Le nombre alarmant de cas de rougeole menace de plus en plus les enfants

Publié le 01 mars 2019

A eux seuls, 10 pays enregistrent environ les trois quarts de l’augmentation des cas de rougeole en 2018, dont des foyers importants au Brésil, à Madagascar, aux Philippines, en Ukraine et au Yémen.

UNICEF a averti aujourd’hui que les cas de rougeole dans le monde augmentaient de manière importante et alarmante, avec notamment 10 pays représentant à eux seuls plus de 74% de l’augmentation et plusieurs autres déclarés jusqu’alors exempts de rougeole.

A l’échelle mondiale, 98 pays ont signalé une augmentation des cas de rougeole en 2018 comparé à l’année 2017, ce qui entrave les progrès accomplis dans la lutte de cette maladie qui peut être évitable, mais aussi potentiellement mortelle.

Sauver les enfants de demain

L’Ukraine, les Philippines et le Brésil ont subi la plus forte augmentation de rougeole entre l’année 2017 et 2018. En Ukraine, 35 120 cas de rougeole ont été déclarés en 2018 et selon le gouvernement, 24 042 personnes de plus ont été contaminés durant les deux premiers mois de 2019. Aux Philippines, depuis le début de l’année, 12 736 cas de rougeole dont 203 mortels ont été constatés comparé à 15 599 pour l’année 2018 entière.

« C’est une sonnette d’alarme. Nous possédons un vaccin sûr, peu coûteux et efficace contre une maladie hautement contagieuse  un vaccin qui a déjà sauvé des millions de vies tous les ans depuis deux décennies, » déclare Henrietta Fore, directrice générale d’UNICEF. « Ces cas ne se sont pas produits en un jour. Les graves épidémies que nous constatons aujourd’hui ont eu lieu et commencé durant l’année 2018, le manque d’action aujourd’hui aura des conséquences désastreuses sur les enfants de demain. »

La rougeole est une maladie contagieuse, plus que la tuberculose, Ebola ou la grippe. Le virus peut être contracté par une personne en moins de deux heures après avoir été infectée par une personne présente dans la même pièce. Le virus se propage à travers l’air et infecte les voies respiratoires, entrainant potentiellement la mort d’enfants malnutris et de bébés trop jeunes pour être vaccinés. Une fois infecté, aucun traitement spécifique n’existe pour traiter la rougeole, le vaccin étant ainsi un outil vital pour les enfants.

En réponse à ces épidémies, UNICEF et ses partenaires viennent en aide aux gouvernements pour atteindre d’urgence des millions d’enfants à travers le monde. Par exemple :

  • En Ukraine, UNICEF a fourni un appui constant pour accélérer la vaccination systématique dans le pays et lutter contre la réticence envers elle. UNICEF a également déployé des efforts supplémentaires pour stopper l’épidémie survenue en 2017 et qui a couté la vie à 30 personnes. En février, le ministère de la Santé avec l’appui d’UNICEF, a lancé une campagne de vaccination dans les écoles et les dispensaires de la région de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, où les attitudes négatives à l’égard de la vaccination et les pénuries de vaccins ont entraîné une baisse des taux de vaccination
  • Aux Philippines, le gouvernement, avec le soutien d’UNICEF et ses partenaires lancera une campagne pour vacciner 9 millions d’enfants contre la rougeole dans 17 régions. En utilisant les réseaux sociaux, ils espèrent ainsi pouvoir toucher les parents ainsi que les professionnels de santé.
  • Au Brésil, d’aout à septembre 2018, le gouvernement a mené une campagne luttant contre la polio et la rougeole, ciblant plus de 11 millions d’enfants de moins de 5 ans. UNICEF encourage la population à se faire vacciner et forme des soignants travaillant dans des centres d’accueil pour les migrants Vénézuéliens. UNICEF a inclu le vaccin contre la rougeole dans le programme municipal qui couvre 1924 municipalités.  
  • Au Yémen, où des années de conflit ont résulté à une épidémie, les autorités locales, avec le soutien d’UNICEF, de WHO et GAVI ont vacciné plus de 11,5 millions d’enfants durant le mois de février.
  • A Madagascar, du 3 septembre au 21 février, 76 871 personnes ont été contaminés par la rougeole et 928 en sont décédés, dont la majorité était des enfants. En janvier, le gouvernement avec le soutien d’UNICEF et ses partenaires, lancera une campagne d’immunisation contre la rougeole ciblant 114 quartiers. Plus de 2 millions d’enfants ont déjà été immunisés dans 25 quartiers. En février, 1,4 millions d’enfants ont été vaccinés, et 3,9 millions de plus le seront en mars.

La véritable épidémie : la désinformation et la méfiance

La pauvreté des infrastructures de santé, les conflits, la faible sensibilisation des communautés, la complaisance et la réticence face aux vaccins ont conduit à ces épidémies dans les pays développés et en développement. Par exemple, aux Etats-Unis, le nombre de cas de rougeoles a sextuplé entre 2017 et 2018. Plus récemment, les Etats-Unis ont connu des épidémies à New-York et Washington.

« Presque tous ces cas de rougeole sont évitables, et malgré cela, des enfants continuent d’être contaminés, même dans des endroits où il n’y a tout simplement aucunes excuses, » explique Henrietta Fore. « La rougeole est la maladie, mais, trop souvent, la véritable épidémie est celle de la désinformation, la méfiance et de la complaisance. Nous devons faire plus pour informer tous les parents pour nous aider à vacciner tous les enfants. »

Pour combattre la rougeole, UNICEF lance un appel aux gouvernements, aux professionnels de santé, et aux parents pour qu’ils prennent d’avantage de mesure pour contenir la maladie :

Prendre conscience que les vaccins sont efficaces, surs et qu’ils sauvent la vie d’enfants

  • Vacciner les enfants entre 6 mois et 5 ans en période d’épidémie
  • Former et équiper les soignants afin qu’ils puissent fournir des services de qualité
  • Renforcer les programmes de vaccination pour pouvoir délivrer le plus de vaccins possibles