nous continuons à ignorer leurs appels à la paix.
Ils veulent ce que chaque enfant veut : Une enfance. Un avenir. Une chance de réaliser leurs rêves.
C'est pourquoi, envers et contre tout, et malgré d'immenses défis, UNICEF reste et agit pour les enfants du Yémen.
Nous sommes au Yémen depuis des décennies. Nous y resterons.
Et au cours des cinq dernières années, nous avons étendu nos opérations là-bas.

Le Yémen représente maintenant l'une de nos plus grandes opérations humanitaires.
Nous traitons la malnutrition aiguë sévère. Nous fournissons de l'eau potable, de l'assainissement et de l'hygiène. Nous maintenons les hôpitaux et les installations de santé, y compris les centres de santé primaire, en état de marche. Grâce à des donateurs et des partenaires comme la Banque mondiale, nous touchons plus de personnes avec des transferts directs d'argent que partout ailleurs dans le monde.

Les besoins sont urgents

Et nous répondons à la COVID-19.
Au cours des huit dernières semaines seulement, nous avons informé 16 millions de personnes sur les moyens de se protéger en utilisant la télévision, la radio et les médias sociaux, ainsi que notre réseau de bénévoles.
Nous nous efforçons d'apporter d'urgence des fournitures essentielles, notamment des équipements de protection individuelle pour assurer la sécurité des travailleurs de la santé et de la nutrition.
Il y a tout juste trois jours, nous avons réussi à faire venir - par route et par avion - des équipements essentiels de protection individuelle tels que des tabliers, des bottes, des masques et des gants.
Cela permettra à au moins 1 600 travailleurs de la santé dans les centres de santé primaire, les hôpitaux et les unités d'isolement de tout le Yémen, de fournir des services de santé et de nutrition vitaux pendant trois mois.

Mais alors que nous restons et que nous tenons nos promesses envers et contre tout, nous sommes également confrontés à un manque de financement important.
Nous lançons un appel de 518 millions de dollars pour poursuivre notre action au Yémen.
Les besoins sont urgents.

Si nous n'obtenons pas ce financement, nous ne pourrons tout simplement pas poursuivre nos actions comme à l'heure actuelle pour le reste de cette année.
Tous nos programmes seront touchés, qu'il s'agisse de la santé et du programme WASH, de notre travail avec les communautés pour fournir des informations vitales ou de nos efforts de prévention et de contrôle des infections.
Nous ne devons pas laisser ces besoins sans réponse.

Le Yémen ne peut pas se le permettre. Les enfants du Yémen ne peuvent pas se le permettre.
Nous remercions tous les donateurs qui ont soutenu les enfants du Yémen - surtout au cours des cinq dernières années.
Ils ont besoin de votre aide une fois de plus - de toute urgence.
Aidez-nous à les soutenir, afin qu'ils puissent survivre, s'épanouir et réaliser leurs rêves.
Donnons-leur la chance de devenir les adultes dont le Yémen et le monde ont besoin, lorsque cette guerre prendra fin.
Merci. »